Voyager seul(e) au Japon

voyage-japon-femme-seule

Le Japon a toujours accueilli d’innombrables visiteurs solitaires. Il s’agissait traditionnellement d’employés en voyage d’affaires. Depuis quelques années, de multiples personnes, en particulier les jeunes générations, vagabondent de plus en plus seuls. Les services japonais se sont adaptés à un marché particulier, destiné aux célibataires. Il est tout à fait possible de circuler sans aucune compagnie au pays du soleil levant. Il suffit de bien préparer son itinéraire ainsi que ses besoins sur place.

Si c’est la première fois que vous voyagez seul ou que vous visitez le Japon, nous vous recommandons de vous établir au même endroit et de réaliser plusieurs excursions dans la même journée. On considère généralement que s’en tenir à la ville (au contraire de la campagne japonaise) facilite les choses et revient souvent moins cher. Toutefois, partir dans l’arrière-pays vous fera découvrir des cultures insoupçonnées et des expériences différentes. Quoi qu’il en soit, il est impératif d’intégrer une certaine flexibilité dans votre cheminement quotidien. Les évènements peuvent mal se passer, il peut y avoir des accrocs ou il peut arriver que vous ayez besoin de plus de temps pour profiter de certaines visites.

Logement

Loin de se cantonner aux traditionnels hébergements comme les hôtels et les maisons de particuliers, le Japon a créé une offre spécialisée pour les voyageurs solitaires. Cela englobe à la fois les salariés japonais et les touristes étrangers. On peut ainsi séjourner facilement et à moindre coût dans certains édifices d’affaires, des auberges de jeunesse ou même des hôtels capsules. Le confort n’est pas le même, il faudra composer en fonction de votre budget et de vos attentes. On trouve ces logements dans la plupart des villes du Japon et on peut réserver à la volée, quelques heures avant d’y passer une nuit.

Nous vous recommandons d’essayer tous les types de logements afin d’avoir une vraie expérience et de pouvoir juger par la suite vos préférences. Le ryokan (旅館) est apprécié des touristes, car cet hébergement permet de découvrir la culture et l’hospitalité nipponne. On peut manger sur place et se familiariser avec la cuisine locale (qui varie parfois entre les préfectures japonaises). Certains proposent même des sources chaudes (温泉 onsen). Il faut toutefois bien préparer en amont sa visite : les ryokan n’accueillaient traditionnellement pas les vacanciers solitaires. Les choses évoluent timidement ces dernières années avec des formules dédiées.

Voyager seule implique d’avoir beaucoup plus de flexibilité qu’un groupe de quatre ou cinq personnes. Cependant, les tarifs ne seront pas aussi avantageux. Dans tous les cas, on vous recommande de louer plusieurs mois à l’avance si cela est envisageable. Cela est particulièrement important (voir crucial) pendant les phases de haute saison. Beaucoup de touristes français viennent au Japon pendant la période des sakura ou durant l’été. Les réservations d’hôtels ou d’auberges de jeunesse sont en particulier rapidement comblées.

Que dois-je emporter au Japon ?

emplacement-valise-shinkansen-japon

Le mot d’ordre pour vagabonder au Japon, que vous soyez seul ou accompagné, c’est de partir léger. Le mieux est de ne charrier avec vous qu’un large sac à dos avec vos effets essentiels. Vous pourrez acheter l’intégralité de vos nécessités sur place, dans les grandes villes ou même dans les campagnes. Il existe tout un tas de distributeurs automatiques et de konbini, des modestes supérettes ouvertes 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. L’espace est un concept limité au Japon : les chambres d’hôtel sont souvent petites et vous prendrez fréquemment les trains qui n’acceptent pas systématiquement les grosses valises.

Du côté vestimentaire, cela va évidemment dépendre de la saison. Il est conseillé de toujours avoir avec soi plusieurs couches, même pendant l’été. Ainsi, une valise traditionnelle de voyages au Japon comporte des T-shirts en coton, des manches longues, des vestes légères, quelques pulls et peut-être un manteau imperméable. Cela permet de s’adonner à toutes les activités de l’archipel (escalade du mont Fuji, randonnée tropicale, etc.). Rappelons que le Japon possède un climat très varié du nord au sud et que vous serez sûrement amené à traverser les préfectures.

