Les typhons sont des phénomènes très impressionnants

Les typhons (台風, taifū) sont des systèmes de basse pression de grande taille, qui se forment au-dessus du nord-ouest de l’océan Pacifique. Ils sont associés à des vents forts pouvant atteindre 200 km/h environ, à une montée du niveau de la mer et à des pluies torrentielles. Outre l’océan Atlantique, les typhons sont connus sous le nom d’ouragans.

Chaque année, le Japon est touché par plusieurs typhons. Ce phénomène naturel peut radicalement impacter votre séjour. Toutefois, leur fréquence (et surtout l’intensité) n’est pas une science exacte. Dans cet article, nous vous donnons le maximum de conseils et indications pour appréhender au mieux un typhon au Japon.

Typhon et Japon sont liés

Chaque année, on dénombre une trentaine de typhons dans le Pacifique Nord-Ouest, dont environ sept ou huit en moyenne passent au-dessus de la préfecture d’Okinawa. Trois d’entre eux approximativement frappent les principales îles japonaises, en particulier Kyushu et Shikoku. Toutefois, n’importe quelle région du Japon, y compris Tokyo, Osaka et Hokkaido, peut être touchée par des typhons.

Chaque année, 10,3 typhons en moyenne s’approchent à moins de 300 kilomètres des côtes du Japon. On appelle « années avec de nombreux typhons » les années au cours desquelles 12 ou plus frappent cette zone. Si le nombre de typhons est inférieur ou égal à huit, on parle de « peu » de typhons.

La vitesse de déplacement d’un typhon est assez lente, de l’ordre de 20 km/h. Il est donc possible de prédire sa trajectoire avec une grande précision. La couverture médiatique japonaise est détaillée et permet au public de connaître la trajectoire prévue, les avertissements météorologiques et l’impact sur les transports.

Période et saisons des typhons au Japon

tempete-nuage

La saison des pluies au Japon se dit 梅雨 Tsuyu. Elle commence à la fin du mois de mai et se termine en juillet. Elle est caractérisée par une météo imprévisible, de fortes chaleurs et une humidité en hausse. Elle concentre jusqu’à un quart des précipitations annuelles du Japon. Il s’agit donc d’une période propice au développement des typhons. Toutefois, cela n’est pas systématiquement lié.

Les principaux typhons frappent le Japon entre mai et octobre. En août et septembre, la saison est la plus vive. En fin de cycle, les cyclones ont tendance à être plus intenses que ceux qui surviennent en début de période. La plupart des typhons au Japon sont numérotés et ne reçoivent aucune appellation personnelle. Ainsi, le douzième typhon de l’année est connu sous le nom de « typhon numéro 12″.

En septembre, la saison des typhons atteint son apogée. La partie sud, ou Pacifique, est la plus touchée par ces vents féroces, qui sont capables d’abattre des maisons et de détruire des navires.

Remarque : un typhon peut se produire à tout moment de l’année. Sa « saison » est simplement le moment où il a le plus de chances de se développer.

La journée du 1er septembre a été nommée Journée nationale de prévention des catastrophes, en commémoration d’un tremblement de terre qui a dévasté Tokyo en 1923. La sensibilisation aux désastres est enseignée dès le plus jeune âge. Les Japonais sont pour la plupart conscients des précautions nécessaires et heureux de s’y conformer.

Des simulations de prévention des cataclysmes sont également proposées au centre d’apprentissage de la sécurité des personnes d’Ikebukuro ainsi qu’au centre d’apprentissage de la réduction des risques de catastrophes de Yokohama.

Combien de temps dure un typhon au Japon ?

Les typhons sont généralement interrompus au bout d’un jour. Ils peuvent toutefois avoir des conséquences plus longues en cas de passage direct.

Ils s’affaiblissent lorsque l’une de leurs sources d’alimentation n’est plus comblée. Il s’agit bien souvent d’une rencontre avec des eaux plus froides : l’alimentation en vapeur d’eau n’est plus suffisante. Le cyclone se fragilise et disparaît en plusieurs jours.

Il existe de nombreux sites internet et applications pour smartphone qui permettent d’observer l’évolution d’un typhon. Si vous êtes au Japon ou que vous regardez pour un proche, nous vous recommandons Jma.go.jp. C’est l’adresse officielle de l’Agence Météorologique japonaise.

