Nous rejoindre
Japon

Insolite

Un Japonais viré pour avoir menti sur son CV en disant qu’il avait moins d’éducation qu’il n’en a vraiment

Le mensonge sur votre CV n’est jamais une bonne idée, mais la tentation est trop grande pour que certains candidats à un emploi y résistent. Mais une tromperie parfaite est une chose très difficile à réaliser, ce qui explique pourquoi vous entendrez régulièrement parler de quelqu’un qui se fait prendre à ne pas avoir les qualifications qu’il prétend posséder. Cependant, une affaire est bien différente de ce cas de figure…

Surqualification

Dans la dernière affaire de ce type, un employé de la ville de Kobe a été licencié de son poste. Des investigations ont permis de découvrir que l’homme, un employé de 48 ans travaillant pour le service municipal des eaux, est titulaire d’un diplôme universitaire de quatre ans, mais qu’il avait fait une demande différente (sans mentionner explicitement ses études) lorsqu’il avait postulé et obtenu un emploi au sein du service en 1996. Il possédait trop de qualifications. En fait, l’employé a été licencié non pas parce qu’il était secrètement sous-qualifié pour le poste, mais parce qu’il était secrètement surqualifié !

Selon la ville, l’employé travaillait au service des eaux depuis 1996, date à laquelle il a passé un examen d’embauche administré dans une classification réservée aux diplômés du secondaire, alors qu’il était en fait diplômé de l’université. La municipalité a découvert que certains employés avaient été faussement accusés d’avoir fait des études non valables en 2006. Ils ont été licenciés par la ville, qui les a avertis qu’ils pourraient recevoir une indemnité de licenciement s’ils se portaient volontaires, mais l’employé aurait répondu à l’enquête de la ville à l’époque en disant qu’il était également diplômé de l’enseignement secondaire.

En savoir plus :   Japon : l'élu qui revendait des masques à prix d'or s'excuse

Il était expressément indiqué dans sa candidature que le poste était destiné à des candidats dont le niveau d’études le plus élevé était le lycée ou un niveau inférieur (au Japon, l’enseignement obligatoire s’arrête après le collège).

Un Japonais est viré pour avoir menti sur son CV en affirmant avoir reçu moins d'éducation qu'il n'en a réellement

Une dénonciation anonyme met fin à 24 ans de carrière

En mars de cette année, il a été démasqué à la suite d’un rapport anonyme. L’employé a déclaré qu’il pensait qu’il était normal d’avoir un diplôme d’études secondaires ou supérieures au moment où il a passé le test.

Le sentiment de gratitude aurait été plus normal, car ils ont utilisé les compétences d’un diplômé de l’université pour le salaire d’un diplômé du secondaire. Après tout, les bureaux du gouvernement sont déjantés.

Le fait de mettre fin à la carrière de 24 ans de quelqu’un qui avait apparemment été assez bon dans son travail pour être maintenu pendant tout ce temps, parce qu’il avait trop d’études, relève certainement de la logique inverse à bien des niveaux. La situation n’est sans doute pas aussi simple. Il faut savoir que l’attitude « je n’ai pas dit la vérité, mais ça va parce que je suis bon dans mon travail » ne vous fera jamais gagner beaucoup de points avec le département des ressources humaines au Japon.