Nous rejoindre

ARTICLE

Le Japon étend l’état d’urgence au COVID-19 à l’échelle nationale

Carte du Japon

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe vient d’annoncer que le gouvernement élargit l’état d’urgence actuel relatif au coronavirus (COVID-19) à l’ensemble du pays, et ce, jusqu’au 6 mai.

L’état d’urgence s’applique à tout le Japon

Le 7 avril dernier, Abe déclarait un état d’urgence pour sept préfectures, après en avoir discuté avec un groupe consultatif d’experts. La commission d’étude du COVID-19 du gouvernement a de nouveau tenu une réunion jeudi soir en vue de recueillir les recommandations des experts avant de procéder à l’annonce officielle de l’extension.

Précédemment, Abe avait déclaré l’état d’urgence à Tokyo, Kanagawa, Saitama, Chiba, Osaka, Hyogo et Fukuoka du 7 avril au 6 mai. Vendredi dernier, le gouverneur de Kyoto, Takatoshi Nishiwaki, avait appelé le gouvernement japonais à ajouter Kyoto à l’état d’urgence. De même, le gouverneur d’Aichi, Hideaki Ōmura, qui avait demandé jeudi au gouvernement japonais d’ajouter sa préfecture à la liste, a déclaré l’état d’urgence de façon indépendante. Hokkaido avait levé son propre état d’urgence de trois semaines le 19 mars, pour en déclarer un deuxième dimanche. Bref, Shinzo Abe entend bien dissiper les nombreuses zones d’ombre qui entourent le Japon.

Une fois que le Premier ministre prononce une déclaration fondée sur l’évaluation d’un groupe consultatif gouvernemental, chaque gouverneur de préfecture acquiert le pouvoir d’exproprier des terrains et des bâtiments privés pour y dispenser des soins médicaux. En outre, ils ont le droit de réquisitionner des fournitures médicales et de la nourriture auprès des entreprises qui refusent de les vendre et de punir celles qui les stockent ou ne s’y conforment pas.

En savoir plus :   Malgré l'appel au télétravail d'Abe, beaucoup trop vont travailler au Japon