Nous rejoindre
Japon, femme, kimono

Histoire

L’excuse au Japon : signification et importance

L’excuse au Japon : signification et importance

Les Japonais sont célèbres pour leurs excuses. Ces derniers présentent souvent des excuses dans des situations très diverses. On utilise d’ailleurs le sumimasen (sue-me-mah-sen), le mot le plus couramment utilisé pour « Excusez-moi » ou « Je suis désolé », pour dire « Merci ». (Notez que dans l’usage courant, le U de ce mot n’est pas énoncé clairement, ce qui le fait ressembler à « see-mah-sin »). Dans cet article, nous revenons sur l’histoire de l’excuse au Japon, d’un point de vue historique mais également actuel, pour mieux comprendre cette facette de la société nippone.

Rappel historique

Ce chevauchement d’usages subtils est au cœur de la culture japonaise traditionnelle qui, comme nous l’avons déjà mentionné, était basée sur le concept de wa (wah), ou harmonie. Les Japonais ont été amenés à s’exprimer de manière très stylisée et ambiguë, dans le but de ne pas se vexer mutuellement, pour répondre à un besoin impérieux d’harmonie. Pourtant, même quand on s’exprimait de manière indirecte, ésotérique et poétique, il y avait toujours le danger de froisser quelqu’un de la mauvaise manière, si bien que s’excuser à l’avance devenait une pratique courante pendant et après presque chaque conversation. Tous les jours, lorsque l’on est en déplacement au Japon, on peut entendre des dizaines d’excuses verbales. Nombre d’entre elles paraissent ridicules ou inappropriées à l’extérieur, mais elles représentent un élément institutionnalisé dans l’interaction japonaise.

Il était essentiel de respecter les formes réglementaires de l’étiquette corporelle dans le Japon féodal, qu’il s’agisse de s’incliner devant les parents, les enseignants ou d’autres personnes en position d’autorité, ou de quitter la route et de se prosterner lorsqu’un seigneur de clan et son cortège passaient. Toutefois, le respect de l’étiquette verbale exigeante était encore plus crucial. Dans une société où le moindre écart par rapport aux normes de comportement les plus élevées pouvait constituer une grave transgression, il était essentiel de disposer d’un mécanisme socialement accepté pour expier les blessures réelles ou imaginaires. Un tel mécanisme était les excuses, qui pouvaient prendre diverses formes : du suicide par une ouverture rituelle de l’abdomen au simple fait de dire sumimasen. La présentation d’excuses verbales ainsi que certaines des formes les plus radicales d’excuses sont toujours des aspects distinctifs de la vie japonaise contemporaine.

En savoir plus :   Au Japon, KFC est devenu une tradition de Noël

homme, pleure, dessin

L’excuse est toujours valable aujourd’hui au Japon

Sur le plan public, le poids des excuses est également important. Les responsables politiques et les hommes d’affaires dont le comportement a « insulté » le public démissionnent régulièrement pour présenter des excuses. Cette démarche a toutefois perdu beaucoup de son impact en raison de l’augmentation du nombre de scandales qui ont entraîné la démission de dizaines de dirigeants politiques et d’hommes d’affaires de premier plan.

Les visiteurs étrangers au Japon doivent absolument être conscients du caractère puissant de l’excuse. Comme toute déviation des normes sociales, les Japonais peuvent être très sensibles au fait de ne pas présenter d’excuses dans les nombreuses occasions quotidiennes où des excuses sont appropriées ou attendues. Certes, les Japonais admettent généralement qu’on ne peut pas attendre des étrangers qu’ils suivent l’étiquette japonaise en matière d’excuses, mais souvent ils ne peuvent pas s’empêcher de réagir émotionnellement lorsque de telles violations se produisent. Une telle émotivité colore leurs opinions sur les étrangers et leurs réactions à leur égard.

Pour ceux qui ne connaissent pas bien la langue ou la culture japonaise, il est préférable d’utiliser l’expression « sumimasen » chaque fois que vous pensez que des excuses pourraient être nécessaires. Dans le cas contraire, les Japonais penseront simplement que vous êtes particulièrement poli, une qualité de caractère qu’ils apprécient et qu’ils cultivent constamment.

Gomen nasai (go-mane nah-sie) est une autre expression courante utilisée pour s’excuser. Elle est plus forte que le sumimasen et utilisée dans des situations plus graves, quand la connotation est plus proche de « Je suis désolé » que de « Excusez-moi ».

En savoir plus :   Le Japon et la Corée du Sud acceptent (enfin ?) de se rencontrer le mois prochain