Jardin traditionnel

jardin-japonais

Le jardin japonais (日本庭園, Nihon teien) est une forme d’art issue de la tradition antique japonaise. C’est un aménagement paysager dont l’esthétique de conception majeure est un cadre naturel simple et minimaliste, imaginé pour inspirer la réflexion et la méditation. Il est pratiqué dans les demeures privées, mais surtout dans les parcs des villes et lieux historiques comme les temples bouddhistes, les sanctuaires shintoïstes ou les châteaux.

L’idée du jardin japonais est d’exprimer la nature en elle-même. Cette dernière est sacrée, mais incarne aussi les notions d’équilibre et d’harmonie. Les paysagistes nippons emploient les arbres et les arbustes, mais font également un usage artistique des rochers, du sable, des collines artificielles, des étangs et même de l’eau courante.

Le jardin traditionnel japonais est donc tout à fait opposé au jardin de style occidental qui préfère opter pour des arbres et rochers disposés géométriquement. Au pays du soleil levant, on tend habituellement vers une composition scénique qui imite la nature avec le moins d’artifices possible. Les concepteurs de jardin suivent 3 grands principes pour composer les scènes :

  • L’échelle réduite, la miniaturisation des vues naturelles de montagne et de rivière
  • La symbolisation, elle implique l’abstraction, par exemple le sable blanc est utilisé pour suggérer la mer
  • L’emprunt de vues, en intégrant un arrière-plan naturel (une montagne, l’océan) à la composition scénique.

Objectifs fondamentaux

Le jardin japonais cherche à reproduire la nature, mais aussi à la sublimer. Les architectes nippons imitent des éléments naturels comme les rivières, les lacs, les forêts ou les montagnes tout en profitant de l’environnement à proximité (paysage aux alentours, maison adjacente, routes, etc.). La conception du jardin japonais se base sur 2 objectifs fondamentaux : la dissymétrie et la dissimulation. Les lignes droites, les angles et les nombres pairs sont propices aux mauvais esprits dans les croyances traditionnelles du Japon.

La dissymétrie consiste, dans la composition d’un jardin japonais, à organiser la contemplation. Le paysagiste va élaborer une configuration pour diriger le regard du spectateur là où il le souhaite. Le jardin japonais se forme par l’équilibre de ces modèles. Tout est travaillé : on trouve généralement 3 ou 4 niveaux de regards qui vont se répandre mutuellement, mais aussi les notions de plein, de vide, de variation de forme et de taille sur les éléments naturels comme la roche ou les arbres.

La dissimulation (障景, shokei) consiste à jouer avec les plans de la composition. Le paysagiste japonais masque et révèle volontairement certains facteurs du jardin pour laisser des surprises au contemplateur. Plutôt que d’emprunter une ligne droite, le chemin vire en permanence. D’abord à gauche pour apprécier un arbre, puis peut-être à droite pour apercevoir un groupement de rochers au bord de l’étang. Des collines, des haies ou des arbres sont greffés à un environnement pour bloquer la vue d’une certaine zone jusqu’à ce que le spectateur se déplace vers le point d’observation suivant.

Il faut ajouter à cela d’autres procédés, comme la méthode du clair-obscur (明暗の技法, Meian no gihô). C’est une transition d’une zone d’ombre à un paysage en pleine lumière. Le rôle de l’ombre sert à amplifier la lumière de la zone de jardins suivante. La technique de l’arbre de la cascade (飛泉障りの木, Hisensawari no ki) consiste à positionner un arbre à proximité de la partie supérieure ou à côté d’une cascade afin de cacher une partie du courant. Cela permet de composer une profondeur supplémentaire.

Éléments de composition

Les jardins japonais se démarquent par leur symbolisme de la nature. Ils sont conçus comme une représentation d’un cadre naturel, liée au lien japonais entre la terre et le spiritualisme shinto. Les esprits se trouvent couramment dans la nature et en tant que tel, les jardins japonais ont tendance à incorporer des matériaux naturels. On distingue 3 importants types de jardin traditionnel japonais :

  • Jardin de promenade autour d’un étang (池泉回遊式庭園, chisen kaiyûshiki teien) : le jardin s’articule autour d’un étang et d’autres éléments comme des collines artificielles, de grandes haies ou des pavillons.
  • Jardin secs (枯山水, karesansui) : le jardin est sec, l’eau et la montagne sont symbolisées par des arrangements de pierre et de sable.
  • Jardins de thé (茶庭, chaniwa) : le jardin est organisé autour d’une maison de thé.

Eau

Le jardin japonais comporte toujours de l’eau. Elle peut être représentée physiquement avec un étang ou un ruisseau, mais aussi symboliquement, avec du sable blanc dans une rocaille sèche. L’eau et la pierre sont considérées comme le Ying et le Yang dans l’analogie bouddhiste. Ce sont 2 opposés qui se complètent. Un jardin japonais traditionnel aura souvent un étang de forme irrégulière ou, dans les plus grands jardins, 2 ou plusieurs étangs reliés par un canal ou un ruisseau. On trouve aussi parfois une cascade.

Rocher et sable

La roche, le sable et le gravier sont une caractéristique essentielle du jardin japonais. Un rocher vertical peut dépeindre le bon Horai ou le mont Sumeru. Un rocher plat peut symboliser la terre. Le sable ou le gravier peut représenter une plage ou une rivière qui coule. L’utilisation de roches volcaniques brutes (kasei-gan) sert à incarner des montagnes. Les roches sédimentaires lisses et rondes (suisei-gan) sont exploitées autour des lacs.

Plante

Les plantes d’un jardin japonais sont sélectionnées selon des critères esthétiques. Elles servent, en général, à dissimuler ou à mettre en valeur certaines parties du jardin. Elles apportent une nuance de teinte lorsqu’elles bourgeonnent ou prennent des couleurs à différents moments de l’année. L’utilisation de mousse est visible dans de nombreux cas, mais est typiquement religieuse. De même, certaines fleurs sont retenues pour leur symbolisme comme le pin qui représente la longévité. Les parterres de fleurs sont rares, mais plus courants dans les jardins modernes.

Animaux

Les jardins japonais incorporent parfois des animaux pour une représentation plus vaste et réaliste d’un environnement. Les carpes koï sont employées pour leur magnifique robe jaune orangé. Elles servent également à limiter les algues et la végétation aquatique. En plus des poissons, on trouve des salamandres, des grenouilles ou des tortues qui sont souvent intégrées. Les jardins japonais peuvent aussi englober des gibiers d’eau comme des canards ou même des cerfs, à l’instar de Nara.

Histoire

Les premiers jardins connus remontent aux périodes Asuka (593-710) et Nara (710-794). On pense que les marchands japonais ont été témoins des jardins qui étaient construits en Chine, et ont par la suite décidé de les ramener chez eux en utilisant de nombreux styles et techniques de l’horticulture chinoise. Les jardins japonais sont apparus pour la première fois sur l’île de Honshu, la plus grande île principale du Japon. Leur esthétique est largement affectée par la topographie locale, avec des pics volcaniques escarpés, des vallées étroites, les ruisseaux de montagne et des chutes d’eau, sans oublier les lacs et les plages des petites pierres.

