FuransuJapon-Banniere

Traducteur japonais : Top 7 des meilleurs services gratuits

traducteur-francais-japonais

Le japonais est une langue difficile que tout le monde ne maîtrise pas. Il est cependant possible de passer par un traducteur automatique qui pourra vous aider à apprendre des mots ou des expressions sans effort. Certains proposent même une prononciation écrite simplifiée pour remplacer les caractères nippons. D’autres offrent une synthèse vocale pour bien maîtriser la langue. Voici notre classement des 7 meilleurs services gratuits de traduction du japonais en français.

Nous vous recommandons de lire attentivement toutes les propositions et de ne pas vous cantonner à un seul service. Aucun n’est parfait et rien ne remplacera une maitrise parfaite de la langue. Certaines applications vous proposent d’autres fonctionnalités et il est recommandé de cumuler plusieurs services de traduction.

1. DeepL

DeepL est un service de traduction automatique en ligne qui est également disponible sous forme de logiciel à télécharger gratuitement. Il a été lancé le 28 août 2017 et il permet d’ores et déjà de traduire facilement 26 langues. Plus d’un an après son lancement, le japonais a été ajouté comme langue disponible pour la traduction automatique.

Vous pouvez ainsi traduire des mots, des expressions ou une phrase entière depuis le japonais vers le français ou l’anglais. Il est aussi possible de modifier ou de reformuler la phrase traduite en cliquant sur le mot de votre choix. Il s’agit d’un excellent service en ligne qui est en constante progression et dont la précision repose sur la multiplication des opérations des utilisateurs (deep learning).

2. Romaji Desu

Romaji Desu est un site Internet pluriel : il s’agit à la fois d’un traducteur de kana vers romaji, et un traducteur kana vers l’anglais. Il n’y a donc pas la possibilité de traduire directement en français, mais vous pourrez tout à fait copier la traduction anglaise vers DeepL pour faire ressortir du français. Le principal atout de Romaji Desu est de s’adresser à ceux qui se concentrent sur le japonais parlé. Il est de notoriété publique que traduire des kana en kanji est particulièrement difficile pour un logiciel.

Les développeurs ont ainsi imaginé un traducteur capable d’analyser chaque kana pour le décomposer en différentes parties et ainsi déchiffrer sa traduction en romaji. Si vous souhaitez apprendre la structure des phrases ainsi que les particules, on vous recommande ce service qui place des espaces entre les mots et met en évidence les particules dans un texte bleu. Enfin, vous pouvez aller plus en profondeur en survolant n’importe quel mot pour voir sa traduction, sa forme, son furigana ou son romaji.

3. Jisho

Jisho est également l’un des traducteurs les plus populaires du marché, ce qui s’explique par sa simplicité d’utilisation et son ensemble de spécialités uniques. Il est par exemple possible de rechercher les traductions en dessinant des kanji ou en prononçant à haute voix un mot ou une phrase, à condition d’avoir un micro branché sur son ordinateur ou son téléphone.

On apprécie par ailleurs Jisho pour sa fonctionnalité qui permet de rechercher via des radicaux de kanji, des caractères génériques, des hashtags… cela est notamment pratique pour les examens JLPT (validation de niveau d’expression japonaise). C’est parfois le seul traducteur capable de décrypter certains mots très spécifiques qui se terminent par un kanji particulier. Ainsi, nous vous conseillons de toujours le garder sous la main.

Une fonctionnalité assez récente permet d’aider les personnes qui mélangent l’anglais et le japonais : il est possible d’effectuer une recherche en utilisant les deux langages, par exemple si vous ne vous souvenez que d’un seul conduit dans un mot spécifique, il est possible d’entrer la définition en anglais du mot que vous cherchez. Il n’y a rien de mieux pour se souvenir d’un mot, même si l’on regrette que cela ne soit pas disponible en français.

4. Google Traduction

Le service de traduction de Google a toujours été mal perçu par les professionnels ainsi que les professeurs. Si les algorithmes ont souvent été capables de traduire un bon nombre de mots à l’unité, on ne retrouvait pas le sens si l’on souhaitait passer d’une phrase japonaise à une phrase française. Mais il faut dire que depuis quelques années, le service a fait de nombreux progrès. Les questions, les phrases communes sont généralement correctes pour peu que l’on passe du français au japonais ou de l’anglais au japonais.

