Chrétienté

chrstiannisme

Le christianisme (キリスト教, Kirisuto-kyō) au Japon fait partie des croyances minoritaires du pays, tant au niveau du nombre d’individus que des établissements. Les estimations font état de 0,8 à 1,5 % de personnes chrétiennes sur l’ensemble de la population japonaise. Ce culte a cependant joué un rôle crucial dans la formation de l’identité japonaise. Pendant plus de quatre siècles, des problématiques philosophiques, morales et géographiques en ont découlé, en particulier concernant la relation entre la religion et l’État.

Le christianisme semble avoir beaucoup augmenté au Japon, particulièrement chez les plus jeunes générations. Les adolescents sont séduits par une religion d’origine étrangère qui tranche largement avec les visions apportées par le bouddhisme et le shintoïsme. La culture chrétienne bénéficie en outre d’une image généralement positive au Japon. La grande majorité des Japonais sont de confession shinto ou bouddhiste, mais les mariages des couples de l’archipel sont à 70 % des cérémonies chrétiennes. C’est l’aspect le plus influent du christianisme dans le Japon contemporain.

Histoire du christianisme au Japon

Les premiers Européens au Japon sont venus du Portugal. Ils ont débarqué à Kyushu dans l’ouest du Japon en 1542. C’est le premier contact entre le christianisme (en plus de la poudre à canon) et les Japonais.

  • 1549 : introduction du christianisme sur le sol nippon par le jésuite François-Xavier. Il débarque à Kagoshima et commence le travail de missionnaire. Il convertit rapidement de multiples fidèles dans la région. Il prêche d’abord dans le nord de Kyushu et la région de Yamaguchi.
  • 1563 : le christianisme est bien accueilli au Japon. Quelques seigneurs et propriétaires de châteaux comme Omura Sumitada de Nagasaki se convertissent. On voit l’apparition de daimyos chrétiens. Cela a pour effet de rallier de nombreuses personnes sous leur contrôle. Le bouddhisme à cette époque a perdu un peu d’influence.
  • 1551 : François-Xavier arrive à Kyoto. Il rend visite à l’empereur pour obtenir la permission et le soutien pour ses activités missionnaires.
  • 1552 : François-Xavier débarque en Chine, mais meurt de maladie à l’âge de 46 ans.
  • 1587 : Hideyoshi Toyotomi annonce des restrictions sur les missions chrétiennes et l’expulsion des missionnaires. C’est l’édit de Bateren. Cette décision est motivée par des ambitions politiques et un comportement incompatible avec le shintoïsme et le bouddhisme.
  • 1597 : Exécution de 26 saints au Japon en guise d’avertissement. 6 missionnaires étrangers et 20 congrégations japonaises sont exécutés à Nagasaki.
  • 1612 : Persécution du christianisme. Le shogunat d’Edo interdit les missions sous son contrôle direct et ordonne la destruction de l’église.
  • 1637 : Les chrétiens du Japon se rebellent contre Amakusa et Shimabara à cause des traitements violents infligés. Le christianisme est officiellement interdit au Japon.
  • 1853 : Le commandant Perry arrive au Japon.
  • 1858 : Traité d’amitié et de commerce entre le Japon et les États-Unis. Les missionnaires protestants aux États-Unis commencent leurs activités missionnaires.
  • 1865 : Redécouverte de chrétiens cachés au Japon, notamment à Nagasaki.
  • 1947 : Le Japon dévoile sa nouvelle constitution qui entre en vigueur. Elle promeut la liberté de culte pour toute la population.
  • 1981 : Jean-Paul II se rend pour la première fois au Japon en tant que pape.
  • 2014 : Le Premier ministre Shinzo Abe rencontre le pape François.
  • 2018 : Des sites chrétiens cachés dans la région de Nagasaki et d’Amakusa sont enregistrés comme sites du patrimoine culturel mondial.

Nombre

Au début du XVIIe siècle, la communauté chrétienne japonaise était relativement importante. Les estimations récentes évoquent 300 000 catholiques sur une population totale de 10 à 12 millions d’individus.

