Top 10 des mangas de sport (selon les fans)

top-mangas-de-sport
Entre sueur et sang, la détermination suinte de ce top 10 !

Le monde des mangas est incroyablement vaste et l’on retrouve tout logiquement des dizaines de genres différents. Il y en a pour tous les gouts, mais c’est bien les sports (individuels ou collectifs) qui vont nous intéresser dans ce classement. Ce top des 10 meilleurs mangas de sport se fonde sur le vote de la communauté sur MyAnimeList. Des dizaines de milliers de participations ont été enregistrés depuis une vingtaine d’années et cela nous permet de dresser un bon constat objectif de la situation.

Si vous n’êtes pas d’accord avec ce classement, vous avez tout à fait le droit. C’est même tant mieux, puisque la diversité permet une amélioration des mentalités et c’est normal que nous ne soyons pas tous emballés par les mêmes œuvres ou par les mêmes thèmes. Car oui, les mangas de sport sont très diversifiés, plus ou moins sérieux, de diverses longueurs et avec des protagonistes parfois très différents. D’abord très populaire dans les années 80 et 90, le genre est revenu en force au cours des années 2010 avec des œuvres majeures sur les sports d’équipes.

10 - Cross Game (8,47/10)

Cross Game
Cross Game

Kou Kitamura est un élève de cinquième année dont la famille tient un magasin d’articles de sport. L’un des clients réguliers du magasin de sa famille est le Tsukishima Batting Center, et il apprend ainsi à connaître très bien les quatre filles de la famille Tsukishima (Ichiyo, Wakaba, Aoba et Momiji). Comme Kou a passé beaucoup de temps à s’entraîner dans leurs cages de frappe, il est devenu un frappeur de génie, mais ne connaît aucun autre aspect du baseball.

En revanche, Aoba, qui a un an de moins, est un lanceur et un frappeur hors pair. Wakaba est une camarade de classe de Kou, et elle semble bien décidée à l’épouser quand elle sera grande. Tout semble idyllique dans leur monde, jusqu’à ce que la tragédie frappe. L’histoire se déroule ensuite quatre ans plus tard, alors que Kou a poursuivi l’entraînement qu’il avait commencé il y a quatre ans, mais n’a pas participé à un match de baseball depuis. Lorsqu’il recommence enfin à jouer, il reste à savoir s’il sera à la hauteur des attentes de ceux qui connaissent le véritable talent qu’il a caché pendant tout ce temps.

9 - Eyeshield 21 (8,49/10)

Eyeshield 21
Eyeshield 21

Sena Kobayakawa, timide, de petite taille et souvent la cible de brutes, vient de s’inscrire au lycée privé Deimon. En refusant de servir de garçon de courses à un groupe de délinquants, il se met en colère et s’enfuit à toute vitesse, une aptitude qu’il a développée au fil des ans en fuyant ses bourreaux.

Le capitaine démoniaque de l’équipe de football des Deimon Devil Bats, Youichi Hiruma, se trouve par hasard dans les parages et, voyant les « jambes d’or » de Sena à l’oeuvre, le recrute de force comme running back, bien que Sena souhaite plutôt devenir manager de l’équipe. On lui fait revêtir le maillot numéro 21 et un casque spécial pour cacher son identité de joueur, Sena devient « Eyeshield 21 », l’arme secrète très bien gardée de l’équipe. Très vite, il se rend compte de son amour pour ce sport et veut aider les Devil Bats à atteindre le Christmas Bowl, le championnat de football des lycées.

8 - Diamond no Ace (8,55/10)

Diamond no Ace
Diamond no Ace

Eijun Sawamura est un élève du collège qui vient de perdre son dernier match de baseball après avoir lancé une balle rapide unique qui a coûté au collège Akagi sa chance d’accéder aux championnats nationaux. Capitaine de l’équipe de baseball, il se sent responsable de cette énorme perte et se jure d’y emmener ses amis au lycée. Toutefois, avec ses mauvaises notes et aucune recommandation d’école dans sa région, Sawamura boude en essayant de trouver un moyen de tenir sa promesse.

Le lancer qu’il effectue lors du dernier match attire l’attention d’un recruteur du prestigieux lycée Seidou de Tokyo, qui convainc bientôt Sawamura, à contrecœur, d’observer l’entraînement de l’équipe de baseball de leur école, classée au niveau national. À Seidou, une compétition impromptue entre Sawamura et l’un de leurs batteurs lui fait croiser la route de Kazuya Miyuki-un receveur qui peut faire ressortir les forces de Sawamura en tant que lanceur.

Grâce à l’expérience qu’il a accumulée à Seidou, sa réticence initiale à être transféré à Tokyo change. Bien qu’il se sente toujours coupable d’avoir trahi ses amis, ceux-ci l’encouragent à accepter l’offre et à s’inscrire à Seidou. Rempli d’une détermination renouvelée, Sawamura entame le difficile voyage qui lui permettra de devenir l’as de l’équipe de Seidou et de se rendre aux championnats nationaux, tout en portant l’esprit de son ancienne école avec lui.

