Connaissez-vous la signification de ces 5 symboles animaliers dans les temples et sanctuaires au Japon ?

symbole-animaux-temple-japon

Depuis toujours, les Japonais ont nourri de fortes croyances vis-à-vis des animaux. On trouve depuis le XXe siècle des cafés animaliers, des parcs remplis de cerfs comme à Nara et, plus généralement, les animaux sont pétris de symbolisme au pays du soleil levant. Cela concerne les crabes, les chiens, les chats, les singes… Découvrez les cinq significations souvent rencontrées et méconnues dans les temples et sanctuaires au Japon !

Le chat

Maneki-Neko

Vous connaissez probablement cette célèbre statue de chat (neko) japonaise, déclinée à toutes les sauces en Asie : le Maneki-neko. On retrouve ainsi le plus souvent un chat blanc, assis qui tient sa patte en l’air. Ce type de statut en porcelaine a été popularisé par le temple Gotokuji à Tokyo.

La véritable histoire va bien au-delà d’une simple association entre la chance et nos félins préférés. Selon la légende, durant une tempête, un chat a levé la patte et fait un signe aux samouraïs du coin qui cherchaient à s’abriter. Il leur permit de rester au sec et, plus important encore, ils ont été impressionnés par la beauté du temple.

En échange, les guerriers munis de katanas soutinrent financièrement le temple et aidèrent les propriétaires. C’est pour cette raison, officiellement, que les chats sont considérés comme vecteur de chance. La plupart des magasins au Japon placent un Maneki-neko au sein de leur vitrine aujourd’hui, pour mettre toutes les chances de leur côté !

Le chien

Si les chats (neko) sont les stars incontestées d’internet et de nombreuses maisonnées japonaises, il ne faudrait pas oublier les chiens (inu), qui sont aussi très appréciés au Japon ! En effet, on trouve de multiples sanctuaires et temples qui les glorifient, à l’image du sanctuaire Musashi-Mitake à Tokyo. Des prières sont ainsi mises en place spécialement pour nos amis à quatre pattes. Plus fou encore, le temple Toshunji, à Yamaguchi, a élevé un chien comme prêtre principal.

Le symbolisme associé à certains chiens au Japon est la fertilité. Cela peut paraitre étonnant aux premiers abords, mais c’est une tradition qui trouve son sens dans le processus de création chez nos toutous. Si on les compare avec la plupart des autres animaux, les chiens n’ont, selon les Japonais, pas de complication durant leurs grossesses.

Le chien occupe traditionnellement la 12e place du zodiaque japonais. Le 12e jour du mois est le Inu no Hi (« Jour du Chien ») et c’est précisément ce jour-là que les femmes japonaises vont visiter les sanctuaires et prier. Le but ? Se souhaiter un accouchement rapide et confortable !

La fertilité est aussi quelque chose de recherché par de nombreux couples. Cela peut concerner les personnes qui n’arrivent pas à procréer, qui viennent de se mettre en couple ou qui souhaiteraient un enfant supplémentaire. Dans ce cas, on visite certains sanctuaires plus axés sur la fertilité, comme le Inu Jinja (sanctuaire du chien). Les couples vont ensuite ramasser des charmes en forme de chien et prier pour une famille, un enfant ou tout autre motif !

Le singe

Singes-Japonais-Legende

Au Japon, le singe (saru) est similaire au suffixe zaru, un ancien mot qui signifie « non ». On a par conséquent toujours associé les singes avec la sagesse de ne pas commettre de « mauvaises choses ».

Une légende porte d’ailleurs sur trois macaques mythiques et sages, qui ont décidé de ne pas parler, voir et entendre le mal. Ils sont souvent représentés sur des frises, où chacun se tient une partie du visage avec les mains : le premier, les yeux, le deuxième, la bouche et le troisième, les oreilles. Vous retrouverez ces trois figures iconiques sur de nombreux sanctuaires et statues au Japon. La légende a débuté au sanctuaire Nikko Toshogu.

On a donc fréquemment associé le singe avec la sagesse au Japon. L’histoire peut se résumer en « Ne pas voir le Mal, ne pas entendre le Mal, ne pas dire le Mal ». Il est considéré que si l’on respecte cette maxime, il ne nous arrivera que du bien !

La grenouille

Grenouille

Les grenouilles font partie de ces animaux sous-estimés dont on ne parle que trop peu dans la symbolique japonaise. Le mot « kaeru » a plusieurs significations au pays du soleil levant, dont « grenouille » ainsi que « revenir ». C’est donc en toute logique que des associations symboliques ont vu le jour au fil des siècles dans certaines croyances ainsi que dans certains établissements.

Par exemple, le sanctuaire Futami Okitama, dans la préfecture de Mie, est dédié à la grenouille. Pourtant, de nombreux Japonais s’y rendent afin de restituer ou de retrouver des objets perdus. Cette notion de « retour » ou de « recouvrement » est à considérer autant au sens physique que métaphysique.

Le crabe

Crabe

Connaissez-vous le Kanimaji ? Littéralement, il signifie le temple « plein de crabes ». Il célèbre l’histoire d’une petite fille qui évite à un crabe de devenir un sushi en échangeant sa nourriture contre la vie du crustacé. Plusieurs années après, la fille est destinée à être mariée à un roi serpent. Le père va rechigner à donner sa fille à son prétendant toxique, et les crabes vont porter secours en combattant le roi serpent !

En guise de remerciement, un temple du crabe a été construit. C’est pourquoi on y trouve de nombreuses sculptures de crustacés et des symboles un peu partout. Le Japon adore glisser des références à des légendes de ce type dans un peu près tous les établissements considérés comme religieux. N’hésitez pas à demander, si vous le pouvez, auprès du personnel ou de votre ami japonais si vous êtes curieux !