Les premiers jardins japonais enregistrés étaient les jardins d’agrément des empereurs et des nobles. Ils sont mentionnés à plusieurs reprises dans des passages du Nihon shoki, la première chronique de l’histoire japonaise, publiée en 720 après J.-C. Les jardins chinois ont eu une très forte influence sur les premiers modèles japonais. Vers 552, le bouddhisme a été officiellement introduit dans l’archipel japonais, en provenance du continent et notamment de la péninsule coréenne. À mesure que les relations entre l’empereur japonais et son équivalent chinois se développaient, des délégations comprenant des diplomates, des universitaires et des moines bouddhistes ont rapporté des écrits chinois, des objets d’art et des descriptions détaillées de jardin chinois.

Ces échanges culturels ont, de toute évidence, séduit l’aristocratie japonaise. L’impératrice Suiko fait édifier un jardin avec une montagne artificielle en 612. Il doit dépeindre le mont Shumeru, réputé dans les mythes hindous et bouddhistes pour être situé au centre du monde. L’un de ses ministres, Soga no Umako, fait construire dans son palais un jardin agrémenté d’un lac avec plusieurs îlots. Cela représente les Huit Immortels, célèbres dans les légendes chinoises et la philosophie taoïste.

Entre les années 630 et 838, les émissaires japonais ont effectué un total de 15 périples vers la capitale de la dynastie Tang, Changan. Chaque mission comprenait 250 à 600 moines et aristocrates, voyageant sur 2 à 4 navires. À partir de la vaste accumulation d’informations rapportées par ses envoyés sous forme de livres, mais aussi de plans, de peintures et de documents divers, une capitale a d’abord été bâtie à Heijo-kyo (l’actuelle Nara) sur le modèle de Changan.

architecture-tang
Peinture murale du Xe siècle dans les grottes de Mogao à Dunhuang montrant l'architecture monastique du mont Wutai, dynastie Tang. / Numérisée à partir de l'ouvrage de Patricia Ebrey, Cambridge Illustrated History of China (1999).

Le déplacement de la capitale à Heian (l’actuelle Kyoto) marque le début de l’époque Heian (794-1192). Elle est considérée dans l’histoire japonaise comme l’âge d’or de la culture. La classe supérieure a commencé à construire de grands jardins dans leur palais et maisons. Les jardins situés sur le côté sud de la maisonnée se concentraient sur de grands étangs et des ruisseaux sinueux reliés par des ponts. Ils étaient praticables par des bateaux. Des îlots et des pavillons s’étendaient au-dessus de l’eau. Ces jardins royaux étaient surtout des lieux de plaisir et de culte rituel.

À cette époque, on distingue 3 grands types de jardin : les jardins impériaux, les jardins des villas aux portes de la ville et les jardins des temples. L’architecture des palais, des résidences et des jardins de la période Heian suit toujours la pratique chinoise. Les maisons et les jardins sont alignés sur un axe nord-sud, avec la résidence au nord et les bâtiments d’apparat ; puis le jardin principal au sud.

Les jardins impériaux de cette période sont des jardins d’eau. Le visiteur se promène dans d’élégants bateaux laqués en écoutant de la musique et en regardant les montagnes lointaines. Il peut chanter ou lire de la poésie, mais l’idée dominante reste la contemplation du paysage. On observe la consécration d’une véritable vie sociale dans les jardins, qui est d’ailleurs décrite de manière mémorable dans le roman japonais Le Dit du Genji. Un exemple est l’Oshawa no ike, près du temple Daikaku-hi à Kyoto, construit par l’empereur Saga (809 – 823).

Au XIe siècle, une compilation des principes de jardinage est apparue sous la forme d’un livre, le Sakuteiko. C’est le plus ancien document écrit connu sur le jardinage au Japon. Il donne un aperçu de la nature et des intentions des jardins d’agrément aristocratiques.

Les périodes Kamakura et Muromachi (1185 – 1573) sont fondamentales dans l’histoire de jardin traditionnel japonais. Elles sont marquées par la faiblesse des empereurs et la rivalité des seigneurs de guerre féodaux. De nombreuses guerres civiles ravagent les principales municipalités du Japon, dont Tokyo. La capitale est ensuite déplacée à Kamakura, puis en 1336 dans le quartier Muromachi de Kyoto. Au cours de cette période, le gouvernement rouvre les relations avec la Chine. Celles-ci avaient été rompues près de 300 ans plus tôt, mettant un frein à l’appropriation de la culture chinoise dans les jardins japonais.

jardin-japonais

Conséquence directe, des moines japonais retournent étudier en Chine. À l’inverse, plusieurs moines chinois sont venus au Japon, notamment pour fuir les invasions mongoles. Ils apportent avec eux une autre forme de bouddhisme, le Zen. L’impact est immédiat dans la société japonaise, provoquant une renaissance dans la religion, dans les arrêts surtout dans les jardins. Le terme jardin zen (zen teien ou zenteki teien) sert à décrire ce nouveau style de composition inspirée de la Chine Song.

Un nombre conséquent de jardins de temples célèbres ont été construits au début de cette période. Citons le merveilleux pavillon d’or Kinkaku-ji en 1398 et le pavillon d’argent Ginkaku-ji en 1480 : Ils suivent les principes zen de spontanéité, de simplicité et de modération. L’un des plus beaux exemples est l’un des plus connus de tous les jardins japonais demeure le Ryoan-ji à Kyoto. Il ne fait que 9 m de large pour 24 m de long, mais il est composé de sable blanc minutieusement ratissé pour suggérer l’eau. Une quinzaine de rochers sont soigneusement disposés comme des îlots. Ce temple est une prouesse architecturale : il est destiné à être contemplé d’une position assise sur le porche de la résidence.

Lors de l’époque Meiji qui s’ouvre en 1867 avec la restauration de Meiji (1868 – 1912), le Japon se modernise rapidement. La nation devient l’une des plus industrielles au monde en l’espace de 30 ans. Un nombre conséquent d’anciens jardins privés ont été abandonnés et laissés en ruine. En 1871, une nouvelle loi transforme de nombreux jardins de la période Edo en parquet public. Les concepteurs de jardin, confrontés aux idées de l’Occident, expérimentent de nouveau style. Cette fusion engendre de très beaux représentants comme le Shinjuku Gyoen ou le Kyu-Furukawa.

Shinjuku Gyoen
Shinjuku Gyoen

La période Showa (1912 – 1989) est marquée par la réalisation de nombreux jardins traditionnels construits par des hommes d’affaires et des politiciens. Le jardin japonais devient une extension de l’architecture paysagère avec le bâtiment. Des architectes paysagistes spécialisés entament l’élaboration de nouveaux styles, en employant des matériaux de construction modernes tels que le béton. Après la Seconde Guerre mondiale, les principaux artisans de jardins ne sont plus des particuliers, mais de grandes entreprises, des banques, des chaînes d’hôtellerie ou des universités. Le Tofuku-ji est un jardin moderne de 1934 conçus par Mirei Shigemori. Il présente un jardin de mousse pour le moins surprenant qui détonne avec le style antique.