Les données sont fiables et actualisées en temps réel. Le service prend la forme d’une carte du Japon et l’on peut suivre les précipitations, le passage de la tempête et sa direction. Cela est gratuit et est accessible depuis n’importe où dans le monde. Il est aussi possible de sauvegarder un moment sous forme d’image, de l’imprimer ou de faire appel au GPS. Enfin, plusieurs conseils et indications sont disponibles en cliquant sur l’onglet » ? Help”.

Combien de typhon en moyenne au Japon ?

Une trentaine de typhons ou tempêtes tropicales se forment chaque année sur l’océan Pacifique. Entre 7 et 8 d’entre eux peuvent toucher l’île d’Okinawa, et seuls trois atteignent les principales îles du Japon. La probabilité que vos projets de voyage soient touchés est donc peu élevée.

Pour autant, il semble que le réchauffement climatique contribue à la multiplication des cyclones. Selon Kato Teruyuki (directeur du département de recherche sur les typhons et les phénomènes météorologiques violents à l’Institut de recherche météorologique), le 30 mai 2022, la fréquence des averses torrentielles a plus que doublé en 45 ans sur le sol nippon.

L’étude s’articule autour de milliers de rapports sur environ 1 300 endroits à travers le Japon. Une pluie de 130 millimètres ou plus sur une période de trois heures s’est produite 67,7 fois en 2020 contre 31,5 fois en 1976.

Selon l’expert, cela s’explique par l’augmentation des températures de l’eau de mer. Plus d’humidité est créée. Cela développe un système de précipitations en forme de bande. Le phénomène apporte ensuite de fortes pluies pendant la saison éponyme. Des régions auparavant jamais touchées sont désormais susceptibles de l’être.

Les typhons les plus importants

Le typhon Vera, alias le typhon Isewan, est un super typhon qui a frappé le Japon en septembre 1959. Ce fut le typhon le plus fort et le plus meurtrier jamais enregistré dans le pays. Cette catastrophe a également entraîné un grave ralentissement de l’économie japonaise (le Japon se remettait encore de la Seconde Guerre mondiale). Ses vents soufflaient à 310 km/h.

Au total, le typhon Vera a inondé plus de 360 000 maisons, dont 190 000 ont été immergées. En outre, 830 000 autres maisons ont subi des dégâts. La tempête a fait environ 5 000 morts et 66 000 blessés. La plupart des dégâts ont été causés dans les préfectures d’Aichi et de Mie.

Dans les dernières décennies, cependant, le nombre de personnes tuées par des typhons a été beaucoup plus faible. Les glissements de terrain et la montée soudaine du niveau des eaux constituent les plus grands dangers causés par les typhons.

Une bonne partie de Miyajima a été détruite par des typhons en 2004 et ce que vous voyez aujourd’hui est le fruit d’une reconstruction menée en 2005. Les célèbres portes flottantes de Miyajima pour les torii sont en cours de rénovation et les travaux devraient être achevés vers la fin de l’année.

Le typhon #19 (« Hagibis ») a entraîné des pluies et des vents records dans le centre, l’est et le nord du Japon les 12 et 13 octobre 2019. Il a entraîné des inondations, des glissements de terrain et des décès en plusieurs endroits, notamment dans la région de Kanto, autour de Tokyo, dans la région de Chubu et dans la région de Tohoku, à l’est du pays.

Le 10 septembre 2020, le typhon Haishen s’est déchainé sur les côtes sud-ouest japonaises. Heureusement pour le pays du soleil levant, il a rapidement changé de cap, pour se diriger en direction des voisins coréens. Son impact n’est clairement pas à minimiser et les autorités l’ont bien compris. Rapidement, plus de 1,6 million de personnes ont été évacuées. Au total, 5,6 millions d’avis d’évacuation ont été distribuées par les autorités nippones.

Le 22 septembre 2020, on apprend que le typhon Dolphin se dirige droit sur le Japon. Il provoque alors une mer agitée, du vent et de la pluie sur une trajectoire prévisionnelle dans le sud de Honshu. La ville d’Osaka et ses environs, dans le centre du Japon, sont touchées. La tempête se déplace ensuite vers le nord-est, au-dessus de Tokyo, puis vers Sendai et les régions voisines du nord du Japon plus tard dans la semaine.

Comme nous l’avons indiqué dans un article, l’année 2020 est relativement calme pour le Japon en matière de typhon. Il n’y a eu que 22 formations, sans conséquence majeure. Pour la première fois depuis une dizaine d’années, il n’y a pas eu de typhon majeur qui s’est abattu sur l’archipel. Il faut savoir que la station de météorologie nippone ne prend en compte un typhon, dans cas précis, uniquement lorsqu’il touche les côtes japonaises des îles plus à l’est d’Okinawa.

