FuransuJapon-Banniere

Attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo : récit de la catastrophe

Sortie de la station de métro Tsukiji, à Tokyo, en 1995. © Maxppp / Kyodo
Sortie de la station de métro Tsukiji, à Tokyo, en 1995. © Maxppp / Kyodo

L’attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo (地下鉄サリン事件, Chikatetsu Sarin Jiken) est un acte de terrorisme national perpétré le 20 mars 1995 à Tokyo, au Japon. Ses auteurs sont des membres du mouvement sectaire Aum Shinrikyo.

Au total, cinq attaques coordonnées ont été menées, au cours desquelles les auteurs ont libéré du gaz sarin sur trois lignes du métro de Tokyo à l’heure de pointe, tuant 14 personnes et en blessant gravement 50 (dont certaines sont décédées par la suite).

🙏 Le point sur la secte

Aleph, anciennement AUM Shinrikyo (1987-2000), est un nouveau mouvement religieux japonais fondé en 1987 sous le nom d’AUM Shinrikyo par Matsumoto Chizuo, connu de ses adeptes sous le nom de Maître Asahara Shoko. La notoriété de l’organisation s’est accrue lorsqu’on a appris que plusieurs de ses principaux dirigeants avaient perpétré l’attentat du métro de Tokyo en 1995, au cours duquel 13 personnes sont mortes et des milliers d’autres ont été blessées à la suite de la libération d’un gaz neurotoxique dans le métro de la ville.

Le groupe AUM est né de la déception d’Asahara à l’égard du bouddhisme japonais traditionnel. Les enseignements des bouddhistes tibétains et theravada lui ayant paru plus attrayants que les formes dominantes du bouddhisme japonais, il a tenté de créer un bouddhisme mettant l’accent sur des thèmes non japonais. Il propose une voie spirituelle dont le but est d’atteindre l’illumination dans cette vie. Celle-ci comportait diverses techniques, allant du yoga et de la méditation aux exercices de développement psychique, pour aider les adeptes à progresser vers l’illumination.

Le gouvernement métropolitain de Tokyo a accordé à Aum, en 1989, le statut de société religieuse. Cela se traduit par des allégements fiscaux et une moindre responsabilité vis-à-vis des autorités. Asahara a créé différents « ministères et agences » au sein de la secte, dont un « ministère de la santé et du bien-être », un « ministère de l’intérieur » et une « agence de renseignements », entre autres. En outre, Asahara et sa famille étaient pris en charge par une « Agence de la maison impériale ».

Les membres de la communauté, dont beaucoup de personnes instruites, recevaient pour instruction d’accorder une dévotion totale à leur gourou. Asahara a aussi commencé à s’intéresser aux prophéties, a étudié le livre chrétien de l’Apocalypse et, au début des années 1990, a prédit toute une série de catastrophes pour le Japon, y compris la troisième guerre mondiale. Pour Asahara, le mouvement AUM devait remplacer le gouvernement japonais dans le chaos qui suivrait la guerre, et son organisation reflétait celle du gouvernement.

Lorsque survient l’attentat au gaz sarin, le 20 mars 1995, AUM compte quelques 50 000 membres, dont la majorité vit en Russie. Les arrestations d’Asahara et de plusieurs centaines de membres de la direction et de la base, ainsi que la condamnation de 200 d’entre eux pour l’attaque du métro et de nombreux autres actes violents (dont une attaque au gaz à Matsumoto, au Japon, en 1994) ont décimé le groupe, et le gouvernement japonais a saisi ses biens.

Un avis de recherche pour trois personnes soupçonnées d'être liées à l'attaque au sarin dans le métro de Tokyo en mars 1995. Toutes étaient en garde à vue à la mi-2012. Crédits : Mike Dockery
Un avis de recherche pour trois personnes soupçonnées d'être liées à l'attaque au sarin dans le métro de Tokyo en mars 1995. Toutes étaient en garde à vue à la mi-2012. Crédits : Mike Dockery

💨 Le déroulement de l'attaque

Dans la matinée du 20 mars, 5 personnes sont entrées dans le métro de Tokyo, chacune avec un sac à trois sacs de sarin. Tous sont montés dans une ligne de métro distincte, leurs trains se dirigeant tous vers la station Tsukiji, au centre de Tokyo. Au même moment, chaque assaillant a jeté ses sacs de sarin sur le sol de la rame et les a perforés avant de sortir de la rame et de la station et de quitter les lieux dans une voiture de fuite.

Le produit chimique utilisé, le sarin liquide, était contenu dans des sacs en plastique que chaque équipe a ensuite enveloppé dans du papier journal. Les auteurs portaient chacun deux sacs totalisant environ 0,9 litre de sarin, à la différence de Yasuo Hayashi, qui portait trois sacs totalisant environ 1,3 litre de sarin. La secte Aum avait initialement prévu de répandre le sarin sous forme d’aérosol, mais elle a renoncé à le faire.