Grands jardins au Japon

Certains jardins japonais ont reçu la classification de « site aux paysages exceptionnels ». D’autres font partie de la liste du patrimoine mondial ou du domaine impérial nippon. Voici les principaux jardins japonais à voir :

Nom Ville
Rikugien Tokyo
Jardin Hama-Rikyū Tokyo
Jardin du Ginkaku-ji Kyōto
Jardin du château de Nijō Kyōto
Jardin du Rokuon-ji Kyōto
Jardin du Ryōan-ji Kyōto
Jardin du Tenryū-ji Kyōto
Jardin du Sanbōin (Daigo-ji) Kyōto
Jardin du Saihō-ji Kyōto
Jardin du Daitoku-ji Kyōto
Jardin du Daisen-in (Daitoku-ji) Kyōto
Jardin de la villa impériale de Katsura Kyōto
Jardin de la villa impériale du Shugaku-in Kyōto
Jardin royal Matsudaira d'Aizu Aizuwakamatsu
Jardin du Mōtsū-ji Hiraizumi
Kenrokuen Kanazawa
Korakuen Okayama
Ritsurin-kōen Takamatsu
Shikinaen Naha

Jardins japonais en France

La fascination contemporaine du Japon a conduit à l’importation des techniques et des constructions des jardins traditionnels nippons. Des architectes japonais sont le plus souvent mandatés pour concevoir cette composition qui ne repose pas uniquement sur la simple collection d’éléments signifiants essentiels. Il est essentiel d’y ajouter la compréhension des principes et des techniques japonaises traditionnelles. Voici les principaux lieux en France où vous pourrez observer un jardin traditionnel japonais :

Nom Adresse
Jardin Zen d'Erik Borja 530 Chemin du jardin zen, 26600 Beaumont-Monteux
Jardin Compans-Caffarelli Bd Lascrosses, 31100 Toulouse
Parc botanique de Haute-Bretagne 4 La Folletière, 35133 Le Chatellier
L'Île de Versailles Quai de Versailles, 44000 Nantes
Parc Oriental de Maulévrier Pl. de la Mairie, 49360 Maulevrier
Le Sentier du Chimonobambusa 97 Rue Roger Salengro, 59260 Lille
Potager des Princes 17 Rue de la Faisanderie, 60500 Chantilly
Musée national des arts asiatiques Guimet 6 Pl. d'Iéna, 75116 Paris
Jardin japonais du Havre Chau. Lamandé, 76600 Le Havre
Jardins de LY 346 Rte du Tréport, 80140 Senarpont
Domaine de Courances Domaine de, 15 Rue du Château, 91490 Courances
Musée départemental Albert-Kahn 2 Rue du Port, 92100 Boulogne-Billancourt

