Ahegao : définition et exemples de cette expression érotique

Visage Ahegao
Un exemple de visage "ahegao"

Ahegao (アヘ顔) est un terme employé dans la pornographie japonaise pour désigner une expression faciale exagérée des personnages (généralement des femmes) pendant l’acte sexuel. Elle se caractérise typiquement par des yeux roulants ou croisés, une langue sortie et un visage légèrement rougi, pour montrer le plaisir ou l’extase. On retrouve très souvent ce style dans les mangas érotiques (maladroitement nommés « doujin »), les anime (hentai) et les jeux vidéo (erogē).

Le terme ayant gagné en popularité ces dernières années, sortant progressivement du lexique porno nippon et provoquant de nombreuses polémiques, nous avons décidé de rédiger un article complet sur le sujet. Vous trouverez ainsi les origines, les descriptions, des exemples ainsi que les scandales (qui font froid dans le dos) associés à la pratique.

D'où vient le mot ahegao ?

Exemple d'un visage ahegao en croquis
Exemple d'un visage ahegao, sous forme de dessin : les yeux ouverts, la langue tirée, de la bave, un visage qui rougit

Cette expression est un mélange de l’onomatopée « aheahe » (アヘ), qui désigne les gémissements d’une personne pendant l’acte sexuel, et de « gao » (顔), qui correspond au visage en japonais. Vous l’aurez compris, la poésie n’est clairement pas au rendez-vous puisque et le sujet ici présenté se veut cru. Cela dit, le genre ahegao (c’est comme cela qu’il est exposé sur les principaux sites où on le retrouve) n’est pas plus ou moins utilisé par les hommes que par les femmes. Par exemple, Mymy Haegel, l’ancienne rédactrice en chef de Madmoizelle.com, a indiqué qu’il s’agissait de son genre préféré.

Le terme aurait été utilisé pour la première fois dans les années 1990 pour faire référence aux expressions faciales des actrices de divertissement pour adultes dans les films et les magazines. Comme vous le constatez, avant d’être cloisonnée au format papier, l’expression proviendrait avant tout du monde réel !

Au cours des années 2000, la popularité de l’ahegao s’est considérablement accrue. Cela s’explique en grande partie par la communauté otaku et, à la fin de la décennie, la première anthologie de bandes dessinées sur le thème de l’ahegao a été publiée, sous le titre « A-H-E ».

Puis, dans les années 2010, les sites de lecture en ligne de doujinshi, les mangas hentai, ont été de plus en plus plébiscités par les internautes, qu’ils soient japonais ou français. Que ce soit pour retrouver ses personnages préférés dans des aventures déclinées pour adultes ou pour découvrir de toute nouvelle histoire afin de satisfaire ses plaisirs personnels, de plus en plus de personnes ont été curieuses de ce genre de lectures. La popularité de ces dernières s’illustre notamment par leur nombre qui croît sans cesse. Sur ces sites internet, on retrouve le plus souvent une catégorie ou un tag « ahegao », servant à compiler les œuvres qui contiennent au minimum une expression faciale de la sorte.

Pourquoi l'ahegao, c'est excitant ?

Selon beaucoup de personnes, le genre ahegao est excitant dans sa représentation en elle-même. Généralement, la personne qui réalise cette pose est au bord ou en pleine extase. Il s’agit donc d’une sorte de feu d’artifice, de bouquet final dans une scène sexuelle d’un doujin ou un hentai.

C’est alors l’idée de représentation d’un plaisir ultime, à tel point que la personne n’est plus en mesure de contrôler ses gestes, son expression faciale ou son corps, qui excite la plupart des personnes friandes de l’ahegao. D’autres indiquent sur des forums populaires comme Reddit que les mangakas auteurs de Ahegao ont plus tendance à détailler les expressions faciales de leurs personnages que les auteurs « classiques », et c’est pourquoi ces mêmes internautes se rendent avant tout dans la catégorie associée.

De son côté, le chercheur Khursten Santos valide en précisant que l’ahegao vise à « exagérer les manifestations faciales pour montrer que le personnage a un orgasme qui dépasse les limites classiques du plaisir ».