7 - One Outs (8,57/10)

One Outs
One Outs

Maître des jeux d’argent et d’esprit, Toua Tokuchi détient le remarquable record de 499 victoires et zéro défaite en « One Outs », une forme simplifiée de baseball qui ne comprend qu’un batteur et un lanceur. De passage à Okinawa, la ville natale de Tokuchi, se trouve Hiromichi Kojima, le batteur vedette des Saikyou Saitama Lycaons, l’équipe la plus faible de la ligue de baseball japonaise.

Souhaitant mener les Lycaons vers le titre de champion, et ayant un besoin urgent de remplacer leur lanceur blessé lors d’un camp d’entraînement, Kojima s’engage dans une partie de One Outs, mais perd face à une balle rapide normale de Tokuchi, apparemment invincible.

Emerveillé par ses prouesses, Kojima recrute Tokuchi dans l’équipe après avoir évité de justesse la défaite lors d’une revanche, pensant qu’il pourrait être la clé de la victoire. Mais le propriétaire cupide des Lycaons refuse de lui donner un salaire décent, ce qui amène Tokuchi à proposer un contrat inhabituel : chaque sortie qu’il lance lui rapportera cinq millions de yens, mais chaque course qu’il abandonne lui fera perdre cinquante millions de yens. Son destin étant désormais lié à celui de l’équipe, la lutte de Tokuchi pour amener les Lycaons à la victoire devient un nouveau pari – ce qu’il fait le mieux.

6 - Ascension (8,62/10)

Kokou no Hito
Kokou no Hito (Ascension en version française)

À force de douleur et d’efforts ardus, on peut atteindre le sommet du monde. Debout là où personne n’a jamais mis les pieds, on éprouve un sentiment exaltant de réussite. Mori Buntarou s’entraîne, travaille et vit pour cela.

Sa montée vers le sommet commence lorsqu’il est transféré dans un nouveau lycée. En dépit de sa nature solitaire, ses camarades de classe le persuadent d’escalader le bâtiment de l’école. Sans harnachement ni hésitation, il entame son escalade pour atteindre le sommet. Dépassant le point de non-retour, il s’arrête lorsqu’il est confronté à un dernier obstacle intimidant – un surplomb horizontal. Pris d’adrénaline, Mori saute pour atteindre la dernière prise au sommet.

À partir de là, il jette un regard sur quelque chose qu’il n’aurait normalement pas vu : un autre sommet, un autre objectif. Sa passion éveillée et son nouveau but dans la vie, Mori explore le sport époustouflant qu’est l’escalade.

5 - Hajime no Ippo (8,67/10)

Hajime no Ippo
Hajime no Ippo

Makunouchi Ippo est un jeune lycéen de 16 ans qui aide sa mère à gérer l’entreprise familiale. La lourdeur de sa charge de travail nuit à sa vie sociale et fait de lui une victime facile des intimidateurs. Alors qu’il se fait tabasser par un groupe de lycéens, il est sauvé par un boxeur, Mamoru Takamura, qui l’emmène au club de boxe de Kamogawa.

Grâce à cette séance d’intimidation après l’école, sa vie prend un nouveau tournant. Ippo se découvre un talent latent pour la boxe et choisit de pratiquer ce sport de manière professionnelle. Mamoru doute cependant de la détermination d’Ippo et lui assigne une tâche jugée impossible à accomplir, mais Ippo, déterminé, va s’entraîner sans relâche pour remplir sa mission.

Au fil du temps, il découvre ce que signifie atteindre la vraie force tout en se faisant de nouveaux amis et en combattant des ennemis redoutables.

4 - Haikyuu!! (8,84/10)

Haikyuu!!
Haikyuu!!

Le petit géant, qui ne mesure que 170 cm, franchit l’imposant filet et le mur de bloqueurs. Shouyou Hinata, impressionné, regarde la silhouette de l’as, qui ressemble à un corbeau. Résolu à atteindre les sommets comme le Petit Géant, Hinata, de petite taille, réussit finalement à former une équipe lors de sa dernière année de collège et participe à son premier tournoi de volley-ball. Mais son équipe s’incline dès le premier match face à la puissante école Kitagawa Daiichi, dirigée par le génial mais oppressant passeur Tobio Kageyama, surnommé le « roi du terrain ».

Hinata intègre le lycée Karasuno dans l’espoir de prendre sa revanche sur Kageyama lors d’un match officiel et de suivre les traces du Petit Géant, mais ses plans sont ruinés lorsqu’il ouvre la porte du gymnase et découvre que Kageyama fait partie de ses coéquipiers. Désormais, Hinata doit s’imposer dans l’équipe et travailler aux côtés du très problématique Kageyama afin de combler ses lacunes et de réaliser son rêve d’atteindre le sommet du monde du volley-ball lycéen.

3 - Real (8,86/10)

Real
Real

Tomomi Nomiya, l’ancien capitaine de l’équipe de basket de son lycée devenu délinquant, choisit d’abandonner l’école après avoir été écrasé par la culpabilité d’avoir ruiné la vie d’une jeune fille dans un accident de la route. Tout en consacrant son temps libre à l’aider, il découvre par hasard Kiyoharu Togawa, un ancien sprinter qui a perdu l’usage de sa jambe droite et joue désormais au basket en fauteuil roulant.