Vocabulaire

Japonais Description
agesudo (揚簀戸) portail en treillis suspendu
aiba (合端) joint de pierre
aioi (相生) arbre à double tronc ; méthode de plantation par paire
Aizu Matsudairashi teien (会津松平氏庭園) jardin de la résidence secondaire de la famille Matsudaira, seigneurs du domaine d'Aizu.
ajiro gaki (網代垣) clôture de nattes en diagonale
akadama ishi (赤玉石) pierre rouge
akai (閼伽井) puits aka
Akisato Ritō (秋里籬嶋) Akisato Ritō
Amanohashidate (天橋立) Amanohashidate
Amidadō (阿弥陀堂) salle Amida
amigasa mon (編笠門) porte du chapeau de paille
ankōgata chōzubachi (鮟鱇形手水鉢) bassin des poissons pêcheurs
ankyoseki (安居石) pierre de repos facile
aoishi (青石) pierre bleu-vert
araiso →ariso (荒磯) bord de mer rugueux
ararekoboshi (霰こぼし) pavé de grêlons éparpillés
ararekuzushi (霰くずし) chemin pierreux
ariso (荒磯) bord de mer rugueux
Ashikaga Yoshimasa (足利義政) Ashikaga Yoshimasa
Ashikaga Yoshimitsu (足利義満) Ashikaga Yoshimitsu
ashimoto tōrō (足許燈籠) lanterne de pied
Asuka kyōseki enchi (飛鳥京跡園池) vestiges de jardin sur le site de la capitale Asuka
azumaya (四阿) tonnelle
Biwako sosui (琵琶湖疏水) conduit de Biwako
bonsai (盆栽) bonsaï
bonseki (盆石) paysage miniature
Byakko (Ch. Baihu) (白虎) Byakko
Byōdōin teien (平等院庭園) jardin du temple Byōdōin
chaniwa (茶庭) jardin de thé
chasen gaki (茶筅垣) clôture à fouet à thé
chasenhishi sodegaki (茶筅菱袖垣) clôture en treillis et fouet à thé
chashitsu (茶室) salon de thé ; salon de thé
chatei (茶庭) jardin de thé
chidori uchi (千鳥打ち) zigzag de chidori (pluvier)
Chiranfumoto teiengun (知覧武家屋敷庭園群) jardins à Chiranfumoto
chiriana (塵穴) fosse à ordures
chōzubachi (手水鉢) bassin d'eau
chūdai (中台) plate-forme
chūmon (中門) porte centrale
Daigoji Sanpōin teien (醍醐寺三宝院庭園) jardin à Sanpōin du temple Daigoji
dai ishi (台石) pierre de support de bassin
daimyō teien (大名庭園) jardin du daimyo
Daisen'in shoin teien (大仙院書院庭園) jardin au shoin du temple Daisen'in
Daitokuji gaki (大徳寺垣) clôture du Daitokuji
Daitokuji hōjō teien (大徳寺方丈庭園) jardin du quartier de l'abbé du temple Daitokuji
dan ochi (段落ち) chute en escalier (cascade)
dejima (出島) péninsule
dobashi (土橋) pont en terre
dōbōshū (同朋衆) dōbōshū ; guilde des prêtres-artistes
doigi (土居木) marches en bois
dōjiseki (童子石) pierres pour enfants
dōkogata chōzubachi (銅壺形手水鉢) bassin en forme de four
dōkyoseki (道居石) pierre de bord de route
dotōseki (怒涛石) pierre de vague sauvage
edaburi (枝振) étendue (des branches) ; (forme du) feuillage
Eishū (瀛州) île Eishū
enchi (円池) bassin circulaire
enchi (園池) étang de jardin ; jardin
Enchishi (園池司) Bureau des jardins et des étangs
En'engenryūkō (園苑源流考) En'engenryūkō
engetsukyō (偃月橋・円月橋) pont de la pleine lune
Enjōji teien (円成寺庭園) jardin du temple Enjōji
enkōmatsu (猿猴松) pin des singes
Ennan teien (燕庵庭園) jardin d'Ennan
en'ōseki (鴛鴦石) pierres de canard mandarin
ensaki chōzubachi (縁先手水鉢) bassin d'eau de la véranda
enshōshukugata chōzubachi (円星宿形手水鉢) bassin rond en étoile
Enshūgata tōrō (遠州形燈籠) Lanterne Enshū
ensōhishi sodegaki (円窓菱袖垣) clôture en treillis à fenêtre ronde
ensōkichō (円窓机帳) clôture porte-linge à fenêtre ronde
Entsūji teien (円通寺庭園) jardin du temple Entsūji
Erinji teien (恵林寺庭園) jardin du temple Erinji
Fudarakusan (普陀落山・補陀落山) Montagne Potalaka
fude ishi (筆石) pierre de pinceau à encre
Fudōseki (不動石) pierre de Fudō
Fujigata chōzubachi (富士形手水鉢) bassin du Mont Fuji
Fujisan (富士山) Mont Fuji
Fujito ishi (藤戸石) pierre de Fujito
fujitsubo (藤坪) cour de glycines
Fujiwara no Yorimichi (藤原頼通) Fujiwara no Yorimichi
fumi ishi (踏石) pierre pour enlever les chaussures (fumi ishi) ; pierres pour les toilettes en sable ; pierre pour l'avant du bassin
fumiwake ishi (踏分石) pierre de jonction de chemin
funa ishi (船石) pierre de bateau
funatsuki (船着) débarcadère de bateau
funatsuki ishi (船着石) pierre de débarcadère
funsui (噴水) fontaine
Furuta Oribe (古田織部) Furuta Oribe
fuse ishi (伏石・臥石) pierre couchée
fusengata chōzubachi (布銭形手水鉢) bassin en forme de pièce de monnaie
fuse tsukuri (伏造り) façonnage de parapluies
Fushin'an teien (不審庵庭園) jardin Fushin'an
fusuma gaki (襖垣) barrière à portes coulissantes
gakumi ishi (額見石) pierre d'observation des plaques
garanseki (伽藍石) pierre du vieux temple
garanseki (伽藍石) pierre de vieux temple
garanseki (蝸羅石) pierre d'escargot
Genbu (Ch. Xuanwu) (玄武) Genbu
Genkai bashi (厳海橋) pont de Genkai
Genkaigata chōzubachi (厳海形手水鉢) bassin de la Genkai
gesshuku seki (月宿石) pierre planète
getsuinseki (月陰石) pierre d'ombre de lune
Gien Jugō nikki (義演准后日記) journal de Gien Jugō
Ginkakuji gaki (銀閣寺垣) clôture du Ginkakuji
gogan ishigumi (護岸石組) bordure de rive en pierre
gogyōseki (五行石) cinq formes de base de la pierre
Go-Mizunoo-jōkō (後水尾上皇) Empereur retraité Go-Mizunoo
guri ishi (栗石) pavés
hachigakoi (鉢囲い) enceinte du bassin
hachimae (鉢前) installation de bassin de la véranda
hagitsubo (萩坪) jardin intérieur de trèfle en buisson
hanare ochi (離れ落ち) saut (cascade)
hanchi (泮池) hanchi ; étang de seuil
hane ishi (羽石) pierre de l'aile
hashi (橋) pont
hashibiki ishi (橋引石) pierres d'ancrage hashibiki
hashiguigata chōzubachi (橋杭形手水鉢) pont poteau bassin
hashihasami ishi (橋挟石) pierres d'ancrage pour pont
hei (塀) mur ; clôture
Heian Jingū Shin'en (平安神宮神苑) jardin du sanctuaire Heian
Heijōkyō Sakyō Sanjō Nibō kyūseki teien (平城京左京三条二坊宮跡庭園) jardin du bloc 6, deuxième quartier est de la troisième rue, site de la capitale Nara
Heijōkyū Tōin teien (平城宮東院庭園) jardin du palais de l'Est, site du palais de Nara
hi (樋) conduit
