Pour la première fois en 6 ans, le prix du foncier baisse au Japon

Le Japon est un pays avec des tarifs fonciers excessivement hauts depuis plusieurs décennies. La faute à un manque croissant de place, de superficie et des populations de plus en plus congestionnées dans les grandes villes. Mais avec la pandémie de coronavirus, le domaine foncier a connu sa première baisse depuis 6 ans.

Le prix moyen des terrains en baisse au Japon

Selon le quotidien japonais JapanTimes, le prix moyen des terrains au Japon a chuté pour la première fois depuis 6 ans, principalement en raison d’une baisse de la demande des terrains commerciaux urbains avec la pandémie de coronavirus. On sait notamment que le prix de la terre a baissé dans toutes les catégories confondues, que ce soit résidentiel ou industriel. Il est de 0,5 % moins élevé qu’en 2020. Jusqu’alors, il était en constante augmentation, de 1,4 % en 2019.

Si l’on prend l’exemple des principales villes japonaises comme Tokyo, Osaka et Nagoya, elles ont, toutes les 3, reculé de 0,7 % par rapport à l’année précédente. Pour ce qui est des terres rurales, cela chute de 0,3 %. On comprend donc que la pandémie de coronavirus a essentiellement heurté l’immobilier urbain, par rapport à la compagnie nipponne. De manière générale, 39 et 47 préfectures japonaises ont vu le prix des terrains commerciaux baisser. Tout cela a été établi sur une étude couvrant 26 000 sites.

D’un point de vue temporel, le Japon avait commencé à alléger son protocole sanitaire et restrictif pour les frontières au second semestre 2020. À cette époque, la propagation du virus s’était légèrement atténuée. Comme on peut s’y attendre, une reprise du prix foncier a été observée pendant cette période. Maintenant, difficile d’imaginer que cela va s’appliquer à l’échelle nationale, surtout que les mesures vont progressivement se renforcer à mesure que les Jeux olympiques de Tokyo approchent. On rappelle que les étrangers ne pourront pas y assister.

L’étude japonaise montre qu’il y a çà et là quelques contre-exemples. On peut citer les grandes villes régionales de Sapporo, Sendai, Hiroshima et Fukuoka, qui ont enregistré une hausse moyenne de 3,1 % des prix des terrains commerciaux. Mais cela peut s’expliquer au cas par cas, avec notamment divers projets de réaménagement qui gonflent l’ensemble. Le plus essentiel, c’est que l’étude nous démontre que le prix des terrains résidentiels à travers l’ensemble du pays a chuté en moyenne de 0,4 %.

Source

Aidez-nous en partageant l’article !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Pourquoi ne pas laisser un petit commentaire ? :)x
()
x