Cela s’explique principalement par deux leviers d’innovation : les algorithmes de Google ont toujours été améliorés avec les années, le budget dédié étant conséquent. La deuxième explication relève de la population d’utilisateurs qui peuvent à tout moment notifier qu’une traduction est fausse ou erronée. Cela permet d’avoir un retour d’expérience quotidien avec des millions d’utilisateurs annuels.

Cela dit, nous vous recommandons d’utiliser les alternatives présentes dans ce classement. Mais il y a un avantage qui nous pousse à mettre Google Traduction dans cet article : il est possible d’avoir une traduction en romaji (le japonais en caractères latins) ce qui permet de facilement prononcer des expressions ou des phrases. Si vous êtes au Japon, vous pouvez ainsi interagir avec votre interlocuteur en toute simplicité, sans avoir à apprendre la langue locale. L’autre gros atout est de pouvoir entendre une intelligence artificielle prononcer votre traduction, ce qui vous offre la chance de travailler votre prononciation.

5. Linguee

Si vous n’aimez pas les pubs et que vous souhaitez un traducteur capable de fonctionner en mode hors-ligne, dans le cas où vous n’avez pas de connexion, alors vous pouvez vous tourner vers Linguee. Le service est disponible sur navigateur Internet, sous Android et iOS. Il est idéal si vous recherchez des traductions depuis l’anglais vers le japonais. Il se vante de proposer près de 1 milliard de traductions et d’exemples de phrases à portée de main.

Il est possible de traduire une expression ou un mot singulier, mais le service brille surtout avec ses exemples de contractualisation. Des dizaines de modèles de traduction en provenance de sources externes vous seront proposés. Ce que vous cherchez à traduire sera mis en surbrillance jaune de façon à le faire apparaître nettement dans le texte en japonais.

6. Mazii

Mazii est un service qui se présente sous la forme d’une extension pour le navigateur Google Chrome (ainsi que ceux basés sous le moteur Chromium : Edge, Opéra, Brave, Vivaldi, etc.). Sa mission est simple : vous permettre de vous renseigner sur un mot ou un kanji japonais précis dans un texte. Il est apprécié par un bon nombre de Français, car il propose d’intégrer la langue de Molière avec le japonais. Son utilisation est un jeu d’enfant puisqu’il suffit de double cliquer sur n’importe quel mot pour faire apparaître une traduction.

Si vous souhaitez sélectionner une phrase entière à traduire, il vous faudra cliquer et maintenir la touche Alt enfoncée. Même si vous utilisez plusieurs traducteurs, celui-ci est particulièrement sympathique pour son utilisation légère et sa personnalisation dans les réglages : vous pouvez modifier la vitesse des popups, changer de langues, activer différentes fonctionnalités, etc.

7. Tangorin

Tangorin est un traducteur classique qui pourrait séduire de plus en plus d’élèves de japonais. Il est disponible sur navigateur, sur Android et sur iOS sous forme d’application. Il s’agit essentiellement d’un dictionnaire anglais japonais, mais il propose d’aller bien au-delà. On peut, là aussi, effectuer une recherche par radicaux japonais afin de trouver plusieurs kanji à partir de significations communes ou similaires.

On apprécie également le système de balises qui permet d’affiner ses recherches et de trouver la traduction souhaitée. Il y a souvent des exemples de phrases qui permettent de mieux contextualiser un caractère. Enfin, les tableaux de conjugaison ainsi que les diagrammes de kanji sont toujours plaisants, même si on peut les trouver ailleurs.

Pour les néophytes, il est possible de traduire automatiquement son prénom ainsi que son nom en katakana. Enfin, les plus experts se tourneront plutôt vers le dictionnaire de terminologie spécialisée qui est gratuit.

Partagez pour nous aider

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles
Fukuoka
Fukuoka — Le centre de Kyushu

Fukuoka (福岡) est la plus grande ville de Kyushu (quatrième île majeure du Japon) et l’une des dix villes les plus peuplées du Japon.

kanji
Kanji — Les caractères japonais

Les kanji sont les caractères d’origine chinoise utilisés pour écrire le japonais. Découvrez des listes traduites et leur histoire !

pere-fille-japonaise-livre
Romaji — Le japonais en latin

Le romaji est une méthode d’écriture du japonais en caractères latins. Découvrez son histoire, des exemples et des astuces !