hiage ishi (灯上石) pierre d'éclairage de lampe
hibukuro (火袋) boîtier de lampe
hi gaki (檜垣) clôture de cyprès ; haie de cyprès
higata jima (干潟島) île de la marée descendante
hikaeishi (控石) pierre d'attente
hikiusu ishi (挽臼石) meule
hikkaseki (筆笳石) pierre de repos des broussailles
hinseki (貧石) pierre pauvre
hira hashi (平橋) pont plat
hira ishi (平石) pierre plate
hira niwa (平庭) jardin plat
hisensawari no ki (飛泉障りの木) arbre cachant une chute d'eau
hizawari no ki (灯障りの木) arbre cachant une lanterne
hōchi (方池) étang carré
hōjō (方丈) quartier de l'abbé
Hōjō (方丈) île de Hōjō
Hōjōji teien (法成寺庭園) jardin du temple Hōjōji
Hokkeji Amida Jōdoin teien ikō (法華寺阿弥陀浄土院庭園遺構) vestiges du jardin sur le site d'Amida Jōdoin au temple Hokkeji
Hōkongōin teien (法金剛院庭園) jardin du temple Hōkongōin
Honganji Ōshoin teien (本願寺大書院庭園) jardin à Ōshoin du temple Honganji
honka (本歌) original
Hōrai (蓬莱) Hōrai ; île de Hōrai ; mont Hōrai
Hōrai ishigumi (蓬莱石組) Arrangement de pierres de Hōrai
Hōrai jima (蓬莱島) île de Hōrai
hōshōshukugata chōzubachi (方星宿形手水鉢) bassin carré en étoile
hōshu (宝珠) fleuron de bijou
hyōinseki (豹陰石) pierre de chemin de montagne
ichiban ishi (一番石) première pierre
Ichijōdani Asakura-shi iseki teiengun (一乗谷朝倉氏遺跡庭園群) jardins du site Ichijōdani Asakura-shi
ichi no ishi (一の石) première pierre
ike (池) étang
ikegaki (生垣) haie
ikekomi tōrō (生込み燈籠) lanterne enterrée ; lanterne plantée
ikeniwa (池庭) jardin d'étang
inseki (陰石) pierre Yin
in'yōseki (陰陽石) pierres Yin-Yang
irie (入江) entrée
irokojiki (鱗敷) pavage en écailles de poisson
Isenobō Rinken (伊勢房林賢) Isenobō Rinken
ishi (石) pierre
ishibashi (石橋) pont de pierre
ishidatesō (石立僧) prêtre jardinier
ishidōrō (石燈籠) lanterne en pierre
ishigumi (石組) arrangement de pierres ; arrangement de pierres
Ishigumisonō yaegakiden (石組園生八重垣伝) Ishigumisonō yaegakiden (Pierres et haies de jardin)
ishihama (石浜) plage pavée de pierres
ishiniwa (石庭) jardin en pierre
ishizumi (石積) mur de pierre
Ishigami iseki teien ikō (石神遺跡庭園遺構) vestiges de jardins sur le site d'Ishigami
iso (磯) littoral rocheux
iso ishi (磯石) rocher du littoral
iso shima (磯島) île du littoral rocheux
ito ochi (糸落ち) filiforme (cascade)
iwagumi (岩組) agencement de pierres ; agencement de pierres
iwa jima (岩島) île rocheuse
iwakura (岩座・磐座) sanctuaire-rocher
izumi (泉) source
izumidono (泉殿) célèbre manoir de la source ; pièce donnant sur l'étang
jikobu (地瘤) motte de terre
Jishōji (Ginkakuji) teien (慈照寺(銀閣寺)庭園) jardin du temple Jishōji (Ginkakuji)
Jōdo teien (浄土(浄土式)庭園) jardin de Jōdo ; jardin de la Terre pure
Jōeiji teien (常栄寺庭園) jardin du temple Jōeiji
Jōjuin teien (成就院庭園) jardin du temple Jōjuin
Jōruriji teien (浄瑠璃寺庭園) jardin du temple Jōruriji
jōzaseki (上坐石) pierre de siège d'honneur
jumyōseki (寿命石) pierre de longue vie
jūrokurakan ishi (十六羅漢石) pierres des seize prêtres voyageurs
kadan (花壇) parterre de fleurs
kagami ishi (蟄石) pierre de courbure
kagami ishi (鏡石) pierre miroir
Kairakuen (偕楽園) jardin Kairakuen
kaiyūshiki teien (廻遊式庭園) jardin de promenade
kakehi (懸樋・筧) conduit en bambou
kakehimizugata chōzubachi (筧水形手水鉢) bassin d'eau courante
kaki (垣) clôture ; haie
kakushuseki (鶴首石) pierre de col de cygne
kame ishi (亀石) pierre de tortue
kame jima (亀島) île aux tortues
Kamogawa maguro ishi (鴨川真黒石) galets noirs de la rivière Kamo
kamo ike (鴨池) étang de décoction des canards
kana chōzubachi (金手水鉢) bassin en bronze
kana dōrō (金燈籠) lanterne en métal
kareike (枯池) étang sec
karenagare (枯流れ) rivière sèche ; ruisseau sec
karesansui (枯山水) paysage sec (jardin) ; jardin sec
karetaki (枯滝) chute d'eau sèche
karikomi (刈込み) élagage ; arbre élagué
kasa (笠) toit
kasane ochi (重ね落ち) étagé (cascade)
Kasuga dōrō (春日燈籠) lanterne Kasuga
kasumigata jima (霞形島) île en forme de brume
katanagaregata shima (片流形島) île en forme de ruisseau
katanakake ishi (刀掛石) pierre suspendue à une épée
kata ochi (片落ち) unilatéral (cascade)
katō gaki (火燈垣) clôture katō
Katsura gaki (桂垣) haie de Katsura ; clôture de Katsura
Katsura rikyū teien (桂離宮庭園) jardin du palais détaché de Katsura
kaya mon (茅門・萱門) porte à toit de chaume
Kaya no in teien (高陽院庭園) vestiges du jardin de Kaya no In
kazan (仮山) colline artificielle (en chinois) ; imitation de paysage de montagne et d'eau
kazari ishi (飾石) pierre ornementale prééminente
keiseki (景石) pierre ornementale
keiunseki (慶雲石) pierre de nuage propice
keiyōboku (景養木) arbre améliorant la vue
Kenninji gaki (建仁寺垣) clôture de Kenninji
Kenrokuen (兼六園) jardin Kenrokuen
Kentei (賢庭) Kentei
kentekiseki (硯滴石) pierre d'eau d'encre
ken'yōseki (硯用石) pierre à encre
kesagata chōzubachi (袈裟形手水鉢) bassin du manteau du prêtre
kibashi (木橋) pont en bois
Kibune ishi (貴船石) pierre de Kibune
kido (木戸) porte en bois
kikyakuseki (寄脚石) pierre de bœuf couché
kiso (基礎) base
Kitabatake-shi yakataato teien (北畠氏館跡庭園) jardin sur le site du manoir de Kitabatake
Kitamura Enkinsai (北村援琴斎) Kitamura Enkinsai
kitōseki (亀頭石) pierre à tête de tortue
koboreume no sodegaki (盈梅袖垣) clôture de prunier penché
Kobori Enshū (小堀遠州) Kobori Enshū
Kōdaiji teien (高台寺庭園) jardin du temple Kōdaiji
Kōetsuji gaki (光悦寺垣) clôture Kōetsuji
Kohōan teien (孤篷庵庭園) jardin du temple Kohōan
koke (苔) mousse
koke niwa (苔庭) jardin de mousse
Komachi gaki (小町垣・小待垣) clôture Komachi
komi (籠・込み) élagage ; arbre élagué
komomaki (菰巻) enveloppement de nattes
Konchiin teien (金地院庭園) jardin du temple Konchiin
Konnichian teien (今日庵庭園) jardin konnichien
Kōrai sodegaki (高麗袖垣) Clôture grillagée de style coréen
