Qui est Oda Nobunaga, le premier unificateur du Japon ?

Oda Nobunaga est le premier des trois grands seigneurs de guerre japonais, avec Toyotomi Hideyoshi (1536-1598) et Tokugawa Ieyasu (1543-1616). Leurs campagnes militaires ont abouti à l’unification du Japon au terme du chaos de la guerre civile pratiquement ininterrompue de la période des États combattants (sengoku jidai) de l’histoire japonaise.

Une ascension vers le pouvoir

Oda Nobuhide (1510-1551), le père de Nobunaga, né en 1534 dans une famille d’administrateurs locaux, était un petit seigneur féodal ou daimyo de la province d’Owari, dans le centre du Japon. Il est le deuxième fils de son père Nobuhide, mais son frère aîné Nobuhiro est illégitime. Les membres du clan étaient historiquement les vassaux d’un clan plus puissant, les Shiba, mais quatre-vingts ans plus tôt, ils ont déclaré leur indépendance (même s’ils devaient toujours une loyauté nominale aux Shiba) et ont pris possession de la majeure partie de la petite province d’Owari.

Nobunaga acquiert sa notoriété lorsqu’à la mort de son père, il devient le seigneur du château de Nagoya. Avec le château comme base, Nobunaga établit sa domination sur les daimyos rivaux, avec des réussites notables en 1555 lorsqu’il rase la ville de Kiyosu et en 1559 lorsqu’il capture et anéantit la forteresse d’Iwakura. En 1557, sa réputation d’impitoyable seigneur de guerre se confirme lorsqu’il ordonne le meurtre de son propre frère. La bataille d’Okehazama, en 1560, a vu la défaite et la mort du seigneur de Mikawa, Imagawa Yoshimoto (1519-1560). Un encerclement surprise de l’ennemi a été réalisé par l’armée de Nobunaga, pourtant dépassée en nombre. Oda Nobunaga était enfin en passe de devenir le chef militaire le plus redouté du Japon.

Le personnage de Nobunaga fait l’objet de deux biographies dans l’histoire du Japon. Une première, Shincho koki d’Ota Gyuichi, a été publiée en 1598, tandis que la seconde, Shincho Ki, a été publiée en 1622 et a été compilée par Oze Hoan dans le prolongement de l’ouvrage précédent. Les deux œuvres glorifient leur personnage et, à l’instar des biographies posthumes similaires de la période médiévale, amplifient les exploits du célèbre daimyo et insèrent des épisodes de légende qui n’ont probablement jamais eu lieu. Mais la description de Nobunaga par le missionnaire et historien jésuite Luis Frois (1532-1597) est nettement plus révélatrice et crédible :

« Grand homme, mince, peu barbu, à la voix très claire, très porté sur le maniement des armes, rustique, aimant l’exercice de la justice et de la miséricorde, fier, aimant l’honneur à l’extrême, très secret dans ses décisions, extrêmement habile dans les stratagèmes de la guerre, peu ou pas du tout sujet aux reproches et aux conseils de ses subordonnés, craint et vénéré par tous à un degré extrême. Il ne boit pas de vin. Un maître sévère : il traite tous les rois et princes du Japon avec mépris, leur parle par-dessus son épaule comme à des inférieurs, et est complètement obéi par tous comme leur seigneur absolu. »

Intrépide, audacieux et autocratique, Nobunaga ne tarde pas à s’emparer de toute nouvelle invention prometteuse. Ainsi, il fut le premier des daimyos à organiser des unités équipées de mousquets (Tanegashima). Il prend également sous son contrôle la production agricole de la plaine fertile d’Owari, ainsi que la classe marchande montante de Nagoya, au centre de la plaine. Disposant d’une assise économique ainsi garantie, il prévoit d’avancer sur le territoire du district de Kinki, la zone prospère située à l’ouest qui comprend Kyōto, la capitale du Japon et longtemps le centre du pouvoir dans le pays, et la ville portuaire de Ōsaka au sud-ouest de la capitale.