L'ahegao dans les mangas et animes

Himiko Toga
Himiko Toga en pleine extase

Avec une telle popularité auprès d’une proportion croissante de la communauté « otaku », l’ahegao se retrouve désormais dans de plus en plus d’œuvres « classiques », par exemple dans des shonen. L’idée n’est évidemment pas de faire référence à un orgasme (il n’y a généralement pas de scène de sexe dans des mangas classiques, destinés à un public jeune) mais à un plaisir ultime.

Par exemple, dans le célèbre et populaire manga My Hero Academia, Himiko Toga, une antagoniste, réalise souvent des expressions de joie au minimum inspirées de l’ahegao. Cela se vérifie tout particulièrement dans les scènes où son sadisme refait surface, ce qui lui procure un plaisir extrême.

L'ahegao dans la vraie vie (IRL)

Comme nous l’avons indiqué ci-dessus, l’ahegao est une pose qui a longtemps été cantonnée au domaine des mangas érotiques, ce que l’on nomme généralement doujin, ou hentai. Le phénomène prenant de l’ampleur et surtout de la popularité, certaines influenceuses, en particulier (Belle Delphine notamment) ont très vite reniflé la bonne affaire aux clics et ont décidé de l’exporter dans la vraie vie.

C’est ainsi que l’on peut découvrir cette expression faciale sur de véritables personnes, dans de courtes vidéos comme les TikTok, des lives Twitch ou surtout dans des contenus plus adultes. Des dizaines de personnes souscrivent à leur Onlyfans ou leur offre des dons (quand il s’agit de camgirls, par exemple) afin de pouvoir profiter d’une scène où ces jeunes femmes miment l’expression du ahegao.

Vous pouvez retrouver ci-dessous un exemple avec Belle Delphine. Attention, la scène peut être particulièrement gênante pour des personnes qui ne sont pas habituées. Globalement, on note que de nombreuses personnes appréciant le ahegao dans les mangas papier ne sont pas spécifiquement passionnées par son apparition sur le visage de véritables femmes.

À cet égard, vous aurez compris que le ahegao est plutôt une pratique s’illustrant sur des têtes de femmes. Cela dit, on trouve bel et bien des exemples de mangas qui montrent des visages d’hommes en pleine extase et reprenant les mêmes codes : langue tirée, les yeux qui roulent, les joues rougies…

Chez les hommes, pour que cela corresponde mieux à l’idée de perte de contrôle sur son corps, ce sont généralement des individus plus jeunes que leurs partenaires ou dominés. De jeunes hommes se sont également mis à tirer la langue dans la vraie vie afin de séduire, d’exciter filles et garçons.

Quoi qu’il en soit, la pratique et l’application de l’ahegao dans la vraie vie a de beaux jours devant elle. Que ce soit dans les résultats de recherche Google, sur les sites de camgirls ou de pornographie classique, la requête figure souvent dans les classements de popularité et semble intriguer de plus en plus de personnes, tous sexes confondus.

Une évolution dans le sens ?

S’il était, au départ, une expression intimement liée au vocabulaire du porno japonais, l’ahegao s’est progressivement frayé un chemin vers les réseaux sociaux et l’Internet grand public. Non pas que nos parents sachent ce que cela signifie (et encore heureux), mais de plus en plus de personnes connues emploient sans détour cette expression. On pense notamment à Bilal Hassani qui a réalisé un ahegao.

Que cela plaise ou non, l’ahegao semble gagner du terrain chaque année. Aujourd’hui, l’expression n’est plus systématiquement liée à l’orgasme féminin ou masculin, mais au plaisir en général. Certaines personnes n’hésitent pas à reprendre la mimique pour justifier d’un plaisir extrême, par exemple lorsque l’on croque dans un délicieux gâteau ou que l’on ressent un plaisir coupable.

De plus, l’ahegao a touché le grand public en devenant un véritable meme, largement porté par les forums de discussion américains Reddit ou 4chan, ainsi que le 18-25 en France. Si vous vous intéressez au genre de près ou de loin, vous avez certainement déjà aperçu le fameux T-shirt ou hoodie ahegao, qui compile des dizaines de filles issues de doujinshi en pleine extase. Une collection officielle a même vu le jour lorsque le mangaka Asanagi a noué un partenariat avec le site américain Fakku !

