vaccin-japon

Quel vaccin faut-il effectuer pour voyager au Japon en toute sécurité ? C’est une question que se pose la majorité des touristes. Heureusement, les personnes qui visitent le Japon pour une durée limitée (moins de 3 mois) ne doivent pas faire de vaccin particulier. Mais par mesure de protection, le gouvernement japonais et français recommande d’être à jour. En effet, nous avons recensé plusieurs épidémies de rubéole, de rougeole, de dengue. Il faut aussi avoir ses principaux vaccins actualisés, comme la poliomyélite ou le tétanos.

Les vaccins qu'il faut avoir un jour

Comme indiqué ci-dessus, aucun vaccin n’est obligatoire pour voyager au Japon. Le ministère des Solidarités et de la Santé préconise aux vacanciers d’être à jour dans leurs vaccins indispensables, et en recommandent d’autres :

Vaccins obligatoires

Les 3 vaccins ci-dessous sont obligatoires en France. Chacun doit effectuer un rappel vaccinal dès l'âge de 25 ans. Les résidents de Guyane doivent également ajouter le vaccin contre la fièvre jaune à partir d’un an. En effet, un certificat de vaccination antiamarile est exigé si vous êtes en provenance d'un pays où il y a un risque de transmission de cette pathologie. Sont notamment concernés l'Angola, l'Argentine, le Bénin, la Bolivie, le Brésil, le Burkina Faso, le Cameroun, la Colombie, le Congo, la Côte d'Ivoire, l'Équateur, l'Éthiopie, le Gabon, le Ghana, la Guinée équatoriale, la Guyane française ou encore le Sénégal.

Vaccin Contagion de la maladie
Poliomyélite Eau contaminée ou nourriture
Tétanos Infection d’une plaie ou d’une blessure
Diphtérie Voie aérienne et cutanée lors de contacts directs avec des malades ou des porteurs sains

Vaccins recommandés

Les vaccinations suivantes sont recommandées en cas de séjour prolongé ou dans des conditions d'hygiène précaires. Les personnes réalisant des passages répétés sont également concernées. Les individus qui logent dans des zones rurales pendant les périodes de haute transmission de l'encéphalite japonaise sont invités à se faire vacciner dès l'âge de 2 mois. Pour information, le vaccin contre l'hépatite B nécessite 2 injections espacées d'un mois avec un rappel unique 6 mois plus tard. Vous pouvez cependant souscrire à un schéma accéléré comportant 3 doses rapprochées et une 4e dose un an plus tard pour acquérir plus rapidement l'immunité en cas de départ imminent.

Dans le cas de la typhoïde, cela est recommandé pour les personnes qui vont séjourner de manière prolongée dans des conditions d'hygiène précaire. Le vaccin est accessible à partir de l'âge de 2 ans.

Vaccin Contagion de la maladie
Encéphalite japonaise Morsures de moustiques
Grippe Gouttelettes dans l’air
Hépatite A Eau contaminée ou nourriture
Hépatite B Fluides corporels contaminés (sexe, aiguilles, etc.)
Rage Animaux infectés
ROR (rougeole, oreillons, rubéole) Divers vecteurs
Typhoïde Eau contaminée ou nourriture

Encéphalite japonaise

Il est conseillé de se vacciner contre l’encéphalite japonaise. C’est une maladie rare, mais qui est parfois fatale. Il existe un vaccin très facile d’accès qui n’est pas douloureux. Celui-ci est particulièrement recommandé si vous voyagez au pays du soleil levant pendant les mois d’été et surtout lors de la saison des pluies.

En effet, cette maladie virale est véhiculée par les moustiques. Ces derniers sont endémiques dans l’ouest du Japon. Le pic de transmission a lieu au début de l’été et en automne. Le vaccin est considéré comme moins indispensable si vous restez dans les principales grandes villes du pays (Tokyo, Osaka, Kyoto) et pendant une période courte. Mais en cas de doute ou d’allergie, veillez à consulter votre médecin généraliste avant votre voyage.

Les symptômes les plus fréquents sont la fièvre, des maux de tête intenses, la diarrhée, des vomissements et un état de léthargie. Certaines personnes peuvent être asymptomatiques. Ces dernières seront tout autant contagieuses qu’un malade ordinaire. Il faut donc penser à se faire vacciner pour se protéger soi-même, mais aussi son entourage.

Paludisme

Concernant le paludisme, il n’y en a pas au Japon. Les rares cas qui sont décelés de temps à autre sont systématiquement contractés à l’étranger. Il n’y a alors pas lieu de s’inquiéter et de se faire vacciner contre cette maladie transmissible.

Norovirus

Le norovirus est un virus très contagieux qui est parfois surnommé le « virus des vomissements de l’hiver ». Il est commun et sévit en général en hiver au Japon. Il provoque principalement des gastrites et des coliques. On trouve de nombreuses souches distinctes au Japon. Ainsi, l’immunité acquise par une infection antérieure peut ne pas fonctionner d’une année à l’autre. Pour s’en prémunir, le mieux reste de se laver régulièrement les mains.

Sa transmission se fait via les selles et les vomissements d’un porteur du virus. Ce dernier circule alors dans les cours d’eau par les égouts et il n’est pas surprenant que le virus se retrouve dans les rivières, surtout dans les grandes villes. Dès lors, le virus va s’accumuler dans la vie aquatique et on le décèle sur des mollusques et des crustacés, notamment les huîtres. La consommation de coquillages crus représente un risque non négligeable d’infection et cela est particulièrement déconseillé en période de prévalence.

Les ustensiles de cuisine et l’eau utilisée avec des coquillages contaminés peuvent être vecteurs du virus. Une infection avérée de norovirus peut survenir en mangeant des coquillages crus, mais aussi tout ce qui provient d’une cuisine infectée. Lorsque des doigts sont contaminés, le virus peut pénétrer dans l’organisme par la bouche. Les porteurs peuvent aussi transmettre le virus s’ils ne se lavent pas (ou pas suffisamment) les mains après être passés aux toilettes.

Rhume et grippe

Le Japon comprend 4 saisons, comme la France. La saison de la grippe se déroule pendant les mois d’hiver, généralement de décembre à mars. La densité de population des grands centres urbains du pays et des villes touristiques n’aide pas à freiner les épidémies. En 2018, l’une d’entre elles a frappé le pays et a touché plus de 2,8 millions de personnes. C’est pourquoi de nombreux organismes japonais vous conseilleront de vous faire vacciner contre la grippe si vous voyagez pendant la période froide.

Là encore, il faut se laver les mains plusieurs fois par jour pour se prémunir des contaminations. Les Japonais ont l’habitude depuis des décennies de revêtir un masque dès lors qu’il se sent un peu malade. Vous devez impérativement les imiter si vous êtes sujets à un rhume. Sinon, vous ne respecterez pas les autres dans les transports en commun et il est probable que des regards noirs soient portés sur vous.

La grippe japonaise est la même qu’en France. Elle provoque une fièvre de plus de 38°, des maux de tête, des douleurs dans tout le corps, des maux de gorge ou des larmes. Dans les cas les plus graves, elle peut conduire à la mort. Au Japon, une faible humidité est le climat propice pour le virus de la grippe, c’est pourquoi il est très actif pendant l’hiver sec.

Si vous présentez les symptômes, n’hésitez pas à appeler l’hôpital le plus proche. Pour vous aider, veuillez vous référer à notre page sur les numéros d’urgence au Japon.