Nous rejoindre

ARTICLE

Manque de lit et de personnel : les médecins de Tokyo souffrent au Japon

Hopital Japon

Le Japon fait face à une nouvelle vague de contaminations par coronavirus. Le gouvernement a déclaré l’état d’urgence. Selon le personnel médical, le manque de lits disponibles et l’augmentation des cas dans les hôpitaux menacent le système médical de Tokyo.

Le Japon fait face à une nouvelle vague de contaminations par coronavirus. Le gouvernement a déclaré l’état d’urgence. Selon le personnel médical, le manque de lits disponibles et l’augmentation des cas dans les hôpitaux menacent le système médical de Tokyo.

Ces deux dernières semaines, 140 cas de COVID-19 ont été signalés à l’hôpital général d’Eiju, un bâtiment de 10 étages dans le centre de Tokyo. Au moins 44 d’entre eux sont des médecins, des infirmières et d’autres membres du personnel médical. Récemment, en pleine semaine, des affiches ont été placardées sur les portes vitrées de l’hôpital général d’Eiju, annonçant que l’hôpital était fermé jusqu’à nouvel ordre.

Plus de soixante patients contaminés par le virus sont toujours soignés à l’intérieur. Selon les responsables de la santé du quartier Taito de Tokyo, un patient qui a été transféré dans un autre hôpital en a infecté plusieurs autres.

Les cas au Japon ne représentent qu’une faible proportion du nombre de cas signalés par ses voisins, la Chine et la Corée du Sud. Cependant, on observe des situations similaires dans tout Tokyo, où une douzaine de médecins et d’infirmières déclarent qu’il y a un manque de matériel et de personnel. Les contaminations se multiplient de jour en jour, et le Japon pourrait connaître une situation catastrophique d’ici les prochains mois.

Une part émergente des Japonais estiment que le gouvernement n’a pas correctement anticipé la crise qui se profilait à l’horizon. Et Shinzo Abe n’a pas d’excuse, puisque ses voisins ont été frappés par la crise sanitaire il y a plusieurs semaines…

En savoir plus :   Incroyable : le Japon vient d’autoriser la création d’embryons animaux-humains