Les statistiques révèlent que le Japon n’a jamais connu de typhon à quatre reprises auparavant : 1984, 1986, 2000 et 2008.

Année 2022

Le 12 août 2022, le typhon Meari se forme progressivement au sud du Japon. Il touche la région de Tokai ou Kanto le samedi 13 août 2022. Des vents violents, de fortes précipitations et des vagues dangereuses frappent le Japon. Les transports publics sont perturbés. Des évènements, festivals, rassemblements et groupements sont annulés.

Cette tempête tropicale est particulièrement lente. Elle se déplace tout au long de la côte sud du Japon. Sa pression atmosphérique est de 1 004 hectopascals le vendredi 12 août 2022 à 12 h 00, heure locale. Sa vitesse maximale instantanée est de 90 km/h. Cependant, il est prévu que ce typhon se déplace au large des côtes de Tohoku le week-end du 13 et 14 août 2022.

À Hokkaido, au nord du pays, les habitants ne sont pas épargnés par les fortes précipitations régionales. Le cap de Cape Erimo a enregistré des précipitations de 125 millimètres en 12 heures jusqu’à 9 h 40 le vendredi 12 août 2022. De même, la ville de Mutsu (préfécture d’Aomori, Tohoku) a enregistré 107 mm de pluie en 12 heures.

Comment le Japon s'organise ?

Depuis toujours, les constructeurs japonais sont confrontés à de nombreux problèmes : typhons, tremblements de terre, inondations, tsunamis et glissements de terrain sont autant de menaces qui pèsent sur leurs créations.

La construction traditionnelle se fait en bois, notamment en bois de conifères, que l’on trouve facilement dans les forêts qui couvrent une grande partie du pays. Comme le Japon possède les bâtiments en bois les plus anciens du monde (Horyu-ji, construit vers 670 après J.-C., à 10 km au sud-ouest de Nara) et la plus grande structure en bois du monde (à Todai-ji, à Nara, d’une hauteur de 50 mètres environ et qui aurait été reconstruite aux deux tiers seulement de sa taille d’origine), on peut supposer que le système architectural adopté par les Japonais a réussi, au moins en partie, à créer des structures durables.

Des espaces souterrains jouent un rôle essentiel dans la régulation du niveau des rivières au Japon. Dans la périphérie de Tokyo, on peut trouver le canal de décharge souterrain extérieur de la zone métropolitaine, aussi appelé G Cans. Cette immense canalisation, d’un coût de 230 milliards de ¥ et dont la construction a été achevée en 2006, est destinée à permettre à Tokyo de faire face aux typhons et aux fortes précipitations caractéristiques du climat de la capitale.

Réservoir d'eau à pression contrôlée. © AMANO Jun-ichi via Wikipédia
Réservoir d'eau à pression contrôlée. © AMANO Jun-ichi via Wikipédia

Ce réseau se compose de cinq silos gigantesques qui sont reliés par un tunnel de 6,5 km menant à un énorme réservoir de stockage souterrain. La structure en forme de temple – 177 m de long, 78 m de large et 25 m de haut – est capable de pomper l’équivalent d’une piscine olympique en une seconde.

Au Japon, depuis 1981, tous les bâtiments sont conformes aux règles en matière de conception et de construction. Leur construction est conçue pour résister aux secousses, aux vents, aux typhons et aux fortes chutes de neige. Toutes les routes et tous les bâtiments sont construits de manière que l’excès d’eau puisse s’écouler sans endommager la structure.

Il existe au Japon des unités spéciales de recherche et de sauvetage qui ont été formées pour aider lors des typhons. Des hélicoptères sont utilisés pour secourir les gens, et des radeaux sont mis à la disposition des personnes prises au piège dans les eaux de crue. Des cordages spéciaux sont également utilisés pour aider les personnes prises dans les rivières déchaînées. Pour aider à protéger les zones situées autour des côtes et des ports, le gouvernement japonais a mis en place un système visant à estimer les marées anormalement hautes pendant les typhons.

