Partagez cet article

Dernière modification le

L’histoire du Japon est étroitement liée à son rapport avec l’isolement. En effet, l’archipel passe notamment les XVIIe et XVIIIe siècle, sans oublier une bonne partie du XIXe, dans l’isolement le plus total, imposé par le gouvernement.

Les conséquences d’une telle mesure entrainent indubitablement un retard sur les progrès technologiques que le reste du monde a inventé. Mais, en revanche, quand le Japon s’ouvre pour la première fois à l’étranger – sous la force -, les progrès se font rapidement. La modernisation est totale au point que le Japon traditionnel se perd de plus en plus.

Aujourd’hui, même les Japonais fantasment sur un passé qui leur est culturellement cher. Mais à l’époque de Meiji, tout a été fait pour l’effacer, comme s’il représentait une honte par rapport aux mœurs occidentales.

Pour celles & ceux qui ne sont pas très à l’aise avec l’ère Meiji, voici un court récapitulatif. 

La Meiji Jidai – ère Meiji – est une période historique du Japon qui débute en 1868 et se termine en 1912. La première de ces deux dates correspond à la restauration de Meiji, un moment clef dans l’histoire du pays où le shogunat Tokugawa est renversé, redonnant ainsi les pouvoirs à l’empereur. Tout cela fait suite à une période d’agitations nationales conjuguées à des idées fortes de réformes qui fleurissent à travers tout le pays. Deux dates clefs sont également à retenir : 1953 et 1864. 

En 1953, le commodore Matthew Perry, Américain, entre dans la baie de Tokyo et tente d’ouvrir de force le Japon à coups de canons. Les Japonais se divisent alors en deux camps, l’un favorable et l’autre totalement opposé à une ouverture. C’est le premier courant qui va l’emporter en signant une convention de Kanagawa avec Perry, le 31 mars 1854.

Puis, en 1864, une nouvelle flotte occidentale composée d’Américains, de Britanniques, Hollandais et Français va forcer le détroit de Choshu en bombardant les côtes. Ces initiatives viriles forcent le Japon à se moderniser et à réfléchir longuement sur une possibilité d’ouvertures totales à l’étranger, constamment à ses frontières.

Il en découle une ère totalement bouleversante pour bien des secteurs. Tout le domaine social est modifié, les normes évoluent et les Japonais également. La politique se métamorphose complètement afin de copier au mieux les superpuissances occidentales. Enfin, l’industrie, l’économie, l’agriculture et l’entièreté des échanges commerciaux est revue sous un nouveau regard.


Partagez cet article