Nous rejoindre

ARTICLE

Shinzo Abe est très attentif aux rapports sur Kim Jong-Un en Corée du Nord

Corée du Nord

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré mardi qu’il était au courant des rapports sur la santé du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et qu’il suivait de près l’évolution de la situation. Il a fait ce commentaire lors d’une session du Parlement.

Une disparition remarquée

Après que Kim n’ait pas fait son apparition en public lors d’un jour férié important le 15 avril, des rumeurs et des spéculations ont commencé à circuler sur sa santé. Depuis, il est resté hors de vue. De son côté, le président américain Donald Trump a déclaré ce lundi qu’il a « une bonne idée » de la santé de Kim Jong Un et espère qu’il va bien. Il ajoute même qu’il serait en « bonne santé » La localisation de Kim et la question de savoir s’il a subi une intervention cardiaque ont fait l’objet d’intenses spéculations ces dernières semaines. Le Daily NK, un site web basé à Séoul, a signalé la semaine dernière que Kim était en convalescence après avoir subi une procédure cardiovasculaire le 12 avril, citant une source anonyme en Corée du Nord. Le rapport n’a pas pu être confirmé par Reuters.

La semaine dernière, un train appartenant probablement à Kim a été repéré à Wonsan, une ville de station balnéaire nord-coréenne. Cette découverte a été faite grâce à des images satellites examinées par 38 North, un projet de surveillance de la Corée du Nord basé à Washington. Ce mardi, la presse sud-coréenne se veut plus méfiante, comme toujours. Selon elle, Kim essaierait simplement de fuir le coronavirus. Les responsables sud-coréens soulignent qu’ils n’ont détecté aucun mouvement inhabituel en Corée du Nord et ont mis en garde contre les informations selon lesquelles Kim pourrait être malade.

En savoir plus :   Plus de la moitié du territoire japonais considérée comme “surdépeuplée”

« Il est vrai qu’il n’avait jamais manqué l’anniversaire de Kim Il Sung depuis son arrivée au pouvoir, mais de nombreuses manifestations d’anniversaire, dont des célébrations et un banquet, ont été annulées en raison de préoccupations liées au coronavirus », selon Kim Yeon-chul lors d’une audition parlementaire.

Des signes de vie ?

Selon une source fiable connaissant bien les rapports des services de renseignement américains, il était tout à fait possible que Kim ait disparu de la vue du public pour éviter d’être exposé à COVID-19. Le fait que son train ait été aperçu dans la station balnéaire côtière de Wonsan laisse penser qu’il pourrait s’y trouver ou s’y être trouvé récemment. Toutefois, la source a déclaré que, comme il n’y avait pas de preuves irréfutables pour une telle conclusion, les agences américaines envisageaient toujours la possibilité que Kim soit malade, même gravement.

Pour le moment, les médias nord-coréens n’ont pas fait état de l’endroit où se trouve Kim Jong Un depuis qu’il a présidé une réunion le 11 avril. Des informations quasi quotidiennes indiquent qu’il a envoyé des lettres et des messages diplomatiques, ce qui laisse penser qu’il exerce toujours ses fonctions de dirigeant. Mais avec le voile d’incertitude qui entoure le régime de Pyongyang, rien n’est moins sûr…