Au Japon, aujourd’hui, 99 % des personnes ne croient pas au Christ. La proportion des croyants varie selon les études entre 0,8 % et 1,5 % de la population. Une étude (qui englobe les touristes et les étrangers) menée par l’agence pour les affaires culturelles du ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie japonais a comptabilisé en 2015 les données suivantes :

  • 90 millions de shintoïstes (plus de 70 % de la population) ;
  • 89 millions de bouddhistes (près de 70 % de la population) ;
  • 2 millions de chrétiens (moins de 2 % de la population) ;
  • 9 millions de Japonais pratiquant d’autres religions (7 % de la population).

Dans son édition 2020, la Conférence des évêques catholiques du Japon a dévoilé de nouveaux chiffres plus précis sur le nombre de catholiques fidèles au Japon. L’enquête permet de mieux situer géographiquement les individus et de se concentrer sur les pratiquants. Les touristes ne sont donc pas inclus, tout comme ceux qui sont de confession catholique, mais qui ne pratiquent pas.

Diocèse Zone (km) Catholiques laïcs Population du Japon % des catholiques japonais laïcs sur la population Clercs, religieux, Séminaristes Total des catholiques % des catholiques japonais sur la population
Sapporo 83 424 15 551 5 267 762 0,295% 317 15 868 0,301%
Sendai 45 987 9 616 6 685 666 0,144% 206 9 822 0,147%
Niigata 33 545 6 895 4 303 754 0,160% 85 6 980 0,162%
Saitama 22 666 21 312 14 246 445 0,150% 185 21 497 0,151%
Tokyo 7 352 96 534 20 154 697 0,479% 1 666 98 200 0,487%
Yokohama 28 220 54 383 15 831 884 0,344% 618 55 001 0,347%
Nagoya 28 419 26 762 12 583 684 0,213% 280 27 042 0,215%
Kyoto 18 095 17 548 7 134 543 0,246% 219 17 767 0,249%
Osaka 15 031 47 754 15 353 461 0,311% 747 48 501 0,316%
Hiroshima 31 922 19 391 7 340 866 0,264% 250 19 641 0,268%
Takamatsu 18 803 4 300 3 802 146 0,113% 93 4 393 0,116%
Fukuoka 14 837 29 827 7 723 531 0,386% 363 30 190 0,391%
Nagasaki 4 131 58 343 1 350 769 4,319% 818 59 161 4,380%
Oita 14 076 5 656 2 247 132 0,252% 269 5 925 0,264%
Kagoshima 9 187 8 713 1 630 146 0,534% 151 8 864 0,544%
Naha 2 283 6 163 1 481 547 0,416% 68 6 231 0,421%
TOTAL 377 976 428 748 127 138 033 0,337% 6 335 435 083 0,342%

Le christianisme aujourd'hui

L’Église catholique du Japon fait partie intégrante de l’Église catholique mondiale. Elle est sous la direction spirituelle du pape à Rome. On trouve 16 diocèses, dont trois archidiocèses. Quelque 1589 prêtres catholiques (à ne pas confondre avec les prêtres shintoïstes) et 848 paroisses sont répertoriés dans le pays. Les évêques des diocèses forment la Conférence épiscopale catholique du Japon.

Nagasaki est une ville fondée par les catholiques portugais. Elle a longtemps été considérée comme le centre chrétien le plus important de l’Extrême-Orient. Des processions sont tenues, des établissements sont fondés et des communautés s’y retrouvaient régulièrement. Même après la fermeture hermétique du Japon pendant plus de deux siècles et la persécution systématique des chrétiens, certains rites ont continué à se réaliser. Ils sont nommés Kakure kirishitan (隠れキリシタン, litt. « chrétiens cachés »). On les estime à environ 30 000. Ils se sont progressivement dévoilés à partir de 1873, lorsque la liberté religieuse est rétablie. Aujourd’hui encore, Nagasaki est majeure dans le christianisme au Japon : son archidiocèse est historiquement le plus important du pays.

Le christianisme est pratiqué par une minorité de Japonais, mais ses rites se sont progressivement diffusés dans la culture populaire. Le mariage catholique est souvent accompli au Japon, dans près de 60 à 70 % des cas. Les Japonais le préfèrent au mariage shinto. D’autres coutumes comme la Saint-Valentin et Noël sont largement rentrés dans le calendrier. Des événements d’illuminations sont organisés, et on offre des cadeaux sur l’archipel. Ces fêtes chrétiennes ne sont cependant pas considérées des jours fériés au Japon.