Après avoir invité Kiyoharu à disputer un match en un contre un, il est complètement battu. Stimulé par cette rencontre, il se rend compte qu’il ne peut pas laisser son amour du basket mourir si facilement et décide de faire ce qu’il peut pour aider les autres tout en s’efforçant de devenir un joueur professionnel.

Entre-temps, Hisanobu Takahashi, le remplaçant de Tomomi en tant que capitaine de l’équipe du lycée, est victime d’un accident et se retrouve définitivement paralysé sous la ceinture. Real relate l’histoire touchante de ces trois jeunes hommes qui luttent pour surmonter leurs handicaps et leurs conflits intérieurs afin de réaliser leurs rêves, tout en faisant naître une passion qui les réunira.

2 - Ashita no Joe (8,95/10)

Ashita no Joe
Ashita no Joe

Joe Yabuki apprend à devenir plus fort et à ne plus faire confiance aux autres après une jeunesse troublée passée à sauter d’un orphelinat à l’autre et à se défendre contre les brutes. Après avoir échappé au cycle des foyers temporaires violents, Joe mène une vie de délinquant dans les rues de San’ya, un bidonville de Tokyo. Il se fraie un chemin dans le monde avec ses poings, se battant avec qui bon lui semble.

Danpei Tange, un ex-entraîneur de boxe épuisé et alcoolique, remarque les capacités de combat animales de Joe et tente d’encadrer l’adolescent sauvage. En dépit d’une relation explosive, les deux hommes forment un lien étroit et comptent l’un sur l’autre pour s’occuper des autres enfants sans abri de San’ya.

Ne pouvant abandonner ses habitudes destructrices, Joe est mis en état d’arrestation pour des délits mineurs. Pendant son incarcération, il retrouve des amis et des rivaux de toujours, dont le prodige de la boxe Tooru Rikiishi, avec qui il se bat. Joe ne cesse de défier Rikiishi en combat, mais il est mis K.O. à chaque fois, car son style de bagarre sauvage échoue face à la technique de boxe contrôlée de Rikiishi. Finalement, Joe assomme son rival d’un coup de poing, gagnant ainsi le respect de Rikiishi et la promesse qu’ils se retrouveront un jour sur un ring professionnel.

Après avoir trouvé une raison de vivre dans la boxe, Joe reprend sa vie en main avec un nouveau but. En gravissant les échelons de la boxe amateur et professionnelle au Japon, il doit faire face à des pertes douloureuses et à des blessures de plus en plus fréquentes. La passion de Joe pour le combat est dévorante, et il se bat avec l’idée qu’une vie sans boxe ne vaut peut-être pas la peine d’être vécue.

1 - Slam Dunk (9,04/10)

Slam Dunk
Slam Dunk

Pour sa première année au lycée de Shohoku, Hanamichi Sakuragi, un grand adolescent turbulent aux cheveux roux et à la force physique hors du commun, a hâte de mettre fin à sa longue série de 50 rejets pour enfin trouver une copine. Malheureusement, sa réputation de criminel et de délinquant le précède, et la plupart de ses camarades de classe l’évitent comme la peste. Au terme de sa première journée d’école, deux pensées fortes l’habitent : « Je déteste le basket » et « Il me faut une petite amie ».

Inconsciente des antécédents d’Hanamichi en matière de mauvaise conduite, Haruko Akagi remarque son immense taille et s’approche involontairement de lui, en lui demandant s’il aime ou non le basket. Impressionné par le fait qu’une fille s’adresse à lui, le géant aux cheveux roux répond par un oui en dépit de ses véritables sentiments. Dans le gymnase, Haruko lui demande s’il peut effectuer un dunk.

Bien que complètement novice, Hanamachi saisit la balle et fait le saut… mais il dépasse les limites et sa tête heurte le panneau. Stupéfaite par ses capacités physiques quasi-humaines, Haruko informe rapidement le capitaine de l’école de basket de son exploit. Ce faisant, Hanamichi est propulsé de manière inattendue dans un monde de compétition pour une fille qu’il connaît à peine, mais il découvre bientôt que le basket-ball est peut-être plus intéressant qu’il ne le pensait.

Voilà, c’est tout pour ce classement des meilleurs mangas de sport ! À noter qu’il s’agit ici des œuvres papier, et on ne saurait que trop vous recommander de jeter un œil aux animations (animes) adaptées de ces pépites ! Dans certains cas, comme Haikyuu, ce sont des chefs-d’œuvre. Alors, avez-vous découvert de nouveaux titres ?

PS : tous les synopsis sont issus, inspirés, adaptés ou traduits du site MyAnimeList.

Partagez pour nous aider

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles
Femme-Japonaise-Sourire
La place de la femme au Japon

Comment sont les femmes au Japon ? Quels sont leurs droits, leurs interdits ? Quelle est leur histoire et les mentalités en vigueur ?

Katakana
Tableau des Katakana japonais

Les Katakana forment l’un des syllabaires utilisés pour écrire et lire le japonais. C’est la seconde leçon pour apprendre la langue !