Le Japon va assouplir ses restrictions d’entrée et privilégier les étudiants

Nous apprenons aujourd’hui, par le biais du journal The Mainichi, que le Japon va prochainement alléger ses restrictions d’entrée sur le territoire. Surtout, ce sont désormais les étudiants qui sont directement visés par ces nouvelles mesures.

Rendez-vous le 14 mars

Lors de son allocution, le Premier ministre japonais Fumio Kishida a indiqué un assouplissement des mesures d’entrée sur le territoire à partir du 14 mars 2022. Cela va commencer avec une hausse de la jauge journalière d’entrée, qui va ainsi passer de 5000 à 7000 personnes.

Les étudiants peuvent se réjouir, car ils seront désormais la principale préoccupation en la matière pour les autorités japonaises. Le Premier ministre stipule qu’ils auront la priorité dans la mesure où les voyageurs d’affaires ne sont pas aussi nombreux que prévu.

Le moment est particulièrement déterminant, puisque l’année scolaire démarre en avril. Ainsi, les élèves occidentaux devront se précipiter et se montrer réactifs pour pouvoir débuter dans les temps. Cela dit, les aménagements devraient être mis en place dans les lycées et les universités japonais qui accueillent des étudiants en échange.

Même si le Premier ministre a qualifié les étudiants de « trésor » pour le pays, la vérité est que ces derniers devront patienter pour espérer avoir la chance d’obtenir un siège vide (qui était réservé pour un voyageur d’affaires).

Une réponse aux nombreuses pressions

L’aménagement progressif des restrictions à la frontière nipponne a été vivement critiqué au Japon comme à l’international. Le pays a longtemps été jugé comme beaucoup trop strict. Selon le quotidien japonais, environ 150 000 étudiants étrangers attendraient toujours d’entrer au Japon.

Rappelons que pour le moment, les touristes étrangers ne sont toujours pas autorisés à rentrer au Japon. La situation ne devrait pas évoluer d’ici aux prochaines semaines, puisque 31 des 47 préfectures du Japon sont actuellement en quasi-état d’urgence. Le variant Omicron poursuit sa contagion dans tout l’archipel.

Il ne faut pas non plus espérer pouvoir se rendre dans l’une des 13 préfectures restantes (Fukuoka, Hiroshima ou encore Nagasaki). Dans ces dernières, on trouve des mesures anti-virus strictes qui demandent par exemple au restaurant de fermer plus tôt. Les barres doivent limiter la consommation d’alcool. Ces mesures vont cependant évoluer d’ici dimanche prochain, mais la vigilance nipponne est de mise.

Sources : The Mainichi