Les services de secours nippons sont particulièrement sollicités chaque année
Les services de secours nippons sont particulièrement sollicités chaque année

Anecdotes sur les typhons au Japon

Le 9 aout 2021, le typhon n’9 de l’année a tout simplement renversé la célèbre citrouille de Yayoi Kusama. Cet artiste japonais est notoirement connu pour ses œuvres à pois. Les vents étant trop forts, cette œuvre mythique (exposée depuis 1994 à Naoshima, sur le ponton du musée d’art contemporain) a été envoyée contre les rochers.

Heureusement, même si l’état est fortement endommagé, il sera possible de l’exposer à nouveau, selon les autorités. Mais cela ne devrait pas être pour tout de suite. Rappelons qu’en 2009, la tempête Krosa avait forcé les habitants à protéger l’ensemble des oeuvres de l’artiste japonais le temps que l’intempérie se déroule.

Conseil en cas de typhon pendant votre séjour au Japon

Si vous êtes bien préparé, sachez que les typhons n’auront que peu d’impact sur vos vacances au Japon. À Tokyo, par exemple, la plupart des commerces restent ouverts et les activités se poursuivent comme d’habitude (si le typhon n’est pas extrême). Vous pouvez surveiller les fermetures sur les médias sociaux. Dressez une liste des musées situés à proximité ou d’autres activités d’intérieur que vous pouvez pratiquer si les précipitations interrompent vos projets en plein air.

Il est possible que les vols, les trains et les autoroutes soient fermés pendant un typhon, vous devriez donc planifier votre hébergement et vos activités en conséquence. Renseignez-vous sur les conditions d’annulation de votre compagnie aérienne avant de faire votre réservation pour un voyage à la fin de l’été.

En cas d’approche d’un typhon, les chaînes de télévision et les stations de radio japonaises émettent des avertissements préalables en indiquant l’heure et la région où il risque de frapper. Les informations sur les cyclones tropicaux au Japon proviennent principalement de l’Agence météorologique japonaise. Nous vous conseillons d’ajouter le site web en favori, tant il peut s’avérer précieux.

Vous pouvez aussi consulter le site Japan Safe Travel de l’Organisation nationale japonaise du tourisme pour vous faire une idée de la gravité de la situation. Vous y trouverez des informations générales sur ce qu’il faut faire, de même qu’une longue liste de liens et de numéros de téléphone d’urgence qui vous fourniront de l’aide et des informations en cas d’urgence. Leur page Twitter est constamment mise à jour avec les dernières informations sur la tempête.

La question du typhon est prise très au sérieux au Japon, comme il convient de le faire. Ainsi, en cas de tempête ou de typhon, peu importe sa taille ou sa classification, vous devriez toujours rester à l’intérieur en toute sécurité en attendant qu’il soit passé. Il peut arriver que des personnes se blessent et même soient tuées, même si pour les petites tempêtes, le danger n’est pas toujours très important dans le centre de Tokyo.

Si vous habitez au Japon, peut-être souhaiterez-vous monter un « kit typhon ». Cette trousse de secours devrait contenir de l’eau en bouteille, des aliments non périssables, un kit de premiers secours, une lampe de poche, des piles supplémentaires, ainsi que des vêtements de rechange et un petit poncho. Grâce à ces objets, il est possible de se préparer à une éventuelle évacuation ou de rester quelques jours à la maison sans électricité.

Les termes 避難 hinan (évacuation) et 避難所 hinanjo (refuge) pourraient vous être très utiles. Pour finir, voici une liste de sites utiles que vous pouvez consulter pour en savoir plus sur la situation du typhon.

Pluviométrie au Japon pendant typhon

Nous pouvons prendre l’exemple du typhon Hagibis. Une centaine de points d’observation, de la péninsule de Kii jusqu’à la région de Tohoku, ont connu des précipitations sans précédent.

Hakone est connue pour ses sources d’eau chaude, mais c’est elle qui a connu le plus de difficultés. La zone a reçu plus d’un mètre de pluie, ce qui correspond à trois fois le mois d’octobre habituel. Les précipitations se sont concentrées sur une courte période, avec 922,5 mm de pluie en 24 heures, établissant ainsi un nouveau record national.

Sites et liens importants

Voici une liste des principaux sites internet à connaitre et à utiliser en cas de typhon au Japon. La plupart vous offrent une lecture en anglais. Quand ce n’est pas le cas, vous pouvez essayer de traduire automatiquement la page avec votre navigateur. Google Chrome ou encore Microsoft Edge le permettent. Ce n’est pas optimal, mais cela peut vous permettre d’accéder à une information capitale.

Informations météorologiques

Informations sur le trafic aéroportuaire

Mise à jour du statut des trains