Kōraitō (高麗塔) Pagode coréenne
Kōrakuen (後楽園) Jardin de Kōrakuen
Kōrin tsukuri (光琳作り) Taille de Kōrin
kōroseki (行路石) pierre de bordure de chemin
koshikake machiai (腰掛待合) banc d'attente ; salle d'attente
koshi Kōrai sodegaki (腰高麗袖垣) clôture basse en grillage coréen
kumi ishi (組石) pierre constitutive
kumogata jima (雲形島) île en forme de nuage
Kurama ishi (鞍馬石) pierre de Kurama
Kure hashi (呉橋) pont de style Wu
kusadome (草止め) protection des berges en herbe
kusen hakkai ishi (九山八海石) pierre(s) des neuf montagnes et des huit océans
kutsunugi ishi (沓脱石) pierre pour enlever les chaussures (kutsunugi ishi)
kuzure ishizumi (崩れ石積み) pilier de pierre irrégulier
kyakuhaiseki (客拝石) pierre d'honneur des invités
kyakujin jima (客人島) île des invités
kyokuchi (曲池) étang courbé
kyokusui (曲水) ruisseau sinueux
kyokusui no en (曲水宴) Banquet du ruisseau méandreux
Kyū Daijōin teien (旧大乗院庭園) jardin de l'ancien temple Daijōin
Kyū Hama rikyū teien (旧浜離宮庭園) jardin de l'ancien palais détaché de Hama
Kyū Shūrinji teien (旧秀隣寺庭園) jardin de l'ancien temple Shūrinji
Kyū Tokushimajō omotegoten teien (旧徳島城表御殿庭園) jardin de l'ancien Omotegoten du château de Tokushima
machiai (待合) salle d'attente
mae ishi (前石) pierre de façade de bassin ; pierre d'éclairage de lampe ; pierre de pied droit
magaki (籬) magaki ; clôture en tissu grossier
Manpukuji teien (万福寺庭園) jardin du temple Manpukuji
Manshuin teien (曼珠院庭園) jardin du temple Manshuin
maru take (丸竹) bambou rond
matsukawa shima (松皮島) île aux écorces de pin
Matsushima (松島) île de Matsushima
meguri ishi (廻石) pierre ronde à écoulement
meisho zue (名所図絵) guide illustré
meji (目地) joint
Michiko no Takumi (路子工) Michiko no Takumi
michishirubegata tōrō (道識形燈籠) lanterne kilométrique
Mikage ishi (御影石) pierre Mikage
miki maki (幹巻) enveloppe du tronc
mikomi (見込み) côté (d'une pierre)
mikoshiboku (見越木) arbre éloigné
mikoshimatsu (見越松) pin éloigné
misaki tōrō (岬燈籠) lanterne de promontoire
mitatemono (見立物) élément de pierre réutilisé
mitōshi gaki (見通垣) clôture transparente
mitsuashigata tōrō (三足形燈籠) lanterne à trois pieds
mitsuki (見付) front (d'une pierre)
Miyajima (宮島) île de Miyajima
Miyako meisho zue (都名所図会) Miyako meisho zue (Guide illustré des sites touristiques de Kyoto)
Miyako rinsen meishō zue (都林泉名勝図会) Miyako rinsen meishō zue (Guide illustré des jardins de Kyoto)
miyatachigata tōrō (宮立形燈籠) lanterne en forme de sanctuaire
mizuage ishi (水揚石) pierre de remplissage d'eau
mizuana (水穴) trou d'eau ; trou d'évacuation
mizukiri no ishi (水切の石) pierre à couper l'eau
mizukoshi ishi (水越石) pierre de passage de l'eau
mizukumi ishi (水汲石) pierre d'écoulement de l'eau
mizuochi ishi (水落石) pierre de cascade
mizuuke ishi (水受石) pierre de réception de l'eau
mizuwake ishi (水分石) pierre de séparation de l'eau
mokuhi (木樋) conduit en bois
morishima (杜島) île forestière
Mōtsūji teien (毛越寺庭園) jardin du temple Mōtsūji
mukae ishi (迎え石) pierre mukae
mukai ochi (向落ち) revêtement (cascades)
Mukōjima hyakkaen (向島百花園) Jardin hyakkaen de Mukōjima
Murin'an teien (無隣庵庭園) jardin de Murin'an
Muryōkōin teien (無量光院庭園) vestiges de jardin sur le site du temple Muryōkōin
Musō Soseki (夢窓疎石) Musō Soseki
nagare (流れ) ruisseau
nagare tsukubai (流れ蹲踞) aménagement du bassin du ruisseau
nagashi matsu (流松・流枝松) pin allongé
naka jima (中島) île centrale ; île étang
nakakuguri (中潜) porte de passage
namiuke ishi (浪受石) pierre réceptrice de vagues
Naniwajigata chōzubachi (難波寺形手水鉢) bassin Naniwaji
Nanko kōen (南湖公園) parc Nanko
Nanzen'in teien (南禅院庭園) jardin du temple Nanzen'in
Nanzenji hōjō teien (南禅寺方丈庭園) jardin du quartier de l'abbé du temple Nanzenji
natsumegata chōzubachi (棗形手水鉢) bassin en forme de date
nawabari (縄張り) mesure avec une corde
ne ishi (根石) pierres de soutien
nidanseki (二段石) pierre à deux marches
nijinseki (二神石) pierres des deux dieux
nijiriguchi (躙口) entrée rampante
Nijōjō ninomaru teien (二条城二之丸庭園) jardin du palais Ninomaru du château de Nijō
nijū roji (二重露地) jardin de thé en deux parties
niren uchi (二連打ち) ensemble de deux pierres
nisanren (二三連) deux-trois zigzag
niwa (庭) jardin
niwa dōrō (庭燈籠) lanterne de jardin
niwa ishi (庭石) pierre de jardin
niwaki (庭木) arbre de jardin
niwa mon (庭門) porte de jardin
niwashi (庭師) jardinier ; constructeur de jardins
niwa, teien... (庭、庭園...) jardin (termes pour)
nobedan (延段) pavé nobedan
no shima (野島) île de champ
nosuji (野筋) ceinture de champs
nozoki bashi (覗橋) pont d'observation
nozoki gaki (覗垣) clôture d'observation
nozoki ishi (覗石) pierre de voyeurisme
nozura ishizumi (野面石積) mur de pierres brutes
Numazu gaki (沼津垣) clôture de Numazu
nuno ochi (布落) chute de linge (cascade)
Ogawa Jihei (小川治兵衛) Ogawa Jihei
Ōishi bugakuryū (大石武学流) École de jardinage Ōishibugaku
ōkarikomi (大刈り込み) grand groupe d'arbres (uniformément taillés)
Okayama Kōrakuen (岡山後楽園) jardin Kōrakuen d'Okayama
oki dōrō (置燈籠) lanterne sans jambe
Okunoingata tōrō (奥の院形燈籠) lanterne Okunoin
omo ishi (主石) pierre principale
onmyō gogyōsetsu (陰陽五行説) doctrine du Yin-Yang et des cinq éléments
Oribe dōrō (織部燈籠) lanterne Oribe
ori tsukubai (下り蹲踞) disposition du bassin en creux
osakiseki (尾崎石) pierre de queue
Ōsawa no ike (大沢池) bassin Ōsawa
oshibuchi (押縁) oshibuchi ; poteau de soutien
ōshukuseki (鴎宿石) pierre de repos des mouettes
oyakuen (御薬園) jardin d'herbes aromatiques ; jardin Oyakuen
Ozawa Keijirō (小澤圭次郎) Ozawa Keijirō
raihaiseki (礼拝石) pierre d'adoration
rangui (乱杭) piquets aléatoires