Le protestantisme est moins développé que le christiannisme. Le premier missionnaire presbytérien est James Curtis Hepburn. Il est arrivé au Japon en 1859, en même temps que les premiers représentants ordonnés de la Communion anglicane. Hepburn était un missionnaire médical qui a ouvert une clinique dans la préfecture de Kanagawa, non loin de Tokyo. Il est très connu au Japon et chez les étudiants de japonais internationaux, car il a écrit un dictionnaire japonais-anglais. Il est à l’origine de la romanisation du japonais selon le système Hepburn. Il a largement contribué à la traduction protestante de la Bible en japonais. Il reçoit la décoration de l’Ordre du Soleil Levant et devient le second étranger à recevoir cet honneur.

Après la Seconde Guerre mondiale, les Américains s’installent au Japon pour réformer en profondeur les systèmes du pays. Les évangéliques s’activent dans le sillage des militaires pour étendre leur influence. Les courants confessionnels nord-américains deviennent majoritaires sur les autres formes de christianisme. Cette poussée se mesure surtout entre 1945 et 1960.

Enfin, le Japon compte aujourd’hui près de 213 000 Témoins de Jéhovah (212 683 en 2020). Ils sont réunis en 2 964 congrégations et 273 856 personnes ont assisté à la célébration annuelle du repas du soir du Seigneur en 2020. La communauté semble se développer, car les Témoins de Jéhovah étaient interdits au Japon avant 1945.

Saints japonais

Saint Description Béatification Canonisation
Paul Mikki Séminariste jésuite japonais qui est mort en tant que martyr. Il a été exécuté lors de la répression de la foi chrétienne, en compagnie de 25 autres chrétiens. 14 septembre 1627 8 juin 1862 (Pie IX)
Jean Soan de Goto Séminariste jésuite japonais qui est mort en tant que martyr. Il a été exécuté lors de la répression de la foi chrétienne, en compagnie de 25 autres chrétiens. 3 juillet 1627 8 juin 1862 (Pie IX)
Jacques Kisai Séminariste jésuite japonais qui est mort en tant que martyr. Il a été exécuté lors de la répression de la foi chrétienne, en compagnie de 25 autres chrétiens. 3 juillet 1627 8 juin 1862 (Pie IX)
Marine de Nagasaki Séminariste jésuite japonais qui est mort en tant que martyr. Elle a été exécuté lors de la répression de la foi chrétienne, en compagnie de 25 autres chrétiens. 18 février 1981 18 octobre 1987 (Jean-Paul II)
Madeleine de Nagasaki Vierge martyre japonaise membre du Tiers-Ordre des Augustins récollets. Elle a appris à lire et écrire le Japonais. Elle sera torturée et tuée par les Japonais dans le cadre de la répression violante des chrétiens. 18 février 1981 18 octobre 1987 (Jean-Paul II)
Giacomo Kyushei Tomonaga Prêtre dominicain japonais, il a composé l'un des premiers dictionnaires modernes. Il meurt en martyr en 1633. 18 février 1981 18 octobre 1987 (Jean-Paul II)

Répartition des diocèses

Nom Province
Archidiocèse de Nagasaki Province de Nagasaki
Diocèse de Fukuoka Province de Nagasaki
Diocèse de Kagoshima Province de Nagasaki
Diocèse de Naha Province de Nagasaki
Diocèse d'Oita Province de Nagasaki
Archidiocèse d'Osaka Province d'Osaka
Diocèse d'Hiroshima Province d'Osaka
Diocèse de Kyoto Province d'Osaka
Diocèse de Nagoya Province d'Osaka
Diocèse de Takamatsu Province d'Osaka
Archidiocèse de Tokyo Province de Tokyo
Diocèse de Niigata Province de Tokyo
Diocèse de Saitama Province de Tokyo
Diocèse de Sapporo Province de Tokyo
Diocèse de Sendai Province de Tokyo
Diocèse de Yokohama Province de Tokyo