Les auteurs portaient leurs paquets de sarin et des parapluies aux pointes aiguisées, puis ils sont montés dans les trains désignés. À des stations préétablies, ils ont déposé les paquets de sarin et les ont percés à plusieurs reprises avec la pointe affûtée du parapluie. Chaque agresseur descendait ensuite du train et quittait la station pour rejoindre son complice dans un wagon. En laissant les paquets perforés sur le sol, le sarin s’est répandu dans le wagon et les stations. Parmi les agents neurotoxiques, le sarin est le plus volatil, il peut donc s’évaporer rapidement et facilement d’un liquide à une vapeur et se répandre dans l’environnement.

Alors que le liquide contenu dans les sacs commençait à se vaporiser, les vapeurs ont affecté les passagers. Les rames ont poursuivi leur route vers le centre de la ville, les passagers malades quittant les wagons à chaque station. Les émanations se sont répandues à chaque arrêt, soit en émanant des wagons contaminés eux-mêmes, soit par contact avec le liquide contaminant les vêtements et les chaussures des personnes.

Un grand nombre des personnes qui ont été emportées par l’exposition au sarin pendant l’attaque étaient celles qui sont entrées en contact avec l’agent toxique en essayant d’aider ceux qui avaient déjà été victimes. Deux employés du métro sont morts en essayant de se débarrasser de sacs de sarin perforés à la station Kasumigaseki.

Carte détaillée de l'attaque du train de la ligne Chiyoda en direction de Yoyogi-Uehara. Crédits : J4lambert (Wikipédia)
Carte détaillée de l'attaque du train de la ligne Chiyoda en direction de Yoyogi-Uehara. Crédits : J4lambert (Wikipédia)

🚨 Réaction prise en charge

Les ambulances ont transporté 688 patients le jour de l’attaque et près de cinq mille personnes ont atteint les hôpitaux par d’autres moyens. Les 278 hôpitaux ont accueilli au total 5 510 patients, dont 17 étaient dans un état critique, 37 dans un état grave et 984 dans un état modéré avec des problèmes de vue. Les personnes qui se sont présentées dans les hôpitaux étaient pour la plupart des personnes en bonne santé, qu’il fallait distinguer des malades.

La classification était la suivante : une victime modérée avait simplement un myosis (constriction excessive de la pupille), une victime grave était essoufflée ou avait des contractions musculaires ou des problèmes gastro-intestinaux en plus du myosis, et une victime grave ou critique nécessitait des soins en unité de soins intensifs.

Dès le milieu de l’après-midi, la plupart des personnes légèrement touchées avaient récupéré de leurs problèmes de vue et étaient sorties de l’hôpital. Le lendemain, la plupart des autres patients étaient suffisamment rétablis pour rentrer chez eux. Après une semaine, les patients les plus gravement atteints étaient toujours hospitalisés.

Le bilan de l’attaque était de huit morts le jour même, et quatre autres sont décédés par la suite. Il a fallu attendre environ deux heures pour que les hôpitaux prennent connaissance de la présence de gaz sarin et se mettent à administrer du 2-PAM et de l’atropine.

Des critiques ont été formulées à l’encontre des services d’urgence, notamment la police, les pompiers et les ambulances. On leur reprochait la façon dont ils avaient abordé l’attentat et les blessés, ainsi qu’à l’encontre des médias. En effet, alors qu’ils étaient présents à l’entrée du métro et qu’ils filmaient les blessés, les journalistes ont hésité lorsqu’on leur a demandé de transporter les victimes à l’hôpital.

Concernant les autorités du métro, elles ont refusé d’arrêter plusieurs trains, alors que des passagers avaient été blessés. Le personnel des services de santé, y compris les hôpitaux, a également été critiqué : un des hôpitaux a refusé d’admettre une victime pendant près d’une heure, et de nombreux hôpitaux ont refusé des victimes.

Les unités chimiques des Forces d'autodéfense japonaises interviennent sur les lieux. Source : Wikipédia
Les unités chimiques des Forces d'autodéfense japonaises interviennent sur les lieux. Source : Wikipédia

Sources : Wikipédia, Britannica #1 #2

Partagez pour nous aider

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles
japonaise-oui
Oui et Non en japonais

Découvrez nos méthodes simples et gratuites pour apprendre à dire « oui » et « non » en japonais. Des mots très utiles lors d’un voyage !

Carte-Japon
Cartes du Japon

Découvrez notre collection des meilleures cartes du Japon : des villes, des préfectures, des îles, satellites ou des métros !

Femme-voyage-Japon
Bagages et valises au Japon

Se déplacer au Japon peut être difficile si l’on transporte une grosse valise ou plusieurs bagages. Découvrez notre guide complet.

observation-mont-fuji
Quand partir au Japon ?

Lorsque vous planifiez un voyage au Japon, il y a de nombreux facteurs à prendre en compte en fonction de ce que vous envisagez découvrir.