Est-il dangereux de se rendre au Japon ?

Si vous prévoyez de vous rendre un jour au Japon, il est important de vous poser les bonnes questions. Celle du danger est déterminante afin de bien vous préparer, que ce soit au niveau de vos sorties et de vos habitudes. Dans cet article, nous allons vous dire s’il est dangereux de se rendre au Japon, seul ou accompagné.

Le Japon est-il vraiment sûr ?

Le Japon est un pays extrêmement sûr. À vrai dire, c’est probablement l’un des pays les plus sûrs au monde : le taux de criminalité y est beaucoup plus faible que dans la plupart des pays occidentaux.

Les délits de rue sont extrêmement rares, même tard dans la nuit. Naturellement, cela ne veut pas dire que le Japon est totalement exempt de crime et de tout danger, et vous ne devez pas baisser la garde.

Au Japon comme dans tout autre pays, les vols à la tire existent : prenez garde aux pickpockets qui vous croisent dans la rue et, de manière générale, faites attention à vos objets de valeur, surtout dans les endroits bondés, comme les trains et l’aéroport de Narita, et si vous faites preuve de bon sens, votre voyage devrait se dérouler sans encombre.

En général, le Japon est une destination où les femmes peuvent se sentir à l’aise et en sécurité lorsqu’elles voyagent seules. Il est relativement rare que les femmes soient harcelées verbalement dans la rue et elles peuvent généralement se promener seules sans être importunées.

Les quartiers à éviter

tokyo-nuit
Certains quartiers de Tokyo sont à éviter en fin de journée

Il existe des quartiers chauds, essentiellement dans les grandes villes. Ceux-ci sont parfois un peu douteux, mais en réalité ils ne sont pas vraiment dangereux pour les visiteurs. Il faut toutefois tenir compte du fait que certains petits bars de rue ont été signalés comme surfacturant les boissons de manière astronomique.

Les arnaques sont très courantes au Japon, à l’instar de tout autre pays qui est une destination touristique de premier plan. Néanmoins, les escrocs ne sont pas aussi actifs ici qu’en Occident.

Des fraudes à la carte de crédit ont été signalées, notamment dans les quartiers de Roppongi et Kabuki-Cho à Tokyo. Nous vous recommandons donc vivement de ne pas laisser les serveurs ou les vendeurs effectuer eux-mêmes des transactions avec votre carte de crédit. Restez toujours attentif à votre carte de crédit.

Des étrangers ont même été drogués dans ces endroits, puis facturés 700 000 yens, soit près de 7 000 euros, généralement pour quelque chose qu’ils ne se souviennent même pas d’avoir commandé.

Si vous évitez d’aller dans des endroits suggérés par une personne que vous n’avez jamais rencontrée et que vous ne répondez pas à des racoleurs (ce conseil est valable dans n’importe quel pays), vous ne devriez pas avoir de problèmes similaires.

Les transports

Les moyens de transport publics et les taxis sont sûrs et fiables, mais il est recommandé de faire très attention à vos objets de valeur dans les transports publics, car c’est là que les pickpockets opèrent.

Pour les femmes qui voyagent dans les trains bondés, n’oubliez pas l’existence du chikan : ce terme désigne les agresseurs ou les tripoteurs, bien qu’ils s’en prennent généralement aux femmes locales, parce qu’elles sont perçues comme moins susceptibles de se laisser faire.

Il existe pour cette raison des rames de métro conçues uniquement pour les femmes. Vous trouverez les entrées de ces voitures marquées en rose sur le quai.

Ne craignez pas trop d’être agressé ou kidnappé au Japon, car cela se produit très rarement. En revanche, n’acceptez jamais de boissons de la part d’inconnus et évitez d’entrer dans les bars et clubs louches des quartiers chauds.

La police et les étrangers

Comme dans chaque pays, la police se réserve le droit de vous demander des explications ou des renseignements, que ce soit dans la rue ou d’un établissement. Il semble toutefois que la proportion soit anormalement élevée quand on s’intéresse aux étrangers.

Au Japon, une loi régissant les agents de police en service leur permet d’interroger les personnes s’il y a des raisons de les soupçonner d’avoir commis un acte inhabituel ou un crime. Cependant, 76,9 % des personnes interrogées par les policiers dans le cadre de l’enquête ont déclaré qu’il n’y avait aucune raison de les traiter avec suspicion.

Dans une rubrique réservée aux commentaires libres, des personnes ont écrit qu’après avoir appris leur nationalité étrangère, les policiers ont fait preuve d’un « comportement autoritaire » à leur égard.

Les étrangers eux-mêmes en sont victimes ! Certains estiment qu’un délit de faciès systémique est en application. Selon les résultats préliminaires d’une enquête menée en 2022 par l’Association du Barreau de Tokyo, 62,9 % des Japonais d’origine étrangère ont été interrogés par la police au cours des cinq dernières années, ce qui témoigne d’un comportement partial de la part des agents.

Conformément à l’enquête menée entre le 11 janvier et le 28 février, parmi les personnes qui ont été abordées par la police au cours des cinq dernières années, 50,4 % ont été interpellées « deux à cinq fois », tandis que 10,8 % ont été interrogées « six à neuf fois » et 11,5 % « dix fois ou plus ».

Au total, 70,3 % de ces personnes ont déclaré s’être « senties mal à l’aise » lors de l’interrogatoire de la police, tandis que 85,4 % ont dit que la police les avait abordées en reconnaissant qu’elles avaient des racines dans d’autres pays. La plupart de ces personnes pensaient que les policiers avaient une telle conscience en raison de leur apparence.

Les dangers naturels

Du fait de sa position géographique sur la « ceinture de feu », le Japon est fréquemment frappé par des catastrophes naturelles causées par le mouvement des plaques tectoniques de la région. Parmi celles-ci figurent les tremblements de terre, les tsunamis, les inondations extrêmes et les typhons.

Les typhons sont les phénomènes naturels les plus susceptibles d’être rencontrés par les voyageurs. Officiellement, la saison des typhons dure d’août à octobre, mais elle peut commencer dès le mois de mai. De fortes pluies (en particulier en septembre) et des vents violents sont inévitables au cours de ces mois, et il existe un risque d’inondation. Nous avons rédigé un article dédié sur les typhons au Japon.

Les séismes sont très fréquents au Japon, bien que la grande majorité d’entre eux soient très faibles sur l’échelle « shindo » (le système d’évaluation utilisé par le Japon pour mesurer la gravité des séismes) et causent peu de dégâts. Si un tremblement de terre grave devait se produire, suivez les instructions des autorités locales. Si vous êtes seul, mettez-vous à terre et couvrez-vous le cou et les épaules pour éviter tout impact des débris qui tombent.

Le plus important tremblement de terre de l’histoire du Japon a provoqué un tsunami dévastateur en 2011. Depuis cette date, d’importantes digues ont été construites dans les zones vulnérables et les voyageurs ne devraient pas s’inquiéter outre mesure du risque posé par les tsunamis.

La ceinture de feu et le Japon sur un planisphère
La ceinture de feu et le Japon / Source : Remih sur Wikipédia

Partagez pour nous aider

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles
Femme-Japonaise-Sourire
La place de la femme au Japon

Comment sont les femmes au Japon ? Quels sont leurs droits, leurs interdits ? Quelle est leur histoire et les mentalités en vigueur ?

Katakana
Tableau des Katakana japonais

Les Katakana forment l’un des syllabaires utilisés pour écrire et lire le japonais. C’est la seconde leçon pour apprendre la langue !