FuransuJapon-Banniere

Voici le prix renversant d’un Manga au Japon

Plusieurs mangas
Le manga, un produit en pleine explosion

Le prix d’un manga en France se situe actuellement entre sept et huit euros. Pour des éditions améliorées, on grimpe facilement au-delà des 10 €. Mais qu’en est-il au Japon, le pays producteur et exportateur de ces superbes histoires ?

Le prix moyen d'un manga au Japon

On peut facilement imaginer que le prix moyen d’un manga au Japon est beaucoup moins cher qu’en France. Et c’est le cas. Ce n’est pas une surprise, puisque la traduction, la mise en forme et les nombreuses marges des maisons d’édition ainsi que des revendeurs font naturellement gonfler les prix.

Au Japon, un manga neuf coûte en moyenne entre 400 à 500 ¥ par tome. Si l’on convertit cela en euros, cela nous donne un prix moyen entre 3,10 € et 3,87 € par volume ! Vous l’aurez compris, en France, nous payons plus du double de ce que nos amis japonais déboursent pour suivre les aventures de Luffy.

Des sites marchands comme Amazon Japan proposent tous logiquement des mangas aussi peu chers. Toutefois, si vous passez commande depuis la France ou l’Europe, les frais de port vont rapidement faire grimper la note, et vous vous retrouverez avec une facture bien plus salée que si vous aviez commandé en France.

Tome 1 de Naruto en japonais
Tome 1 de Naruto en japonais

Lire des mangas au Japon

Avec un prix d’achat aussi faible, la valeur d’un tome de manga au Japon n’est pas la même. Parfois, on trouvera des cartons avec les Japonais qui décident de jeter ou de donner certains volumes pour se faire de la place dans leur collection. Une scène qui n’est même pas envisageable en France.

De plus, un nombre croissant de Japonais se sont mis à la lecture digitale via une tablette Kindle, Android ou Apple. Les abonnements électroniques ont bondi, et on observe d’ailleurs une tendance similaire en France avec des sites comme Kana ou Mangas.io.

Au Japon, il est possible de se rendre dans des mangas café. Comme le nom l’indique explicitement, ce sont des établissements qui vous proposent de consommer une boisson et des petites denrées alimentaires tout en lisant les mangas de votre choix. Généralement, on peut y rester plusieurs heures. Des forfaits existent, par exemple si vous souhaitez lire pendant trois heures, six heures ou encore neuf heures.

D’ailleurs, nous disposons, nous aussi, en France, d’un Manga Café (qui est d’ailleurs le nom de l’établissement). Situé à Paris, il vous propose de découvrir un petit coin de Japon en plein cœur de Paris. On peut y consommer des boissons chaudes, froides, jouer à des jeux vidéo et bien sûr lire des dizaines de mangas différents.

Les magazines de mangas au Japon et leur prix

Lorsqu’on s’intéresse au prix d’un tome, on arrive très vite aux magazines qui publient chaque semaine les chapitres de mangas. Le plus connu est sans conteste le Weekly Shonen Jump, qui est responsable de la parution des œuvres les plus populaires comme One Piece, Bleach ou encore Naruto.

Au Japon, on peut l’obtenir chaque lundi pour un prix de 240 ¥ soit 1,86 € ! Un tarif dérisoire quand on sait que certains revendeurs français et internationaux le commercialisent à presque 10 € et en font presque un objet de collection.

Au Japon, il n’est pas rare de tomber sur un exemplaire du Weekly Shonen Jump ou un de ses équivalents dans une poubelle. Ce sont des formats plutôt imposants et dans le cas d’un Japonais qui souhaiterait l’acheter chaque semaine, il va vite se retrouver avec des armoires remplies au bout d’un an.

Bref, comme nous l’avons vu, le prix et la valeur d’un exemplaire de mangas sont relatifs au pays. À la fin, ce qui importe, ce sont l’histoire et les dessins réalisés par le mangaka.

Couverture du Weekly Shonen Jump
Couverture du Weekly Shonen Jump

Partagez pour nous aider

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles
Femme-Japonaise-Sourire
La place de la femme au Japon

Comment sont les femmes au Japon ? Quels sont leurs droits, leurs interdits ? Quelle est leur histoire et les mentalités en vigueur ?