Pocket-Wifi

Une connexion à Internet est devenue indispensable pour la plupart d’entre nous. Lorsque l’on voyage dans un pays étranger, a fortiori le Japon qui n’utilise pas le même alphabet que nous, il peut être crucial de pouvoir se rendre sur la toile afin de trouver comment se déplacer ou pour recueillir tous types de renseignements.

Dans cet article, nous allons vous donner toutes les informations pour accéder à Internet depuis le Japon. Bien que cela reste facile, et que la situation s’améliore de chaque année, cela peut demander un peu de planification et de préparation. Retrouvez tout ce qu’il faut savoir pour obtenir du Wi-Fi, un Wi-Fi Pocket, une carte SIM ou encore un téléphone de location.

Le Wi-Fi au Japon

Starbucks-Japon

Peu importe où vous logerez (capsule, hôtel, hôtel classique, chambre d’un appartement, Airbnb ou auberge de jeunesse), il y aura presque à coup sûr un Wi-Fi accessible gratuitement. Cela vous permet de vous y connecter chaque soir depuis votre téléphone portable ou votre ordinateur, et ainsi pouvoir travailler, visionner votre série préférée sur Netflix ou encore préparer la journée du lendemain.

En revanche, c’est une autre histoire lorsque l’on est dehors. La plupart de nos forfaits téléphoniques offrent des données mobiles pour se relier à Internet, mais cela n’est souvent valable qu’en Europe. Or, cela ne vous aura pas échappé, le Japon ne fait pas partie de l’Union européenne. Malgré les accords communs entre certains opérateurs, il faut utiliser une solution locale pour profiter d’Internet sur son téléphone dans les rues de Tokyo ou de Kyoto.

Les systèmes les plus simples pour se raccorder à Internet lorsque l’on est éloigné de son domicile sont les mêmes qu’en France : parvenir à un lieu public qui propose un Wi-Fi gratuit. Cela peut être un restaurant, un café, un bar, les aéroports ou encore les musées. Les Starbucks sont connus pour offrir une connexion Wi-Fi dans l’ensemble des établissements. Il existe également certaines villes japonaises qui ajoutent du Wi-Fi public dans les principaux centres-villes. Cela dit, il est vrai que ces bornes d’accès gratuites sont moins courantes que dans d’autres pays, en particulier Singapour ou la Corée du Sud. En revanche, et contrairement à la France, le Wi-Fi japonais se montre très fiable et presque toujours rapide.

Les hébergements au Japon ont bien souvent le Wi-Fi depuis les années 2010. Attention tout de même à certains établissements récalcitrants qui facturent encore le Wi-Fi. Heureusement, cette pratique tend à disparaître. Il existe quelques lieux plus reculés et modestes (certains ryokan par exemple) où Internet n’est disponible que par un câble LAN. S’ils vous sont généralement proposés sans frais supplémentaires, il faudra passer par un adaptateur USB ou un ordinateur compatible pour profiter de l’accès.

Le gouvernement japonais a annoncé le 1er juin 2022 son intention de couvrir 99,9 % de tous les foyers nippons avec la fibre optique d’ici à 2028. Plus que jamais, l’archipel désire se positionner comme un acteur majeur du très haut débit. L’idéologie est d’assurer les plus grandes vitesses descendantes à la fois dans les villes, mais également au sein des régions.

La pandémie de coronavirus a mis en lumière le retard du Japon dans la transformation numérique. Le plan énoncé début juin évoque le recrutement supplémentaire de multiples experts de numérisation et autres scientifiques de la data.

La démocratisation de la 5G figure aussi au programme. L’idée est de garantir 99 % de couverture pour la population d’ici 2030. Les câbles sous-marins seront achevés autour du Japon avant la fin 2025. Les métiers du numérique pourraient revenir sur le devant de la scène et enclencher une croissance pour l’économie et l’innovation. Les zones régionales sont notamment visées, ce qui permettrait leur revitalisation.

Les cartes SIM et les données Internet au Japon

Japonaise-sur-telephone

Comme nous vous l’avons expliqué ci-dessus, les cartes SIM achetées en France ne comprennent généralement pas de formules pour se connecter depuis le Japon ou un autre pays asiatique. En revanche, chaque voyageur sait qu’il est possible de se procurer une carte SIM locale assez facilement. Nous vous conseillons de les acquérir dans les magasins électroniques ou, dès votre arrivée au Japon, dans les aéroports. Ceux du Kansai ou de Narita sont testés et approuvés par des millions de vacanciers depuis leur début de commercialisation.

Ces cartes ont été pensées pour les touristes. Ainsi, si certaines vous demandent de remplir un petit formulaire ou d’achever une configuration simplette, cela reste accessible pour tout le monde. Vous trouverez également des tutoriels plus approfondis sur Internet en fonction du modèle que vous achèterez. Chacune de ces cartes SIM est proposée en plusieurs formats, correspondant à des montants de données utilisables. Suivant ce que vous voulez faire (de la sobre navigation Internet à un visionnage de longue haleine de vos séries préférées), il faudra bien choisir pour que votre achat vous dure toute la période du séjour. Vous pourrez évidemment recharger ou vous procurer une nouvelle SIM si vous vous rendez compte que vous avez besoin de plus de données mobiles.

Nous considérons que l’achat d’une carte SIM est devenu indispensable au Japon. D’une part, cela vous permet de rendre votre téléphone connecté et dès lors bénéficier de tous les services. Cela est particulièrement salutaire pour des applications type Google Maps ou pour accéder à des guides touristiques. Surtout, vous pouvez ainsi faire fi de la fonction cellulaire en passant par des services comme WhatsApp, Skype ou FaceTime afin de ne pas payer les frais d’itinérance.