Il passe en 1562 une alliance avec Tokugawa Ieyasu, un daimyo compétent de la province voisine de Mikawa (aujourd’hui à Aichi). Nobunaga, estimant avoir sécurisé son flanc arrière, déplace en 1567 sa base d’opérations au nord, dans la ville de Gifu. Dans l’année qui suit, il prête son appui à Ashikaga Yoshiaki, qui espérait devenir shogun (dictateur militaire) à la suite de l’assassinat de son frère aîné, l’ancien shogun Ashikaga Yoshiteru. Obstiné, Nobunaga donna l’assaut à Kyōto et fit de Yoshiaki un shogun. Rapidement, cependant, il se brouilla avec Yoshiaki, et finalement, en 1573, il le déposa.

Cette décision a sonné le glas du shogunat Ashikaga, bien qu’il ait théoriquement duré jusqu’à la mort de Yoshiaki en 1597. Pour conforter son emprise sur la région, Nobunaga fait édifier en 1576, pour son quartier général, un magnifique château à Azuchi, sur la rive du lac Biwa, près de la capitale. Le château et le quartier de Kyōto appelé Momoyama, dans lequel un autre édifice stupéfiant fut plus tard construit par Toyotomi Hideyoshi, le protégé et successeur de Nobunaga, ont donné leur nom à la brève mais culturellement brillante période Azuchi-Momoyama (1573-1600) de l’histoire japonaise.

Chateau japonais a Osaka
Chateau japonais à Osaka

Les décisions de Oda Nobunaga à la tête du Japon

C’est donc en 1560 que Nobunaga est propulsé sur la scène nationale, quand son ancien allié Imagawa Yoshimoto décide de tenter de prendre le contrôle du pays. Le Japon était alors une monarchie constitutionnelle. Le souverain officiel est certes l’empereur, mais son rôle est essentiellement cérémoniel. Les véritables forces sont entre les mains du shogun, un militaire dictateur. À la différence de l’empereur, cependant, le shogun ne régnait pas par mandat divin mais par la force des armes, et son pouvoir pouvait donc être contesté.

Oda Nobunaga encouragea une nouvelle politique économique en supprimant la collecte des péages sur les routes et auprès des guildes, deux sources privilégiées de revenus pour les daimyos locaux. Il consolida également ses forces militaires et, en 1571, il détruisit les monastères du temple Enryaku sur le mont Hiei, à l’extérieur de Kyōto, siège de la secte Tendai (Tiantai en chinois) du bouddhisme japonais. Depuis le début de la période Heian au 8e siècle, la secte était une puissance traditionnelle en politique et en religion.

Après avoir conquis un grand nombre de domaines seigneuriaux et de temples, Nobunaga assoit son emprise sur les samouraïs et les paysans les plus riches en les investissant des domaines nouvellement conquis. Il obtient ainsi une base politique et économique solide, qu’il renforce en réduisant encore davantage l’influence traditionnelle des temples bouddhistes.

Après son installation à Kyōto, il accorde alors sa protection aux missionnaires jésuites et les aide à construire une église dans la capitale et un séminaire à Azuchi. Son action ne s’explique pas seulement par son intérêt pour la culture européenne, mais parce qu’il considérait l’encouragement du christianisme comme un moyen supplémentaire de restreindre l’influence des temples bouddhistes. Non croyant, Nobunaga avait une approche ouvertement politique du christianisme.

Nobunaga encourage les arts, notamment le théâtre Kowaka et la cérémonie du thé japonaise, en faisant appel aux compétences de l’expert numéro un reconnu dans ce dernier domaine, Sen no Rikyu (1522-1591).

