Nous rejoindre

ARTICLE

REPRISE DE LA PÊCHE A LA BALEINE AU JAPON : sous couvert d’expédition scientifique…

Des navires japonais ont quitté lundi un port de l’ouest du Japon pour mener jusqu’à la fin du mois de mars ce que le gouvernement appelle “la recherche scientifique” dans l’océan Antarctique.

Une nouvelle expédition qui vise à tuer 300 individus

Le Japon avait pourtant suspendu temporairement les recherches sur la chasse à la baleine après que la Cour internationale de Justice eut décidé en 2014 que le programme de chasse à la baleine “n’était pas à des fins de recherche scientifique” et avait ordonné sa suspension. En réponse, le gouvernement japonais a soumis un plan remanié à la Commission baleinière internationale, limitant ainsi les prises à un tiers de ce qu’elles étaient.
En mars 2017 déjà, une flotte baleinière japonaise était rentrée au Japon après une chasse annuelle à l’Antarctique qui avait tué plus de 300 mammifères. Tokyo poursuit le programme au mépris des critiques mondiales .
En 2018-2019, les navires prévoient de capturer 333 petits rorquals (après la baleine bleue, c’est le deuxième plus grand animal sur Terre) lors de la quatrième expédition de chasse à la baleine du pays depuis la reprise en 2015, selon le gouvernement.
Mais ce motif pour se lancer à la chasse aux baleines n’est pourtant nouveau : le Japon capture des baleines dans la région à des fins de “recherche scientifique” depuis 1987. le programme a suscité des critiques internationales et nationales qui l’accuse d’une couverture servant à la chasse commerciale à la baleine.
La dernière expédition intervient après que la proposition du Japon de reprendre la chasse à la baleine d’espèces relativement abondantes telles que les petits rorquals ait été rejetée par la Commission baleinière internationale en septembre. Le rejet a incité le Japon à laisser entendre qu’il pourrait se retirer de l’organisation.
Après avoir quitté le port de Shimonoseki dans la préfecture de Yamaguchi, le Yushin Maru de 724 tonnes et le Yushin Maru n ° 3 de 742 tonnes rejoindront trois navires, dont le navire-mère Nisshin Maru, d’une capacité de 8 145 tonnes, avant de se diriger vers l’extrême sud.

Une (très) faible contestation

“En incorporant les techniques et les capacités que nous avons développées, nous voulons mener à bien les recherches et rentrer sains et saufs”, a déclaré Nobuo Abe, le capitaine du Yushin Maru N ° 3, lors d’une cérémonie qui a eu lieu avant le départ des navires. 50 personnes seront au total mobilisées pour ces “opérations”. L’objectif affiché est toujours de mener une chasse scientifique, alors que certains opposants montrent à chaque fois que des morceaux de baleines se retrouvent sur les divers marchés noirs du pays.
Selon l’agence des pêches, le groupe anti-chasse à la baleine Sea Shepherd n’a jusqu’à présent mené aucune activité majeure pour bloquer la chasse à la baleine au Japon, après avoir déclaré dans une déclaration l’année dernière qu’il n’essaierait pas de mettre fin aux activités de chasse à la baleine au Japon. Ils ne cherchent plus à s’attaquer de manière frontale à ces navires de pêche car ils font preuve d’une utilisation accrue des technologies sophistiquées ce qui met en danger leur vie. Les missions précédentes ont été entravées par une campagne de confrontation en haute mer menée par les environnementalistes Sea Shepherd . Un responsable de l’agence de la pêche a déclaré que les chasseurs de baleines ne faisaient dorénavant face «à aucun comportement obstructif et ce qui menace la sécurité de la flotte et des membres d’équipage». Ainsi ils n’osent plus s’attaquer aux chasseurs de baleine de manière frontale.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Facebook

Plus dans ARTICLE