Si vous ne souhaitez pas passer vos appels vocaux par des applications utilisant des données Internet, il vous reste la possibilité d’acheter des cartes SIM voix/données au Japon. C’est une option tout à fait correcte si vous désirez passer des appels téléphoniques depuis votre propre téléphone sans verser des frais d’itinérance usuraire à votre compagnie habituelle. En revanche, cela vous demandera une procédure d’enregistrement plus fastidieuse avec l’envoi de votre photo de passeport et certaines pages de votre visa.

Le Pocket Wi-Fi

Pocket-Wifi-Illustration

Si vous êtes en famille ou en groupe, il peut être plus intéressant d’acheter un Wi-Fi de poche. Ces appareils se présentent sous la forme d’un petit boîtier et offrent une connexion rapide avec bien plus de données qu’une simple carte SIM. Il n’est pas rare de trouver des modèles abordables (moins de 7 euros par jour) offrant 200 Mb/s en débit descendant (download) et 40 Mb/s en débit montant (upload). De nombreuses entreprises en commercialisent et vous permettront de les réserver en avance avant votre séjour et de vous les livrer à votre hébergement dès la première nuit ou à compter de votre arrivée à l’aéroport. Là encore, on peut les louer au comptoir dans les halls des principaux aéroports japonais.

L’avantage d’un Pocket Wifi, c’est surtout de tenir dans la poche avec des dimensions réduites et un poids plume d’environ 150 g tout en octroyant une connexion très haut débit en Wi-Fi. La couverture du territoire japonais est assurée à plus de 99 % dans la plupart des cas. Que vous soyez dans les transports en commun ou dans certains lieux un peu déserts ne change (presque) rien. Il existe évidemment quelques exceptions, comme les stations les plus profondes des villes ou des zones désolées, dans les montagnes, etc.

L’autonomie est assez combative, avec une batterie supérieure à 7:00 et une portée d’approximativement 20 m. Cela représente donc une solution idéale si vous souhaitez accéder au GPS de votre téléphone, aux horaires de train, pour envoyer des messages sur vos réseaux sociaux (Twitter, Snapchat, Facebook, etc.) ou même pour regarder des vidéos sur YouTube.

Le fonctionnement est un jeu d’enfant. On obtient l’appareil avec son code WPA qui nous sert a nous y connecter. Il n’y a généralement pas besoin de configurer la machine en se créant des identifiants, tout est instantané. Certains proposent en outre un QR code à scanner pour faciliter les procédures. Du reste, cela marche comme un appareil technologique classique : il suffit de surveiller la batterie pour qu’il ne tombe pas en panne. En fin de journée, vous n’avez qu’à le recharger, la plupart du temps par un câble USB. La majorité des modèles peuvent s’utiliser en connexion filaire.

La location de téléphone portable

Telephone-Japonais-Metro

Si vous ne voulez pas des propositions précédentes, il reste une solution : la location de téléphone portable. Ces services tendent à disparaître au Japon, mais il subsiste pas mal de comptoirs accessibles à toute personne maîtrisant un minimum d’anglais. Les prix sont très raisonnables et il est possible de louer le smartphone pour une durée équivalente à celle de votre séjour.

Là encore, les principaux comptoirs se trouvent dans les aéroports populaires du Japon. Vous ne pourrez pas les manquer, avec leurs inscriptions visant les voyageurs internationaux « Rental Service » ou « Cellular Phone ». Il est également possible de les réserver en amont de votre arrivée. Les commerçants s’alignent la plupart du temps sur les prix, mais il peut être intéressant de faire le tour des quelques boutiques afin de voir si vous ne pouvez pas faire une affaire quelque part.

Le pays des records

Les chercheurs japonais se vantent régulièrement d’établir de nouveaux records de transmission de données par fibre optique. Des experts de l’Institut national japonais des technologies de l’information et des communications ont réussi à envoyer des data sur un câble à fibre optique multicœur personnalisé à une vitesse de 1,02 pétabit par seconde sur une distance de 51,7 km.

En des termes plus digestes, cela revient à acheminer 127.500 Go de données chaque seconde. De quoi approvisionner plus de 10 millions de chaînes de diffusion avec une qualité 8K par seconde. C’est aussi 100 000 fois plus rapide que la prochaine génération promise de connexion haut débit.

Cette percée technologique intrigue les autorités, car elle repose sur du matériel et des techniques compatibles avec l’infrastructure conventionnelle en place dans tout le pays. Cela n’assure pourtant pas sa mise en œuvre dans les prochaines années. Un nouveau câblage en fibre optique est indispensable.

Les experts anticipent une hausse de la demande de données de la société dans les années à venir. La 5G se généralise et la 6G approche vite. Le Japon espère s’installer comme la localisation forte de la technologie dans les futures années. Une progression aussi conséquente de la fibre optique permettrait au pays du soleil levant de démontrer une longueur d’avance considérable pendant quelques années.

De nombreuses entreprises technologiques japonaises dont NTT Docomo (principal opérateur de télécommunications mobiles) ont annoncé leur intention de « mener des tests expérimentaux de nouvelles ingénieries pour le lancement commercial ciblé de services 6G d’ici 2030 environ ». Ils commenceront au cours de l’exercice actuel qui se termine en mars 2023. Les essais en extérieur s’amorceront l’année prochaine.