Partagez cet article
  • 191
    Partages

Dernière modification le

Ce matin, environ 20 membres du personnel du métro de Tokyo et proches de victimes de l’incident s’étant déroulé il y a presque un quart de siècle se sont réunis, et ont observé une minute de silence, à huit heures du matin. Durant cette attaque, deux anciens collègues à ces derniers étaient tragiquement décédés, et une minute de silence supplémentaire a également été observée dans cinq autres stations de métro de la capitale nipponne. Revenons sur les faits de cette terrible attaque terroriste.

Au total, cette attaque terroriste est responsable de la mort de 13 personnes, et de plus de 6 300 malades en seulement quelques heures. C’est la secte du culte d’Aum Shinrikyo, qui avait à l’époque libérée du gaz sarin dans cinq rames de métro lors d’attaques coordonnées aux heures de pointe, le 20 mars 1995.

Au total, ce sont 13 membres de la secte, y compris le chef, qui ont été exécuté en juillet dernier par le gouvernement. Les autres, qui ont eu des responsabilités bien plus mineures durant cette attaque, purgent actuellement une peine de prison lourde. Le dernier fugitif a été arrêté en 2012. Depuis, le gouvernement estime que la chasse est officiellement terminée, puisque les preuves n’ont pas mené à d’autres suspects majeurs.

Pour arriver à leurs fins il y a 24 ans, certains de ces criminels ont tenté de détourner l’attention des autorités, pendant que cinq autres membres de la secte (parmi lesquels on trouve un médecin en chef et plusieurs physiciens de renom) libéraient le gaz dans les trains bondés de Tokyo. Pour ce faire, ils ont percé des paquets toxiques de gaz sarin avec des pointes de parapluie aiguisées, tout en discrétion, afin d’éviter de se faire repérer.

sectes hommes - Cela fait 24 ans que le Japon a été victime d'une attaque au gaz sarin en plein métro de Tokyo : retour sur les événements
Photographies en 1995 de deux membres de la secte, avec notamment le leader à gauche

En ce qui concerne le gaz en lui-même, il faut savoir qu’il est classé neurotoxique. Extrêmement dangereux, une seule goutte peut tuer une personne. Durant les minutes qui ont suivi la libération du produit sous forme de gaz, des milliers de Japonais montaient et descendaient par le train au même endroit, dans des stations bondées.

Malheureusement, le personnel et les passagers exposés aux commanditaires figurent parmi les principales victimes de l’attentat. Par la suite, beaucoup de malades, qui ont survécu, mais tout de même hospitalisée pendant quelque temps, étaient conscients de ce qui s’était passé, tout en oubliant certains passages. Quand ils étaient hospitalisés le jour même, on a noté que de nombreux états de santé se dégradaient tout au long de la journée, sans trop savoir pourquoi tant de personnes étaient hospitalisées. Au fur et à mesure que les informations démontraient que tout cela était l’œuvre d’une secte et d’un attentat au gaz sarin, les hôpitaux ont commencé à reconstituer les événements et à trouver les meilleurs traitements pour les victimes.

Officiellement, la secte n’a jamais été dissoute. On sait notamment qu’elle a dû faire faillite, à cause des dommages et intérêts énormes qu’elle a été obligée de verser aux victimes de ces crimes. Par la suite, les anciens membres, qui n’avaient pas encore été interpellés à l’époque, ont continué leur activité criminelle sous d’autres pseudonymes et dans différents groupes japonais.

images blessees - Cela fait 24 ans que le Japon a été victime d'une attaque au gaz sarin en plein métro de Tokyo : retour sur les événements
Image des blessés évacués à l’air libre, mais toujours affectés

À l’approche des nouveaux jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020, le gouvernement japonais étudie aujourd’hui des moyens de renforcer la sécurité du réseau de transport ferroviaire du pays. Aujourd’hui, le Japon est extrêmement développé et la sécurité est de mise. Cependant, avec l’influence massive d’une toute nouvelle population étrangère aux coutumes et aux moyens de procéder dans la capitale nipponne notamment, les dangers peuvent apparaître au quotidien, et les responsables des J.O. souhaitent tout prévoir en amont pour l’ensemble se déroule sans accroc.

Les différents ministères se sont récemment concertés et ont mené une expérience dans une gare, plus tôt dans le mois, qui visait à démontrer l’efficacité des capteurs et des scanners qui sont présents dans le métro de Tokyo. Ils ont pour mission de repérer les matières dangereuses ou toxiques qu’un passager pourrait transporter discrètement dans un train. Ces technologies ayant fait leurs preuves, Tokyo va essayer d’épier ses passagers le plus possible, pour ne pas reproduire une telle catastrophe. Le ministère a déclaré espérer que ce dispositif renforcera la sécurité, sans pour autant nuire au confort des passagers des chemins de fer japonais.

desinfection train - Cela fait 24 ans que le Japon a été victime d'une attaque au gaz sarin en plein métro de Tokyo : retour sur les événements
Nettoyage total des rames de métro, plusieurs heures après les incidents

Partagez cet article
  • 191
    Partages
  • 191
    Partages