Partagez cet article
  • 150
    Partages

Dernière modification le

Oui, les Japonais choisissent quasiment à l’unanimité la crémation pour leurs funérailles. Mais hormis cette statistique impressionnante, si on la compare à nos sociétés occidentales, plusieurs points intéressants sont à noter et pourraient bien vous surprendre.

Tout d’abord, les proches du défunt ont pour tradition de récupérer les fragments d’os restants avec des baguettes, et vont les déposer, avec les cendres, dans une urne funéraire qu’ils emporteront par la suite chez eux. Cette tradition bouddhiste est largement adoptée dans l’immense majorité des cas.

Pour la petite anecdote, c’est pour cette raison qu’il est très mal vu au Japon de passer de la nourriture à quelqu’un avec ses baguettes, et que celui-ci la prenne avec les siennes. Si vous êtes amenés à être dans cette situation, prenez la nourriture (qu’on vous tend avec des baguettes) directement en bouche. Sinon, les Japonais feront directement l’association avec l’acte réalisé lors du rite funéraire, et vous risquez de vous attirer les foudres de vos voisins.

Pour rappel, les Japonais sont majoritairement bouddhistes et shintoïstes. Il est effectivement possible de suivre les rites des deux religions, et c’est ce que font la majorité des Japonais. On estime qu’il y a actuellement 70 % de la population qui serait bouddhiste, et un pourcentage relativement identique pour ce qui est des pratiquants shintoïstes.

Alors pourquoi la crémation est-elle si répandue au Japon ? Il y a deux raisons à cela. Tout d’abord, il s’agit d’une pratique religieuse, et pour un Japonais, c’est une véritable honte d’enterrer un corps et de lui imposer, par extension, la souillure de la putréfaction. Il faut savoir que dans le Japon féodal, les seules personnes qui n’étaient pas incinérées étaient les personnes condamnées à mort. La deuxième raison est d’ordre plus politique, puisque c’est un décret. Les Japonais doivent incinérer tous leurs morts, et l’exiguïté des terres impose cette mesure.


Partagez cet article
  • 150
    Partages
  • 150
    Partages

Laisser un commentaire