Changer ses euros en yens facilement

yen-euro

La monnaie japonaise est le yen (円, yen). Son code ISO est JPY (pour l’euro, c’est EUR). Nous vous recommandons d’avoir en permanence plusieurs milliers de yens dans votre portefeuille en liquide. En effet, la carte bancaire n’est acceptée que dans certains établissements, le chèque presque jamais. Dans la pratique, on paie en espèces dans plus de 80 % des achats au pays du soleil levant. La sécurité de l’État en fait une destination sure, même pour les touristes solitaires.

Devise

Un yen correspond à 100 sen (une mesure utilisée uniquement dans les cours boursiers désormais). On trouve des billets de 1000 yens, 2000 yens, 5000 yens et 10000 yens. Des pièces sont aussi disponibles : 1 yen, 5 yens, 10 yens, 50 yens, 100 yens et 500 yens. Le Japon ne fait pas partie de la zone euro pour des raisons évidentes. Il est donc impossible de régler ses achats avec la monnaie française, sauf peut-être dans les aéroports internationaux.

FreeCurrencyRates.com

L’euro et le yen sont deux monnaies soumises à l’inflation et au contexte international. Il peut être intéressant de se renseigner périodiquement sur le taux de change. Quand le yen est faible, on peut obtenir une somme plus importante en échange de notre mise en euro. Les voyageurs habitués n’hésitent pas à profiter de ce genre de situation pour mettre de l’argent de côté. La devise japonaise ne changera pas dans les prochaines années et vos yens seront toujours utilisables. Des sites comme Boursorama permettent de suivre les taux de change et les devises en général. Voici un graphique comparant l’euro par rapport au yen durant les 5 dernières années.

En France

Il est habituel pour beaucoup de voyageurs d’échanger des devises (euros) contre des yens avant de partir. On peut se constituer une réserve dans son portefeuille que l’on va progressivement utiliser au Japon. Il est cependant rare de retirer l’équivalent de plusieurs centaines d’euros et que cela sert pour l’entièreté du séjour.

Pour certains, c’est beaucoup plus rassurant d’avoir déjà ses yens en poche au moment de monter dans l’avion. Il y a moins de stress au Japon, on gagne du temps et on peut profiter de son voyage tout de suite. Beaucoup craignent de se heurter à la barrière de la langue nipponne. Il est vrai que de nombreux agents ne savent pas parler anglais, même pour des conversations sommaires !

  • Bureaux de change
    Dans les villes françaises, on se rend avant tout dans les bureaux de change. Il s’en spécialisait dans la transaction financière entre deux devises. Ce sont des intermédiaires qui vont appliquer des taux de change. Ceux-ci fluctuent au gré du contexte économique, mais aussi des établissements et des quartiers. Ainsi, la rue Vivienne à Paris présente plusieurs centres accessibles aux clients. La commission est généralement de 3 à 6 % et les frais fixes peuvent monter jusqu’à 5 euros.
  • Banque
    Les banques proposent aussi des échanges monétaires. Dans la pratique, ce n’est pas une solution que nous vous recommandons. Premièrement, les réserves de billets sont trop maigres. Le yen est une devise manipulée dans un seul pays et elle est moins populaire que d’autres (comme le dollar américain). De plus, les banques sont des intermédiaires qui ne vont pas hésiter à pratiquer des taux de change agressifs, même à leurs clients. Dernier inconvénient : le délai de livraison de vos devises est trop long, en général de plusieurs jours à plusieurs semaines ! La commission est habituellement de 3 à 6 % et les frais fixes peuvent monter jusqu’à 20 euros.

Quelle que soit la solution que vous allez retenir, nous vous recommandons de prendre votre temps et de faire jouer la concurrence. Après avoir terminé une commande, les services de change vous proposent souvent de venir retirer votre argent dans un bureau (physiquement), généralement dans une grande ville française. Sinon, vous devrez vous acquitter de frais d’envoi qui peuvent être significatifs.

