Empereur

une akihito abdique

L’empereur du Japon désigne le monarque et le chef de la famille impériale du Japon. Il est défini comme le symbole de l’État japonais et de l’unité de la population japonaise. Sa position découle de « la volonté du peuple auprès duquel réside le pouvoir souverain ». Il s’inscrit dans la ligne de succession impériale stricte qui est centenaire. L’empereur profite de nombreux pouvoirs symboliques : il est le dirigeant de la religion shintoïste. Il est aussi à l’abri des poursuites de la Cour suprême du Japon. Naruhito a pris le trône le 1er mai 2019 et est devenu le 126e empereur japonais.

L’empereur du Japon exerce des fonctions étatiques de nature formelle et cérémonielle. Citons la nomination du Premier ministre et du juge en chef de la Cour suprême. C’est lui qui convoque la Diète (le parlement japonais) et qui promulgue les lois. Il est actif dans la politique étrangère du pays : il rencontre les chefs d’État en visite ainsi que les ambassadeurs. Cependant, son rôle se limite au symbole de l’unité japonaise, et il n’est pas censé mener des actions politiques.

La dimension cérémonielle de l’empereur est définie dans la constitution d’après guerre, entrée en vigueur en 1947. Avec l’impératrice, l’empereur rencontre fréquemment les habitants des zones sinistrées. Il assiste aussi à la remise des prix d’importance, à la plantation d’arbres ou à des rassemblements de cérémonie du thé. Le couple impérial entreprend des dizaines de voyages impériaux chaque année. Les monuments aux morts sont les plus courants, afin de solliciter une prière pour le repos des victimes des divers conflits.

Rôle

Le rôle de l’empereur au Japon a toujours alterné entre des fonctions symboliques/cérémonielles et celui d’un véritable dirigeant impérial. La création du premier shogunat en 1199 marque la passation du pouvoir entre les shoguns et l’empereur. Ce dernier n’a que rarement assumé le rôle de commandant suprême du champ de bataille, tout le contraire de nos rois de France. En dépit des limitations sur son pouvoir, tous les dirigeants respectaient l’empereur et s’assuraient d’avoir la légitimation impériale pour leur position de gouverneur du pays.

Il faut attendre la restauration de Meiji en 1867 pour que l’empereur reprenne véritablement le pouvoir. La nouvelle constitution promulguée offrait à l’empereur le pouvoir souverain. La loi nipponne lui conférait un pouvoir politique et militaire proche de l’absolu. Mais dans la pratique, c’était les oligarques puis les Premiers ministres généraux qui tiraient les rênes.

Le rôle de Hirohito dans l’invasion de la Chine et la Seconde Guerre mondiale est sujet à débat parmi les historiens. Il sera épargné par les tribunaux de Tokyo après le conflit, qui jugent les criminels de guerre. L’empereur du Japon reste à la tête du pays et devient, de fait, le seul au monde. Son pouvoir est cependant fortement limité par la nouvelle constitution dictée par les alliés. Il participe principalement aux cérémonies, mais n’a pas de prérogative politique effective.

Quotidien

Les membres de la famille impériale n’ont pas de nom de famille commun. Ils ne vont utiliser que des prénoms. L’empereur Showa était notamment connu de son vivant sous le nom de Hirohito. On se réfère aujourd’hui aux empereurs par leur nom de règne, mais ces derniers ne prennent le nom de leur époque qu’à leur mort. Le couple impérial actuel est Naruhito et Masako. Lorsque les hommes de la famille impériale qui ne sont pas dans la ligne directe de succession se marient, ils reçoivent de nouveaux titres pour indiquer qu’ils fondent de nouvelles maisons. Par exemple, le 2e fils d’Akihito, Fumihito, portait le titre de prince Akishino, avant de devenir le prince héritier lors de l’accession au trône de son frère.

Le quotidien des membres de la famille impériale est limité. Ils ne sont pas en mesure de choisir librement leur travail. Ils ne peuvent être employés que dans les organisations à but non lucratif. Ils sont tenus d’œuvrer pour le bien public et l’autorisation de l’empereur est toujours requise. Ils ne peuvent pas voter aux élections ni s’y présenter. Ils doivent constamment donner la priorité à leurs prérogatives officielles. Enfin, l’empereur ainsi que les membres de sa famille ne peuvent pas adopter d’enfant. Les hommes de la famille impériale qui souhaite se marier doivent d’abord obtenir l’approbation du conseil de la maison impériale. Les femmes sont libres de choisir leurs partenaires, mais elles perdent leur statut impérial si elle décide d’épouser un individu hors de la famille.

La loi sur la maison impériale détaille l’ensemble des questions liées à la famille. Cela comprend les termes de la succession et de la régence. Le trône impérial sera dynastique, selon la constitution. Historiquement, il y a eu des cas où des fils de concubines sont montés sur le trône. Il y a aussi eu des femmes empereurs. Mais la loi actuelle de la maison impériale fonctionne sur un principe de primogéniture masculine.

