Nous rejoindre

DOSSIER

Pourquoi le Japon a attaqué Pearl Harbor ?

L’attaque de Pearl Harbor constitue l’attaque-surprise militaire la plus réussie des premières années du combat naval et aérien combiné. Le 7 décembre 1941, l’armée impériale japonaise a frappé la base navale américaine de Pearl Harbor, dans le territoire d’Hawaii. Cette attaque a directement provoqué l’entrée de l’Amérique dans la Seconde Guerre mondiale, entraînant le largage des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki.

Les événements qui ont conduit à Pearl Harbor

Vers la fin des années 1930, la politique étrangère américaine dans le Pacifique était axée sur le soutien à la Chine, et une agression du Japon contre la Chine entraînerait donc nécessairement un conflit entre le Japon et les États-Unis. Depuis 1931 déjà, le gouvernement de Tokyo avait étendu son contrôle sur la province chinoise de la Mandchourie. Dès l’année suivante, les Japonais ont consolidé leur emprise sur la région avec la création de l’État fantoche de Manchukuo. Un accrochage au pont Marco Polo, près de Pékin, le 7 juillet 1937, a marqué le début d’une guerre ouverte entre le Japon et le Front uni des nationalistes chinois et le Parti communiste chinois. Le gouvernement des États-Unis a réagi en accordant son premier prêt à la Chine en 1938.

Les États-Unis ont annoncé en juillet 1939 la fin du Traité de commerce et de navigation de 1911 avec le Japon. À compter de l’été 1940, les États-Unis ont commencé à restreindre l’exportation vers le Japon de matériaux utiles à la guerre. Entre le mois de juin 1940 et la funeste attaque de décembre 1941, la tension n’a cessé de croître. En juillet 1941, alors que les Japonais ont occupé toute l’Indochine et ont conclu une alliance avec les puissances de l’Axe (Allemagne et Italie), le gouvernement américain interrompt toute relation commerciale et financière avec le Japon. Les capitaux japonais sont gelés, et un embargo est décrété sur les expéditions vers le Japon de pétrole et d’autres matériels de guerre vitaux.

En outre, les militaires acquièrent de plus en plus d’influence au sein du gouvernement de Tokyo, et ils éprouvent un vif mécontentement à l’égard de l’aide américaine à la Chine, qui s’est alors intensifiée. Pour eux, l’invasion allemande de l’Union soviétique était une occasion unique de mener une politique d’agression en Extrême-Orient, sans que les forces de l’Armée rouge ne risquent d’attaquer leurs arrières. Des négociations visant à trouver une sorte d’accord entre les États-Unis et le Japon eurent néanmoins lieu jusqu’à l’automne 1941, et ce n’est que vers la fin novembre de cette année-là qu’il est devenu évident qu’aucun accord n’était possible.

Tout en continuant à négocier avec les États-Unis jusqu’au jour de l’attaque de Pearl Harbor, le gouvernement du Premier ministre Tōjō Hideki a opté pour la guerre. L’amiral Yamamoto Isoroku, le commandant en chef de la flotte combinée du Japon, avait soigneusement planifié l’attaque contre la flotte américaine du Pacifique. Si la flotte américaine était neutralisée, le chemin de la conquête japonaise de toute l’Asie du Sud-Est et de l’archipel indonésien serait dégagé. Cet ordre est donné le 5 novembre 1941 et le 16 novembre, les forces armées commencent à se rassembler dans les îles Kouriles. Néanmoins, en cas d’issue favorable des négociations à Washington, les commandants ont reçu l’instruction de rappeler la flotte. À la tête d’une flotte comprenant six porte-avions, deux cuirassés, trois croiseurs et onze destroyers, le vice-amiral Nagumo Chuichi se trouvait le 26 novembre à quelque 440 km au nord d’Hawaii. Au total, environ 360 avions ont été lancés à partir de ce point.

Pourquoi attaquer Pearl Harbor en particulier ?

Après le renversement du royaume hawaïen, la marine américaine a établi une base sur l’île en 1899. Les États-Unis avaient fait de Pearl Harbor la base principale de leur flotte du Pacifique en mai 1940.

Puisque la guerre devenait inévitable, la seule chance du Japon consistait à créer l’élément de surprise et à détruire la marine américaine le plus rapidement possible. Les Japonais souhaitaient s’installer dans les Indes orientales néerlandaises et en Malaisie pour conquérir des territoires qui pouvaient fournir d’importantes ressources naturelles telles que le pétrole et le caoutchouc. Avec la destruction d’une grande partie de la flotte américaine, ils comptaient ensuite conquérir les Philippines et la Malaisie pendant que l’Amérique récupérait encore des dégâts. Parallèlement, des attaques simultanées furent lancées sur ces lieux pendant que se déroulait le Pearl Harbor.

Si Roosevelt s’attendait à une attaque des Japonais, la plupart des spécialistes ont rejeté les théories de conspiration qui prétendaient que le Japon allait frapper Pearl Harbor. Les autorités s’attendaient plutôt à ce que le Japon frappe des cibles américaines en Thaïlande ou dans les Indes orientales néerlandaises plutôt qu’un endroit aussi proche de l’archipel.

Le cas Yamamato

Yamamoto était un homme qui parlait couramment l’anglais. Il avait étudié à Harvard et, à une époque plus faste, avait fait du stop à travers les États-Unis. Il savait pertinemment que le Japon ne pouvait pas conquérir, ni même vaincre, les États-Unis.

Si la guerre ne pouvait pas être évitée, la grande stratégie japonaise consistait à infliger suffisamment de dommages et à s’emparer d’un territoire suffisant pour que les Américains garantissent la souveraineté japonaise en échange d’un armistice et de la restauration de tout ou partie de ce que le Japon avait pris en dehors de la Corée et peut-être de la Mandchourie.

Selon lui, il est nécessaire de neutraliser l’ensemble des portes avions américains si le Japon entend remporter la guerre. Cet argument se vérifiera clairement dans la suite de la Guerre du Pacifique. Il fut l’un des généraux japonais les plus censés, et avisés.

Pearl Harbor, réussite ou échec ?

De prime abord, l’attaque de Pearl Harbor apparaît comme un succès pour le Japon. Les bombardiers ont touché les huit cuirassés américains, en ont coulé quatre et en ont endommagé quatre autres. Ils ont également détruit ou endommagé plus de 300 avions et tué quelque 2 400 Américains à Pearl Harbor.

En 1942, les forces japonaises s’emparent d’une série de possessions coloniales occidentales actuelles et anciennes, dont le Myanmar actuel, la Malaisie et Singapour, les Indes orientales néerlandaises (Indonésie) et les Philippines. Ce faisant, elles ont accès aux abondantes ressources naturelles de ces îles, notamment le pétrole et le caoutchouc.

Malheureusement pour les Japonais, l’attaque de Pearl Harbor a échoué dans son objectif de détruire complètement la flotte du Pacifique. Les bombardiers japonais ont raté des réservoirs de pétrole, des sites de munitions et des installations de réparation. Pire encore, pas un seul porte-avions américain n’était présent pendant l’attaque. Cette erreur allait hanter les Japonais en juin 1942, alors que les forces américaines remportaient une victoire majeure à la bataille de Midway, renversant ainsi de manière décisive le cours de la guerre dans le Pacifique.

Sources :

Le Japon en Guerre (1931-1945) — Haruko Taya Cook & Theodore F Cook
https://www.history.com/news/why-did-japan-attack-pearl-harbor
https://www.britannica.com/event/Pearl-Harbor-attack/The-attack

Facebook

Plus dans DOSSIER