Au Japon

  • Distributeur automatique
    Le Japon possède de nombreux distributeurs automatiques nommés DAB. Ils sont ouverts aux mêmes horaires que les banques (9h-17h) et permettent d’échanger sans encombre ses devises. Ce sont des appareils pour dépanner le touriste plutôt que l’aider en permanence. Les commissions prélevées sont parfois significatives. Les plafonds hebdomadaires ou mensuels sont bas, en fonction de votre contrat bancaire et de la marque de votre carte. Il faut aussi avoir un modèle compatible (bien que cela soit de plus en plus le cas, en particulier avec visa). Heureusement, les logiciels sont peu à peu mis à jour et il est fréquent de pouvoir accéder à un menu au minimum en anglais (ce qui n’était pas gagné il y a 10 ans). La commission est généralement de 3 à 6 % et les frais fixes montent jusqu’à 8 euros.

  • Aéroport
    L’aéroport est le 2e lieu japonais où vous pouvez transformer votre monnaie. Chaque aéroport japonais dispose de services de change. C’est un droit pratique qui peut dépanner, mais qui applique des tarifs beaucoup trop élevés pour être intéressants. Il ne faut donc surtout pas se laisser avoir ! La commission est généralement de 8 % et les frais fixes montent jusqu’à 18 euros.

  • Hôtel
    Certains hôtels proposent d’échanger vos euros contre des yens. Cela est surtout valable dans les grandes chaînes d’hôtellerie. On se rend à la réception et l’on peut pratiquer une transaction simple. Là encore, les taux de change sont affreusement élevés. Si vous avez désespérément besoin d’argent liquide, alors cela peut représenter une solution. La commission est en général de 5 à 10 % et les frais fixes peuvent monter jusqu’à 20 euros.

  • Banque
    Certaines banques japonaises offrent des services de change pour vos devis internationaux. Cela est surtout valable pour les grandes villes. Attention : les établissements fermeront chaque jour de la semaine à 15 ou 16 heures. Ils ne sont pas ouverts les samedis, les dimanches ainsi que les jours fériés. Néanmoins, dans les principales zones touristiques, les banques proposent souvent un bureau de change avec des heures d’ouverture plus longue ! La commission est généralement de 3 à 6 % et les frais fixes peuvent monter jusqu’à 12 euros.

Meilleure solution

Vous l’aurez compris, il n’y a pas vraiment de bonnes solutions parmi toutes celles énumérées ci-dessus. Par bonheur, l’arrivée d’Internet a permis de bousculer les standards. De nouveaux acteurs sont apparus progressivement. Il s’agit des bureaux de change en ligne. C’est dans ces derniers que l’on retrouve les commissions les plus intéressantes, la plupart du temps. Ils pratiquent des marges moins importantes, ce qui se justifie parfois par une absence de locaux onéreux à payer et moins de personnel (dans les guichets).

Ce sont des services sécurisés. Ils sont régulés par l’autorité des marchés financiers en France. Les plus connus sont le Comptoir Change Opera, Or et Change et Change de la Bourse. Ils offrent de nombreux avantages, en plus du prix :

  • Le délai de livraison est en dessous de 72 heures
  • On peut payer en carte bancaire ou en espèces
  • On peut échanger jusqu’à 5000 euros, voir beaucoup plus par virement
  • Il n’y a aucuns frais supplémentaires pour les commandes en ligne
  • Ils proposent un système de rachat de devises au même prix (si votre voyage est annulé)

Comment savoir si un taux de change est bon ou pas ?

Tous les sites vous répéteront qu’il faut absolument faire attention au taux de change monétaire entre l’euro et le yen. Afin de comprendre s’il est correct ou non, il faut le comparer avec le taux de change qui peut évoluer chaque seconde de la journée sur les marchés financiers mondiaux. Il est impossible d’obtenir un tarif exactement égal à celui du marché, mais on peut s’y rapprocher. Pour résumer, voici ce que l’on recherche :

Si 1 euro = 140 yens,

  • Taux de change excellent : s’il est supérieur à 1 euro = 137 yens
  • Taux de change correct : s’il est entre 1 euro = 134 yens et 1 euro = 137 yens
  • Taux de Change mauvais : s’il est inférieur à 1 euro = 134 yens

L’idée est de se rapprocher au maximum de ce que l’on peut trouver sur Internet. N’hésitez pas à utiliser le convertisseur automatique disponible au début de l’article. Il est constamment mis à jour avec les dernières valeurs boursières. Les taux sont donc actualisés et vous pouvez être l’un des premiers à profiter d’un yen faible ou d’un euro fort. Bien sûr, il faut aussi regarder le cours des valeurs : il faut qu’un euro vous donne le maximum de yens !