L’économie japonaise est encore basée sur l’argent liquide. Nous ne sommes donc pas dans le même cas de figure des sociétés européennes qui procèdent systématiquement avec une carte bancaire. Il est fortement suggéré d’avoir quelques milliers de yens à portée de main. Vous pouvez aussi réserver une carte de crédit locale que vous stockerez dans un endroit séparé de votre portefeuille. Cela vous aidera en cas de perte.

Veillez à toujours avoir avec vous du Wi-Fi et une carte SIM en état de fonctionnement. Cela permet d’accéder aux coordonnées GPS de votre téléphone portable, de pouvoir vous rendre sur Internet et bien sûr de pouvoir appeler les secours en cas de problème. Il est possible de commander sa carte SIM depuis la France, de la faire livrer dans un kiosque d’aéroport. Le plus simple, généralement, est de la réserver lorsque vous arrivez au Japon.

Enfin, il existe toute une catégorie de cartes prépayées ou de transports qui vous serviront à naviguer au Japon. Les plus connus sont les cartes Suica, Pasmo ainsi que le Japan Rail Pass. Elles ont l’avantage de fonctionner parfaitement et de vous éviter de transporter beaucoup d’argent liquide avec vous. Cela permet aussi de ne pas s’embarrasser avec les procédures ferroviaires japonaises qui peuvent se montrer déroutantes dans certaines préfectures.

Être au courant des tabous japonais

Partir en voyage pour le Japon signifie que vous devrez aussi vous imprégner de la culture nipponne. Les résidents locaux sont bien plus cléments avec les étrangers qu’ils ne le sont avec leurs compatriotes. En revanche, cela ne veut pas dire que vous disposez de toutes les permissions. Il existe de nombreux tabous au Japon qu’il faut connaître. Par exemple, vous devez toujours enlever vos souliers quand vous êtes censés le faire (dans une maison, un ryokan, certains onsen). Vous saurez que vous devrez le faire lorsque vous verrez des étagères à chaussures ou des casiers.

  • Ne téléphonez pas dans les transports en commun. Si vraiment, vous ne pouvez pas faire autrement, essayez de chuchoter, de mettre la main devant votre bouche et d’être bref.
  • Ne plantez jamais les baguettes verticalement dans vos aliments. Cela est applicable dans divers pays asiatiques comme la Corée du Sud ou la Chine. Une telle action signifie effectuer une offrande aux morts. Ce n’est certainement pas le message que vous voulez envoyer aux restaurateurs…
  • Ne pointez pas les gens avec un seul doigt.
  • Faites la queue comme les autres japonais. Cela est valable à la fois dans les attractions touristiques, mais aussi dans les métros ou les trains.
  • En cas de maladie, même légère comme un rhume ou une toux, les Japonais s’attendent à ce que vous portiez un masque en toutes circonstances. L’hygiène a toujours été un sujet préoccupant pour les Japonais. Cela est d’autant plus vrai depuis la pandémie de coronavirus.
  • Éviter de critiquer la famille royale japonaise. Ce n’est pas passible de peine de mort, mais vous serez très mal perçus, surtout en tant qu’étranger.
  • Ne fumez qu’aux endroits désignés.
  • Avoir un tatouage vous prive l’entrée à de nombreux établissements de bains publics. N’essayez pas d’aller à l’encontre ou de faire fi de la décision des propriétaires.

Voyager seule au Japon

Le Japon est un des endroits les plus sûrs de la planète à explorer en tant que voyageuse solitaire. Les étrangers font parfois l’objet de regards, bien souvent par pure curiosité. Vous ne serez habituellement pas harcelée dans les rues ou agressée. Toutefois, voici quelques conseils :

La mode de la jeunesse japonaise tend à s’occidentaliser. Cependant, elle reste encore traditionnellement conservatrice. Une tenue féminine typique est modeste, avec des épaules couvertes, un décolleté relativement haut, même pendant les saisons les plus chaudes. Il est de coutume de couvrir la peau du bronzage et d’éviter d’attirer l’attention sur les formes de son corps. Les chaussettes ainsi que les bas sont monnaie courante.

Les transports en commun japonais sont un lieu où les gens ont l’habitude de dormir. Cela peut donc vous arriver après une longue exploration fatigante. Cependant, en tant que femme, il y a d’autres critères à prendre en compte. Même si les métros, les trains ou les avions sont très sécurisés, il ne faut pas baisser sa vigilance. Il est toujours recommandé de ne pas attirer les regards intrusifs avec une tenue excentrique originale. La prudence ne sera jamais un piètre choix de votre part. De plus, les Japonais ne seront pas les premiers à réagir si un mauvais comportement à votre égard se produit dans une rame de métro.

