FuransuJapon-Banniere

Que veut dire Moshi Moshi ?

une telephone japon
Est-ce que le "Allo" français est le même que le "Moshi Moshi" japonais ?

De nombreuses personnes disent « Moshi Moshi » lorsqu’elles passent ou décrochent un appel téléphonique, pas vrai ? Mais que signifie ce « Moshi Moshi » (もしもし) ? Pour résumer, c’est est l’équivalent de notre « Allo ? » français. Toutefois, quelques particularités sont à connaitre. Attention, on peut lire sur internet que « mochi mochi » mais c’est une grossière erreur : au Japon, mochi est un dessert (très bon).

Décryptage de l'expression Moshi Moshi

À l’époque d’Edo, « Shinshi » était utilisé pour interpeller les gens dans le sens de « j’ai quelque chose à vous dire ». Ce mot n’était alors utilisé qu’une seule fois. Le mot « shinshi » est devenu « moshi » (申し). En d’autres termes, le mot est dérivé de « Shinshi ».

Toutefois, pourquoi les mots « Moshi » et « Moshi » ont-ils été utilisés deux fois de suite ? À vrai dire, le « yokai » a quelque chose à voir avec cela. Il existe une théorie étymologique selon laquelle il est plus poli de dire « Moshi » deux fois de suite que « Moshi » une fois, mais il existe une théorie étymologique plus convaincante.

En fait, il y avait une légende au Japon selon laquelle, dans l’Antiquité, lorsque les yokai ou les fantômes appelaient les humains, ils disaient toujours « Moshi » (bonjour), et si vous leur répondiez, leur âme était absorbée par vous.

C’est pour cette raison que les gens ont cessé de dire « Moshi » juste une fois, parce qu’ils pensaient que c’était un monstre ou un fantôme. Ainsi, en répétant deux fois « Moshi Moshi », les gens ont pris l’habitude de dire « Je ne suis ni un yokai ni un fantôme » pour attester qu’ils ne sont ni un yokai ni un fantôme. Dans certaines régions, cette théorie du yokai semble être restée une bonne tradition, même à l’époque Meiji. Elle est reprise dans « Yokai-dangi » de Kunio Yanagida.

L'expression et son utilisation aujourd'hui

Comme n’importe quelle autre expression du japonais ou du français, Moshi Moshi a largement évolué avec le temps. Découvrez-la suivant la période historique, avec des explications sur le sens et l’époque.

Ere Meiji (1868-1912)

Promulgation de la Constitution de Meiji par Toyohara Chikanobu.
Promulgation de la Constitution de Meiji par Toyohara Chikanobu.

Vous savez maintenant que le mot utilisé à la place de « Moshi Moshi » était à l’origine « Shinshi ». Mais il reste encore un point à éclaircir. Comment le terme « Moshi Moshi » a-t-il été utilisé au téléphone ? A-t-il été utilisé dès le début du service téléphonique ou existe-t-il une autre façon de dire « Moshi Moshi » ?

Au Japon, le téléphone a été utilisé pour la première fois à l’époque Meiji (1868-1912). Le premier service de commutation téléphonique au Japon a été réalisé entre Tokyo et Yokohama le 16 décembre 1890 (Meiji 23). Au début, seules les personnes de haut rang et jouissant d’un statut élevé avaient le téléphone ou pouvaient l’utiliser. Par ailleurs, il y avait beaucoup de bruit au téléphone à cette époque, et il était difficile à entendre, alors les gens disaient « Hé ! ». Parfois, ils le répétaient deux fois, pour être sûr que l’interlocuteur entendait. Les mots « hey » et « kora » étaient utilisés par les policiers et d’autres personnes en ville pour interpeller les gens.

Ere Taisho (1912-1926)

Siège de Mitsubishi, à Marunouchi en 1920, peu après l'ère Meiji. Source : Wikipédia
Siège de Mitsubishi, à Marunouchi en 1920. Source : Wikipédia

Durant l’ère Taisho, cependant, le commissaire de police de l’époque encourageait les gens à utiliser des formules de politesse, si bien qu’au lieu de dire « oi » « hey » ou « kora », ils commençaient à dire « masu, masu » deux fois au téléphone pour confirmer. Cela voulait dire « je dis, je dis ». Ce qui explique qu’il s’est transformé aujourd’hui en « Moshi Moshi ».

Il fallait indiquer au standardiste le numéro de l’interlocuteur et lui demander de connecter l’appel. Au moment de passer un appel, vous donnez le numéro au standardiste et le premier mot qu’il vous dit est « hey ». Au début, il n’a pas dit « Moshi Moshi », mais « Oi oi ».

De nombreuses théories existent sur la façon dont ce « oi oi » est devenu « moshi moshi », mais on pense qu’il est dû au fait que les standardistes de l’époque étaient principalement des femmes. Durant cette période, elles ont progressivement fait évoluer l’expression « masu masu masu » vers « moshi moshi ».

Epoque contemporaine

Salaryman au Japon
Salaryman au Japon

Sur Internet au Japon, de plus en plus de gens utilisent le mot « Moshi Moshi » au lieu du mot « téléphone portable » lui-même. Attention également, « moshi moshi » tient du registre familier ! Ainsi, il ne faut pas l’employer avec n’importe qui et dans n’importe quel contexte. Il ne peut être utilisé que pour ses amis ou ses collègues (parfois, pour un appel inconnu).

Si vous devez décrocher le téléphone dans une entreprise, on préferera une autre formulation. Par exemple, odenwa arigatou gozaimasu (お電話ありがとうございます) qui signifie « Merci pour votre appel » « Merci de nous avoir contactés ». Une autre expression similaire et souvent prononcée par les standardistes et autres secrétaires est osewa ni natte orimasu (お世話になっております), ce que l’on peut traduire littéralement par « J’apprécie vraiment ce que vous avez fait pour nous ». Bref, exprimer sa reconnaissance et mettre son interlocuteur dans un fauteuil confortable avant l’échange !

De manière générale, on ne doit utiliser cette expression seulement pour décrocher le téléphone. Mais il existe une exception, qui trouve son équivalent en français ! Dans une conversation, il arrive que vous puissez tomber sur un interlocuteur en train de partir loin dans ses pensées, « dans la lune ». On peut alors lui dire, s’il s’agit d’un proche, « Mochi Mochiiii » (en insistant sur le « i ») pour lui indiquer « Allo ? Il y a quelqu’un ? ».

Partagez pour nous aider

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles
Femme-Japonaise-Sourire
La place de la femme au Japon

Comment sont les femmes au Japon ? Quels sont leurs droits, leurs interdits ? Quelle est leur histoire et les mentalités en vigueur ?