La mort de Nobunaga

Sur le point de partir en campagne dans l’ouest du Japon, Nobunaga connaît une fin tragique le 21 juin 1582 au temple Honno-Ji (Honnoji) à Heiankyo. Le maître de guerre a en effet été trahi par l’un de ses alliés vassaux, Akechi Mitsuhide, qui était également l’agent de liaison entre Nobunaga et son shogun fantoche Yoshiaki. Pour des raisons inconnues, Mitsuhide déclencha une attaque surprise contre la position de Nobunaga et, selon une version de l’histoire, lorsqu’il devint évident que sa capture était imminente, l’homme qui contrôlait alors la moitié du Japon se suicida. Une autre version raconte que le seigneur de la guerre est mort dans les flammes alors que le temple brûlait. Nobutada, le fils de Nobunaga et héritier désigné, est mort dans la même catastrophe.

Sur le point de partir en campagne dans l’ouest du Japon, Nobunaga connaît une fin tragique le 21 juin 1582 au temple Honno-Ji (Honnoji) à Heiankyo. Le maître de guerre a en effet été trahi par l’un de ses alliés vassaux, Akechi Mitsuhide, qui était également l’agent de liaison entre Nobunaga et son shogun fantoche Yoshiaki. Pour des raisons inconnues, Mitsuhide déclencha une attaque surprise contre la position de Nobunaga et, selon une version de l’histoire, lorsqu’il devint évident que sa capture était imminente, l’homme qui contrôlait alors la moitié du Japon se suicida.

Une autre version raconte que le seigneur de la guerre est mort dans les flammes alors que le temple brûlait. Certains diront qu’il s’agissait d’un acte de rétribution divine pour avoir lui-même brûlé Enryakuji. Nobutada, le fils de Nobunaga et héritier désigné, est mort dans la même catastrophe.

Le décès de Nobunaga sera rapidement vengé lorsque son principal général, Totoyomi Hideyoshi, défait Mitsuhide à la bataille de Yamazaki et se déclare successeur de Nobunaga. Celui-ci poursuivit le projet d’unification du Japon de son prédécesseur, processus qui ne fut achevé qu’avec le règne du successeur de Hideyoshi, Tokugawa Ieyasu. Il instaura le shogunat Tokugawa en 1603, offrant ainsi au Japon environ 250 ans de paix. Selon le vieux dicton japonais, « Nobunaga a préparé le gâteau, Hideyoshi l’a cuit et Ieyasu l’a mangé » (Beasley, 117).

L’héritage d’Oda Nobunaga

Le personnage de Nobunaga est, de toute évidence, une grande figure de l’histoire du Japon. Son ascension au pouvoir est perçue comme le premier acte de la période Sengoku de l’histoire du Japon, comme on a appelé cette lutte pour l’ascension. De très nombreux ouvrages ont été écrits sur cette période, et le rôle de Nobunaga a été examiné sous de nombreux angles.

Pour certains, il s’agissait d’un souverain bienfaisant, tandis que la plupart des gens retiennent son caractère impitoyable (et considèrent son manque de respect pour la tradition comme dangereux). Le plus souvent, il a donc été dépeint comme un personnage maléfique, voire démoniaque.

Actuellement, il est surtout connu en dehors du Japon pour son rôle dans les jeux vidéo se déroulant à cette époque, qu’il s’agisse de reconstitutions historiques ou de jeux fantastiques comme Onimusha, dans lesquels il est littéralement un roi démon. Néanmoins, dans toutes ces représentations, deux choses restent inchangées. Tout d’abord, l’ambition, irrésistible et incontestable, qui l’animait. La seconde est le constat que, quoi qu’on ait pu penser de lui dans son enfance, Nobunaga ne se laissait pas berner.

Dans une enquête de la NHK, il a été élu « l’homme le plus influent de l’histoire du Japon » et son héritage perdure encore aujourd’hui. Dans le sanctuaire de Kenkun, au nord de Kyoto, un festival a lieu chaque année le 19 octobre, jour où le seigneur de la guerre a marché sur la ville. Dans une reconstitution des campagnes de Nobunaga, des participants en costume d’époque tirent avec des mousquets à silex historiques.

Sources :

Aidez-nous en partageant l’article !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback

[…] Qui est Oda Nobunaga, le premier unificateur du Japon ? […]

Autres articles

1
0
Pourquoi ne pas laisser un petit commentaire ? :)x
()
x