Nous rejoindre

ARTICLE

Un élan d’espoir : il n’y a jamais eu aussi peu de suicides au Japon

Selon le ministère de la Santé, 19 959 personnes se sont donné la mort sur l’année 2019, au Japon. C’est la première fois, depuis 1978, que le Japon tombe sous la barre des 20 000 suicides. Malgré que cela reste énorme pour un tel pays, ces chiffres permettent d’apercevoir une lueur d’espoir.

Une première depuis 41 ans

Le ministère de la Santé, a dévoilé ces informations vendredi dernier, elles restent provisoires mais encourageantes. Les décomptes finaux seront, quant à eux, publiés au mois de mars. Il est probable que l’on observe une légère hausse, a indiqué le ministère. Même si les chiffres dépassent les 20 000 suicides, cette année 2019 représentera une baisse historique. En effet, selon Yoshindo Nonaka, responsable du ministère, il est fort possible que l’on reste en dessous des 20 434 établis en 1981.

Les chiffres montrent que pour la dixième année consécutive, le nombre de suicides, d’une année à l’autre, diminue. En 2019 on remarque une baisse de 881 personnes, soit 4,2 % par rapport à l’année précédente. L’objectif du pays est de réduire le taux de suicide à 13,0 pour 100 000 personnes. Il est actuellement de 15.8, un synonyme d’espoir pour le Japon. 

Des chiffres alarmants

Certes, on constate une nette diminution des suicides au Japon, mais cela reste important pour un tel pays. Tout comme la France, le Japon avait un taux de suicide avoisinant 18 pour 100 000 habitant, en 2016. Un taux anormal lorsque l’on constate, par exemple, qu’en Italie, il est de 8,2.  Nonaka a ainsi déclaré :

“Il est vrai que nous avons constaté une diminution au cours de la dernière décennie, mais il n’en demeure pas moins que près de 20 000 personnes se suicident chaque année. Nous devons faire face à cette réalité alors que nous poursuivons nos campagnes de prévention du suicide.”

Un signe d’espoir

Yasuyuki Shimizu, dirigeant de Lifelink, une organisation à but non lucratif basée à Tokyo visant à prévenir les suicides, a annoncé que la promulgation en 2006 d’une loi anti-suicide historique a entrainé cette tendance générale à la baisse. En 2016, elle s’est vue réviser afin d’obliger les municipalités à élaborer des actions concrètes contre les problèmes de suicide dans leurs régions. 

Shimizu a toutefois émis des inquiétudes quant au rythme alarmant auquel les jeunes se suicident. Nous vous en avons parlés en novembre dernier, le suicide est devenu la principale cause de décès chez les enfants japonais. 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Facebook

Plus dans ARTICLE