rankeigata tōrō (蘭渓形燈籠) lanterne au bord de l'eau
reihaiseki (礼拝石) pierre de culte
reikyakuseki (嶺脚石) pierre de base de montagne
reishōseki (霊象石) pierre verticale basse
ridatsuseki (履脱石) pierre à déchausser (ridatsuseki)
rigyoseki (鯉魚石) pierre de carpe
Rikugien (六義園) jardin Rikugien
rinsen (林泉) jardin
Ritsurin kōen (栗林公園) jardin Ritsurin kōen
roji (露地) jardin de thé
roketsugata chōzubachi (露結形手水鉢) bassin d'eau roketsu
Rokuonji (Kinkakuji) teien (鹿苑寺(金閣寺)庭園) jardin du temple Rokuonji (Kinkakuji)
rōkyō (廊橋) pont couvert
Rozan (廬山) montagne Rozan
Ryōanji hōjō teien (龍安寺方丈庭園) jardin dans les quartiers de l'abbé du temple Ryōanji
ryōkyakuseki (両脚石) pierres de la jambe arrière
ryōshuseki (両手石) pierres de patte avant
ryūchi (龍池) étang en forme de dragon
ryūmonbaku (龍門瀑) cascade de la porte du dragon
ryutōgekishusen (龍頭鷁首船) bateaux coq et dragon
sabi (寂・荒び) sabi ; beauté vieillie
sai (才) sai
Saihōji teien (西芳寺庭園) jardin du temple Saihōji
Sakafuneishi iseki teien ikō (酒船石遺跡庭園遺構) vestiges du jardin sur le site de Sakafuneishi
sakazuki ishi (盃石) pierre de la coupe à saké
Sakuteiki (作庭記) Sakuteiki (le livre du jardinage)
samon (砂紋) motif ratissé
sanchōseki (山頂石) pierre de sommet
sandan gaki (三段垣) clôture à trois étages
sangaimatsu (三蓋松) pin à trois pics
Sangatsudōgata tōrō (三月堂形燈籠) lanterne Sangatsudō
sanjū roji (三重露地) jardin de thé triple
Sankeien (三渓園) jardin Sankeien
sankiseki (三忌石) trois pierres fuyantes
sansui (山水) paysage de montagne et d'eau
Sansui narabini nogata no zu (山水並野形図) Sansui narabini nogata no zu
santō ichiren no niwa (三島一連の庭) jardin de trois hectares d'îles
san'yōseki (山腰石) pierre de pente de montagne
sanzonbutsu (三尊仏) trinité bouddhiste
sanzonseki (三尊石) pierres de la triade
sao (竿) puits
sarudo (猿戸) porte sarudo
sasa (笹) herbe de bambou
sawatobi ishi (沢飛石) pierres pour traverser l'eau
sawawatari (沢渡) pierres de marche sur la rive
sayū ochi (左右落ち) chute de droite à gauche (cascade)
seigetsuseki (晴月石) pierre de lune claire
Seiko (Ch. Xihu) (西湖) Lac Seiko
Seiryū (青龍) Seiryū
sekidō (石幢) pilier commémoratif
sekimori ishi (関守石) pierre de barrière
sekisuibyō chōzubachi (石水瓶手水鉢) bassin pour bouteille en pierre
sekisuiko chōzubachi (石水壺手水鉢) bassin pour jarres en pierre
sekitei →ishiniwa (石庭) jardin de pierre
sekiyōboku (夕陽木) arbre du soleil couchant
sekizenboku (寂然木) arbre de la solitude
Sengan'en (仙巌園) jardin Sengan'en
Sen Rikyū (Sen no Rikyū) (千利休) Sen Rikyū (Sen no Rikyū)
senseki (泉石) jardin ; jardin pierres et eau
sensui (泉水) étendue d'eau ; jardin
Sentō gosho teien (仙洞御所庭園) jardin du palais Sentō
senzai (前栽) flore du jardin ; jardin
senzui kawaramono (山水河原者) jardinier kawaramono
Senzui narabini yagyōzu (山水並野形図) Senzui narabini yagyōzu
setchin (雪隠) cabinet privé
shakkei (借景) décor emprunté
shibafu (芝生) pelouse
shiba gaki (柴垣) clôture en broussailles
Shiba Onkō chōzubachi (司馬温公手水鉢) bassin de Shiba Onkō
shichigosan ishigumi (七五三石組) sept-cinq-trois pierres
shigarami (柵) retenue
shigyōseki (枝形石) pierre arquée
shihōbutsugata chōzubachi (四方仏形手水鉢) bassin des quatre Bouddhas
shiki ishi (敷石) pavé de pierre ; pavé
shikimatsuba (敷松葉) revêtement d'aiguilles de pin
Shikinaen (識名園) Jardin Shikinaen
shiki no niwa (四季の庭) jardin des quatre saisons
shikirigaki (仕切垣) cloison (clôture)
shima (島) île ; jardin (archaïque)
Shimanoshō iseki teien ikō (島庄遺跡庭園遺構) vestiges de jardin sur le site de Shimanoshō
shinden (寝殿) hall shinden ; hall principal
shindenzukuri (寝殿造) style shinden
shindenzukuri teien (寝殿造庭園) jardin de style shinden
shin-gyō-sō (真行草) shin-gyō-sō classification de la formalité
shini ishi (死石) pierre morte
shinji ike (心字池) étang du caractère du cœur
Shinsen'en (神泉苑) jardin de Shinsen'en
shinsen shisō (神仙思想) culte de l'immortalité
shintaiseki (心体石) pierre plate
shioiri no niwa (潮入の庭) jardin du bras de mer
shiorido (枝折戸) porte en treillis
Shirakawa suna (白川砂) sable de Shirakawa
Shiramizu Amidadō teien (白水阿弥陀堂庭園) jardin du temple Shiramizu Amidadō
Shiratayūgata tōrō (白太夫形燈籠) Lanterne Shiratayū
shisan uchi (四三打ち) quatre-trois zigzag
shishin (四神) quatre divinités directionnelles
shishiodoshi (鹿おどし) faucheur de cerfs
shoinzukuri (書院造) style shoin
shoinzukuri teien (書院造庭園) jardin de style shoin
shōjōseki (清浄石) pierre de purification
Shōmyōji teien (称名寺庭園) jardin du temple Shōmyōji
Shōseien (渉成園) jardin Shōseien
shōshinboku (正真木) arbre principal
Shūgakuin rikyū teien (修学院離宮庭園) jardins du palais détaché Shūgakuin
shugoseki (守護石) pierre tutélaire
shujin jima (主人島) Île du Maître
shujintō (主人島) Ile du Maître
shukkei (縮景) paysage à échelle réduite
Shukkeien (縮景園) jardin Shukkeien
Shukōgata tōrō (珠光形燈籠) Lanterne Shukō
shukukei →shukkei (縮景) paysage à échelle réduite
Shumisen (須弥山) Mont Sumeru
Shumisen ishi (須弥山石) Pierre du Mont Sumeru
shuro nawa (棕櫚縄) corde de chanvre-palmier
shuseki (主石) pierre principale
soba ochi (稜落ち) vue latérale chute (cascade)
sode gaki (袖垣) grillage
sohagake no ishi (岨崖石) pierre de falaise
soko ishi (底石) pierre de fond d'eau
sono (園) jardin
Sonoike no tsukasa (園池司) Bureau des jardins et des étangs
sori bashi (反橋) pont en arc
sori ishibashi (反石橋) pont de pierre arqué
sōtō (層塔) pagode
soto roji (外露地) jardin de thé extérieur ; secteur extérieur
suhama (洲浜・州浜) plage de galets
suhamagata shima (洲浜形島) île plage de sable
suibonseki (水盆石) pierre de plateau d'eau
suichōgan (水鳥岩) pierre à oiseaux aquatiques
suichōseki (垂釣石) pierre de pêche