Qu’on se le dise : le taux de provocation envers les femmes dans les transports en commun reste bas. Cependant, les statistiques peuvent cacher une vérité éprouvée depuis des décennies. Cela est particulièrement vérifiable dans les trains bondés. On observe chaque jour ou presque des histoires de Japonais qui pratiquent des attouchements inappropriés (痴漢 chikan), qui se frottent ou qui vont prendre une photo sous les jupes de femmes.

Les compagnies ferroviaires ont décidé de réagir. Les grandes villes ont mis en place des wagons entiers réservés aux femmes pour lutter contre ce problème. Cependant, il faut préciser que ce dispositif est parfois disponible seulement aux heures de pointe. Mais si vous en avez l’occasion, nous vous recommandons de vous en tenir aux voitures destinées à la gent féminine. Plus généralement, il convient d’éviter les transports durant les heures de pointe qui ne sont pas agréables et qui peuvent comporter leur lot de désagréments.

Que faire si l’on est victime d’une agression sexuelle au Japon ? Il est possible que les voyageurs japonais ne répliquent pas ou fassent mine d’ignorer le problème. Néanmoins, vous pouvez toujours tomber sur une personne volontaire qui vous aide à appréhender votre persécuteur. Certains peuvent prendre des preuves photographiques ou des vidéos. N’hésitez pas à signaler le crime à la police locale au plus vite. Quoi qu’il en soit, la police métropolitaine de Tokyo a déclaré que la meilleure façon de réagir était :

  • Dites « Stop » ou « Chikan » à haute voix au coupable. Cela devrait suffire à le dissuader de continuer. Il ne faut absolument pas garder le silence, car cela peut aggraver la situation et encourager l’agresseur à poursuivre son action.
  • Tâcher de noter tout signe distinctif ou accessoire sur sa personne afin d’essayer de l’identifier par la suite.
  • Signaler immédiatement le crime au personnel de la gare ou à un poste de police local.
  • Si vous n’arrivez pas à savoir d’où vient l’attouchement, essayer de bouger dans les wagons suivants ou dans un endroit espacé.

Culture de la solitude

À bien des égards, la société japonaise est assez individuelle. Le fait d’être seul n’engendre aucun malaise. On observe en outre de plus en plus de Japonais qui préfèrent vivre seuls : on parle d’hommes herbivores (qui n’ont aucun intérêt à se marier ou à trouver un partenaire) ou des おひとりさま ohitorisama (les personnes vivant et faisant des choses seules, souvent avec respect). Il est ainsi tout à fait possible de faire les boutiques, d’effectuer la visite de plusieurs lieux emblématiques ou de se rendre dans un bar en toute autonomie.

Il est d’ailleurs une tendance à la hausse (qui ne plaira pas à tout le monde) qui consiste à proposer des cabines personnelles aux individus dans les restaurants. Cela se vérifie notamment dans certains ramen ou izakaya. Un nombre croissant de bistrots traditionnels sont désormais ouverts à accepter des réservations pour une personne. Les cafés et les établissements de restauration rapide sont souvent remplis de clients uniques. Ainsi, vous ne serez probablement jamais la seule personne dans la même situation. N’ayez crainte, les convives ne vous jetteront pas de regard curieux ou de pitié.

Ceux qui se déplacent seuls depuis des années le savent : les rencontres sont beaucoup plus fréquentes et authentiques lorsque l’on n’est pas accompagné. Les Japonais ne font pas exception et auront tendance à prendre les devants pour en découvrir plus sur vous. D’où est-ce que vous venez, ce que vous accomplissez dans la vie, ce que vous aimez au Japon… c’est l’occasion ou jamais d’effectuer des rencontres avec des Japonais, de vous faire des amis et pourquoi pas de partir en voyage avec eux dans l’arrière-pays !

On recommande traditionnellement de séjourner dans une auberge de jeunesse, car ce sont des moyens simples de rencontrer des voyageurs partageant les mêmes idées. On peut aussi avoir un premier contact avec de véritables Japonais quand on peut discuter naturellement avec les propriétaires de l’établissement. Mais il existe bien d’autres méthodes : participer à une excursion d’une journée, s’inscrire à une visite avec un guide bénévole local (plutôt que réserver un accompagnateur francophone payant qui ne vous apportera rien de plus qu’une prestation).