Cérémonies

Date Nom Description
1er janvier Shiho-hai Il s'agit de la première cérémonie de l'année au cours de laquelle Sa Majesté l'Empereur offre, tôt le matin, des prières d'adoration aux dieux du sanctuaire d'Ise, du mausolée impérial et des quatre quartiers, dans le jardin sud du Shinkaden.
Saitansai Cette cérémonie a lieu dans les sanctuaires du palais impérial, tôt le matin, au début de la nouvelle année.
3 janvier Genshisai Cette cérémonie célèbre le siège et l'origine du trône impérial au début de la nouvelle année. La prospérité de la nation et du peuple est également priée dans les sanctuaires du Palais impérial.
4 janvier Sojihajime Lors de cette cérémonie qui se tient au début de la nouvelle année, le Grand Maître de la Division des Rituels annonce à Sa Majesté l'Empereur les cérémonies rituelles qui auront lieu cette année-là au sanctuaire d'Ise et au Palais impérial.
7 janvier Showa Tenno-sai Cette cérémonie a lieu au Koreiden le jour marquant le passage de l'empereur Showa. (Une cérémonie a également lieu au Ryosho (mausolée impérial)).
30 janvier Komei-Tenno-reisai Cette cérémonie a lieu au Koreiden le jour du décès de l'empereur Komei. (Une cérémonie a également lieu au Ryosho (mausolée impérial)).
17 février Kinensai Cette cérémonie a lieu chaque année en février dans les sanctuaires du palais impérial pour prier pour de bonnes récoltes.
23 février Tenchou-sai Cette cérémonie a lieu dans les sanctuaires du palais impérial et célèbre l'anniversaire de Sa Majesté l'empereur.
Jour de l'équinoxe de printemps Shunki-koreisai Cérémonie des ancêtres qui a lieu le jour de l'équinoxe de printemps au Koreiden.
Shunki-shindensai Cérémonie de remerciement aux dieux qui a lieu le jour de l'équinoxe de printemps au Shinden.
3 avril Jinmu-Tenno-sai Cette cérémonie a lieu au Koreiden le jour du passage de l'empereur Jinmu (une cérémonie a également lieu au Ryosho (mausolée impérial)).
Koreiden-mikagura Cette cérémonie a lieu la nuit de la cérémonie de l'empereur Jinmu, lorsque la musique Mikagura est jouée pour calmer les esprits des dieux.
16 juin Kojun-Kougou-reisai Cette cérémonie a lieu au Koreiden le jour du décès de l'impératrice Kojun (une cérémonie a également lieu au Ryosho (mausolée impérial)).
30 juin Yoori Cette cérémonie est organisée pour que Sa Majesté l'Empereur se purifie.
Ooharai Cette cérémonie a pour but de purifier le peuple du Japon, représenté par la famille impériale devant le Shinkaden.
30 juillet Meiji-Tenno-reisai Cette cérémonie a lieu au Koreiden le jour marquant le passage de l'empereur Meiji. (Une cérémonie a également lieu au Ryosho (mausolée impérial)).
Equinoxe d'automne Shuuki-koreisai Cérémonie des ancêtres qui a lieu le jour de l'équinoxe d'automne au Koreiden.
Shuuki-shindensai Cérémonie de remerciement aux dieux qui a lieu le jour de l'équinoxe d'automne au Shinden.
17 octobre Kanname-sai Lors de cette cérémonie qui se déroule au Kashikodokoro, de nouvelles récoltes sont offertes aux dieux en remerciement. Le matin, Sa Majesté l'Empereur offre des prières d'adoration au sanctuaire d'Ise au Shinkaden.
23 novembre Niiname-sai Lors de cette cérémonie, Sa Majesté l'empereur offre de nouvelles récoltes en remerciement aux dieux ancestraux et autres, puis l'empereur lui-même mange une partie des récoltes offertes. Il s'agit de la plus importante de toutes les cérémonies rituelles annuelles qui ont lieu au palais impérial. L'empereur offre également aux dieux des récoltes qu'il a lui-même cultivées.
Milieu du mois de décembre Kashikodokoro-mikagura Cette cérémonie a lieu en début d'après-midi, alors que la musique Mikagura est jouée pour calmer les esprits des dieux.
25 décembre Taisho-Tenno-reisai Cette cérémonie a lieu au Koreiden le jour du décès de l'empereur Taisho (une cérémonie a également lieu au Ryosho (mausolée impérial)).
31 décembre Yoori Cette cérémonie est organisée pour que Sa Majesté l'Empereur se purifie.
Ooharai Cette cérémonie a pour but de purifier le peuple du Japon, représenté par la famille impériale devant le Shinkaden.

Descendance

Les questions de succession sont régies par des lois votées par la diète nationale. La loi actuelle exclut les femmes de la succession. Une modification de celle-ci avait été envisagée jusqu’à ce que la princesse Kiko donne naissance au prince Hisahito le 6 septembre 2006. Avant cela, il y avait un clair problème de succession qui pouvait faire vaciller le régime impérial. Le prince Akishino est le seul enfant mâle à être né dans la famille depuis 1965.

Le Premier ministre Shinzo Abe a annoncé le 3 janvier 2007 qu’il abandonnerait la proposition de modifier la loi sur la maison impériale. Cependant, un autre plan proposé à l’époque, et qui pourrait revenir en cas de manquement de descendance, est de permettre aux hommes célibataires des branches collatérales abolies de la famille impériale de se rejoindre par adoption par mariage. Ce serait une mesure exceptionnelle pour assurer une succession stable. Elle ne révisera pas la loi entière sur la maison impériale. Enfin, l’autre condition serait que la royauté des 11 branches collatérales de la maison impériale ne serait jamais rétablie. Aujourd’hui, le prince héritier Ashino est officiellement « premier sur le trône du chrysanthème » le 8 novembre 2020. Cela signifie qu’il est le prochain empereur.

Voici l’arbre généalogique des récents empereurs du Japon. Il a été fourni par le site officiel de l’agence impériale.