suigyoseki (水禦石) pierre de dérivation de l'eau
suiji ike (水字池) étang à caractère aquatique
suikinkutsu (水琴窟) suikinkutsu ; chambre d'écho souterraine
suimon (水門) porte d'eau ; trou de drainage
suimonseki (水門石) porte d'eau en pierre
suisekitei (水石庭) suisekitei ; jardin d'eau et de pierres
suiwatadono (透渡殿) couloir ouvert
Suizenji Jōjuen (水前寺成趣園) jardin Suizenji Jōjuen
Sujaku →Suzaku (朱雀) Suzaku
suna setchin (砂雪隠) toilettes de sable
susaki (洲崎) barre de sable
sute ishi (捨石) pierre rejetée
Suzaku (Ch. Zhuque) (朱雀) Suzaku
tachiai gaki (立合垣) clôture solidaire
Tachibana no Toshitsuna (橘俊綱) Tachibana no Toshitsuna
taidō seki (体胴石) pierre de statue
taimatsu gaki (松明垣) clôture de torche
taimenseki (対面石) pierre de rencontre
Tairyūsansō teien (對龍山荘庭園) jardin du Tairyūsansō
Taizōin teien (退蔵院庭園) jardin du temple Taizōin
take (竹) bambou
take gaki (竹垣) clôture en bambou
taki (滝) chute d'eau ; cascade
takigakoi ki (滝囲木) arbre faisant écran aux chutes d'eau
takiguchi (滝口) bouche de cascade
takihasami ishi (滝挟石) pierre d'embouchure de cascade
taki ishigumi (滝石組) disposition des pierres de la cascade
takisoe ishi (滝添石・滝副石) pierre de soutien de la cascade
takitsubo (滝壷) bassin de cascade
takitsubo ishi (滝壷石) pierre de bassin de cascade
tamabuchi (玉縁) margelle de tamabuchi
tamagari (玉刈り) taille en boule
tama ishi (玉石) pierre ronde
tama ishizumi (玉石積) mur en pierre ronde
tamatsukuri (玉作り) traitement des boules
tanzaku ishi (短冊石) pierres tanzaku
tasoyagata tōrō (誰屋形燈籠) qui va là ? lanterne
tate ishi (立石) pierre debout ; pierre dressée
tateko (立子) éléments verticaux (clôture)
teien (庭園) jardin
teishuseki (亭主石) pierre de l'hôte
teitōseki (庭洞石) pierre de grotte
Tekisuien (滴翠園) jardin Tekisuien
temari dōrō (手鞠燈籠) lanterne boule
tenba (天端) sommet (d'une pierre ou d'un mur)
Tenryūji teien (天龍寺庭園) jardin du temple Tenryūji
Tenshaen (天赦園) jardin Tenshaen
teppō gaki (鉄砲垣) clôture en tuyau ; clôture en canon de fusil
teshoku ishi →teshokuseki (手燭石) pierre de chandelier
teshokuseki (手燭石) pierre de chandelier
tetsubachigata chōzubachi (鉄鉢形手水鉢) bassin en fer
Toba rikyū teien (鳥羽離宮庭園) jardins du palais détaché de Toba
tobi ishi (飛石) tremplins
Tōkaian shoin teien (東海庵書院庭園) jardin au shoin du temple Tōkaian
Tokudaiji Hōgen Jōi (徳大寺法眼静意) Tokudaiji Hōgen Jōi
tomayagata tōrō (苫屋形燈籠) lanterne de hutte en chaume
tōrō (燈籠) lanterne
tōsen chōzubachi (唐船手水鉢) Bassin de jonques chinoises
Toshihito Shinnō (智仁親王) Prince impérial Toshihito
Toshitada Shinnō (智忠親王) Prince impérialToshitada
tsubo niwa (坪庭) jardin clos
tsuijibei (築地塀) mur de terre
tsukiyama (築山) colline artificielle
tsukiyama niwa (築山庭) jardin de colline
tsukiyama rinsentei (築山林泉庭) jardin de collines et d'étangs
Tsukiyama senjiroku (築山染指録) Tsukiyama senjiroku
Tsukiyamateizōden (kōhen) (築山庭造伝(後編)) Tsukiyamateizōden (kōhen) (Construction du jardin de la colline, partie 2)
Tsukiyamateizōden (zenpen) (築山庭造伝(前編)) Tsukiyamateizōden (zenpen) (Construction du jardin de la colline, partie 1)
tsukubai (蹲踞) arrangement de bassin accroupi
tsukubai chōzubachi (蹲踞手水鉢) bassin d'eau accroupi
tsukubai dōrō (蹲踞燈籠) lanterne de bassin accroupie
tsume ishi (詰石) pierres d'emballage ; enrochement
tsuri dono (釣殿) pavillon de pêche
tsuri dōrō (釣燈籠・吊燈籠) lanterne suspendue
tsuru ishi (鶴石) pierre de grue
tsuru jima (鶴島) île aux grues
tsurukame no niwa (鶴亀の庭) jardin des grues et des tortues
tsutai ochi (伝い落ち) glissade (cascade)
uchigaki (内垣) clôture intérieure
uchi koshikake (内腰掛) banc intérieur
uchi roji (内露地) jardin de thé intérieur
Ueda Sōko (上田宗箇) Ueda Sōko
ueki (植木) arbre de jardin ; arbuste de jardin
uekiya (植木屋) pépiniériste ; jardinier
uekomi (植込み) plantation rapprochée d'arbres
uguisugaki (鴬垣) clôture de rossignol
ukebana (請花) base de bol à fleurs
uki ishi (浮石) pierre flottante
unjō sodegaki (雲上袖垣) clôture grillagée unjō
uodamari (魚溜) refuge pour poissons
Urakugata dōrō (有楽型燈籠) lanterne Uraku
utsushi (写し) copie
Uzumasagata tōrō (太秦形燈籠) lanterne Uzumasa
wabi (侘び) wabi ; simplicité rustique
waki ishi (脇石) pierres latérales
wakutamagata chōzubachi (湧玉形手水鉢) bassin à bulles
wara maki (藁巻) emballage en paille
warbite (蕨手) fougère frisée
wari take (割竹) bambou fendu
watari (渡り) enjamber
yado (屋戸) jardin (archaïque)
yaesode gaki (八重袖垣) clôture à écrans multiples
yahakuseki (夜泊石) pierres de bateau au trésor
yaku boku (役木) arbre à clé
yaku ishi (役石) pierre à clé
yamai ishi (病い石) pierre malade
yama shima (山島) île montagneuse
yarai gaki (矢来垣) clôture de yarai
yarimizu (遣水) ruisseau yarimizu
yatsuhashi (八つ橋) pont en zigzag
yōfū teien (洋風庭園) jardin de style occidental
yōgōseki (影向石) pierre de la présence divine
yohōbutsugata chōzubachi (四方仏形手水鉢) bassin des quatre bouddhas (yohō)
yoko ishi (横石) pierre horizontale ; éléments de pierre horizontaux
yoko ochi (横落) yoko ochi (cascade)
yoroigata sodegaki (鎧形袖垣) clôture grillagée à motif d'armure
yose dōrō (寄燈籠) lanterne en patchwork ; lanterne en agrégat
yōseki (陽石) pierre Yang
yōsokuseki (腰息石) pierre assise
Yōsuien (養翠園) jardin Yōsuien
yotsuashigata tōrō (四脚形燈籠) lanterne à quatre pattes
yotsume gaki (四つ目垣) clôture en treillis de bambou
yūgyoseki (遊魚石) pierre de tunnel à poissons
yukimi dōrō (雪見燈籠) lanterne d'observation de la neige
yuki tsuri (雪吊り) protection contre la neige
yukyoseki (遊居石) pierre d'amusement
yunokigata tōrō (柚木形燈籠) lanterne de cédrat
yutōseki (湯桶石) pierre de vase d'eau chaude
Zen'ami (善阿弥) Zen'ami