Les activités spécialisées

Les agences de voyages et autres établissements touristiques japonais proposent des centaines d’activités différentes. On peut les effectuer en solitaire ou en groupe. Il est possible de réserver très facilement une excursion en canoë-kayak, un saut en parachute, une visite guidée d’un temple reculé ou participer à une virée dans l’arrière-pays. Il est préférable de disposer d’un téléphone avec une bonne autonomie, en état de marche et avec du réseau si vous prenez la décision de faire une randonnée en solitaire. Les routes peuvent s’avérer traîtres et nous vous suggérons aussi de préparer en amont votre itinéraire.

Il est tout à fait possible de personnaliser au maximum son séjour. Certains privilégieront des voyages thématiques. On peut notamment découvrir les nouvelles cultures urbaines en visitant Tokyo, Osaka ou Kobe. Certains préféreront rencontrer l’art contemporain nippon, très dynamique en la matière avec une scène locale et internationale de premier plan. Les galeries ainsi que les beaux musées sont fréquents, tout comme les festivals qui attirent des spectateurs du monde entier. Il est aussi envisageable de se confectionner un séjour historique pour aller à la reconnaissance des villes de l’époque des samouraïs, de vivre des expériences reconstruites ou de constater la civilisation Ainu. Enfin, d’autres prioriseront de se concentrer sur l’aspect culinaire. Venir au Japon reste la garantie de bien manger avec une expertise gastronomique unique au monde.

Sécurité

Tokyo 1

Il existe des centaines d’articles sur Internet qui font l’éloge de la sécurité au Japon. Que vous soyez une jeune femme seule ou une personne âgée, il n’y a aucun problème pour se rendre au pays du soleil levant en solitaire. L’État a la réputation fiable d’être très sûr. Les dames peuvent notamment marcher seules la nuit même dans les ruelles sombres de Tokyo. Il n’est pas rare de croiser des enfants qui vont en toute autonomie à l’école dès leur plus jeune âge. Le taux de criminalité est en effet très faible. Ainsi, le pourcentage de meurtre se situe à 0,3 pour 100 000 personnes contre 2,1 pour l’Europe. Si vous perdez vos affaires, il y a de fortes chances pour qu’un poste de police puisse les récupérer en l’état grâce à la bonne volonté des citoyens japonais (à l’exception des parapluies, mais c’est une autre histoire).

Il n’est pas rarissime d’observer des clients laisser des smartphones et des sacs très coûteux à leur table de restaurant ou dans le train pour réserver un emplacement. Dans les faits, cette anecdote, de plus en plus connue à l’étranger, ne se vérifie véritablement qu’au Japon. Il faut le voir pour le croire. Cette approche existe bel et bien, mais pour des raisons évidentes, on vous recommande de ne jamais la mettre en pratique. Emporter au moins vos objets les plus importants comme votre portefeuille, votre passeport, votre téléphone si vous devez vous rendre aux toilettes. Vous pouvez néanmoins laisser un article, un sac à dos vide ou n’importe quoi pour témoigner de votre présence.

Cependant, même si la criminalité est très basse, cela ne signifie pas que vous devez baisser votre garde pour autant. Le Japon demeure un pays comme un autre. Il peut y avoir des vols, de mauvaises expériences, des arnaques ciblant notamment les étrangers naïfs. On vous recommandera toujours d’être conscient de votre environnement en particulier si vous parcourez des ruelles sombres par la nuit. Soyez fidèle à vous-même : n’empruntez pas un itinéraire au Japon que vous n’auriez pas choisi dans votre propre pays. Si vous avez suivi cette règle, alors tout devrait bien se passer. Même s’il y a une majorité de personnes très accueillantes et adorables au Japon, une petite minorité n’en reste pas moins dangereuse qu’en France.

Les délinquants peuvent être japonais ou non. Afin de ne pas éveiller les regards, on vous suggère de ne pas faire étalage de votre richesse dans les rues en vous pavanant avec des bijoux en or clinquant. L’idée est de ne pas offrir des opportunités aux agresseurs potentiels. Quoi qu’il en soit, vous pourrez toujours vous référer aux postes de police (交番 koban) qui sont positionnés dans tous les quartiers des grandes villes. Les policiers sont formés pour réagir rapidement à un appel de détresse. C’est également un endroit sûr où se réfugier si vous ressentez un danger ou que vous êtes dans l’urgence.