Nous rejoindre

ARTICLE

Une fois n’est pas coutume, le Japon s’interroge sur la santé de Kim Jong-un

Corée du Nord

Selon le ministre japonais de la Défense, la montée des hostilités de la part de la Corée du Nord pourrait être une façon de masquer la mauvaise santé du dirigeant Kim Jong Un.

Mauvaise santé

À l’occasion d’un entretien en anglais au Japanese Foreign Correspondents Club à Tokyo, Taro Kono a été interrogé sur les actions du voisin japonais dans un contexte de tensions croissantes dans la péninsule coréenne.

Ce mois-ci, le régime de Kim a multiplié les discours contre son voisin du sud, interrompant même les lignes de communication avec Séoul. En effet, la semaine dernière, la Corée du Nord a démoli un bureau de liaison intercoréen à Kaesong et cette semaine, elle a annulé la proposition d’« action militaire » contre la Corée du Sud.

Quand on l’a interrogé sur la récente agression de Pyongyang, Kono a répondu aux journalistes : « Nous essayons de savoir ce qui se passe en Corée du Nord. Les récents mouvements sont assez étranges, et nous avons des soupçons sur sa santé ».

Quoiqu’il ait dit ne pas pouvoir s’exprimer sur les questions de renseignement, lorsqu’il a été poussé à faire des suppositions sur la santé de Kim, il a répondu que les rapports variaient entre le fait qu’il soit « en bonne santé jusqu’à sa mort » et que « c’est quelque part entre les deux ».

Le coronavirus se développe en Corée du Nord

La Corée du Nord irait mal. Plus que ce que l’on ne croit. D’une part, le coronavirus serait largement présent dans la péninsule. On peut notamment penser que les liens étroits avec la Chine, malgré les sanctions internationales, aient favorisé la venue du coronavirus en février dernier.

En savoir plus :   Comment gérer les déchets nucléaires de Fukushima ?

Enfin, la récolte de l’année dernière en Corée du Nord a été mauvaise. Comme l’économie nord-coréenne ne va pas bien, Kim Jung Un ou son régime ont besoin d’un bouc émissaire pour que les gens regardent ailleurs qu’en Corée du Nord, selon le ministre.

« Nous essayons donc de rassembler des informations, de les analyser et de voir ce qui se passe réellement en Corée du Nord. » Les informations proviennent des services secrets japonais, mais également américains. Sans surprise, on apprend que des discussions sont régulièrement menées pour rassembler les nouveautés.