Cela dit, l’idée n’est clairement pas du goût de tout le monde. En janvier 2020, diverses conventions d’anime à travers les États-Unis ont fait interdire les vêtements ahegao sur leurs enceintes et ont refusé l’entrée aux personnes portant de tels vêtements.

hoodie-ahegao
Le hoodie ahegao, devenu un meme sur internet

Ce n’est pas une blague, oui, il y a bien des personnes qui se baladent sans problème dans la rue avec ce genre d’accoutrement. Si l’idée est déjà limite dans les conventions et les événements qui regroupent des personnes susceptibles d’apprécier le thème, il est d’autant plus gênant pour de nombreuses personnes qui ne connaissent rien aux mangas, le porno japonais ou la signification de telles expressions faciales.

Sur Reddit, un utilisateur travaillant dans un collège (selon lui) est confronté à un élève de quatrième (!) qui porte ce sweat. Bien entendu, il faut prendre du recul avec ce genre de messages sur des réseaux sociaux car ce n’est pas forcément vrai. Mais si et seulement si c’est bien la vérité, on peut comprendre qu’à défaut de gêner celui qui porte le vêtement, cela peut heurter les personnes de son entourage.

Pourquoi voit-on le signe de la paix ?

ahegao-peace
Un "double piece" ahegao

Dans beaucoup de ahegao, on remarque que la personne réalise le signe de la paix avec ses doigts. Elle peut d’ailleurs utiliser une ou deux mains, au choix. Mais alors, pourquoi et surtout, quel est le rapport entre un signe pacifiste et une expression d’extase sexuelle ?

En vérité, le signe de la paix n’a aucun rapport avec l’ahegao, bien qu’il apparaisse souvent malgré lui. Au Japon, on réalise souvent ce genre de signe lorsque l’on prend une photo ou que l’on doit poser. Cette mimique des doigts se nomme « peace », prononcée piisu (ピース) au pays du soleil levant. Si on le réalise avec nos deux mains, il devient un « double piece », prononcé daburu piisu (ダブルピース).

La polémique de l'ahegao

Nous avons mentionné ci-dessus que la plupart des personnes dataient le début de l’ahegao dans les années 1990 afin de qualifier l’expression des actrices pornographiques japonaises.

Cependant, une polémique a vu le jour en 2016 lorsqu’une personne a indiqué que c’est bien le mangaka Shojo Tsubaki qui l’a utilisé (visuellement, dans son œuvre) pour la première fois dans les années 1980. C’est bien cette origine qui pose un problème.

Nous allons employer des pincettes et le conditionnel, puisque nous n’avons pas voulu nous infliger cette lecture qui de toute façon n’est (on l’espère) certainement pas disponible sur Internet. De ce qui est rapporté, l’ouvrage érotique japonais décrivait et illustrait un homme qui fantasmait sur l’agression sexuelle d’enfants.

On a donc une véritable mode devenue grand public, l’ahegao, qui tirerait son origine d’un recueil renforçant les stéréotypes selon lesquelles les femmes japonaises seraient soumises, facilement dominés ou manipulés, ou même qu’elles mériteraient un traitement abusif, peu importe leur âge. D’après l’auteur de cette polémique, l’ahegao ne serait rien de plus qu’une fétichisation du Japon, largement supportée par les occidentaux blancs en particulier.

Message de polémique sur l'ahegao
Message d'origine sur la polémique de l'ahegao

Partagez pour nous aider

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles
Femme-Japonaise-Sourire
La place de la femme au Japon

Comment sont les femmes au Japon ? Quels sont leurs droits, leurs interdits ? Quelle est leur histoire et les mentalités en vigueur ?

Katakana
Tableau des Katakana japonais

Les Katakana forment l’un des syllabaires utilisés pour écrire et lire le japonais. C’est la seconde leçon pour apprendre la langue !

Hiragana
Tableau des Hiragana japonais

Les Hiragana forment l’un des syllabaires utilisés pour écrire et lire le japonais. C’est la première leçon pour apprendre la langue !