Nous rejoindre
Nagasaki, atomique

Histoire

Le bombardement atomique de Nagasaki

Le 9 août 1945, à 11 heures du matin, une bombe atomique a explosé à deux minutes de distance au-dessus de la ville japonaise de Nagasaki. Kazumi Yamada, un jeune livreur de journaux de 12 ans, terminait alors ses distributions et rentrait chez lui. Ce même matin, des amis étaient allés dans un club de natation local, mais Yamada avait du travail à faire et n’est pas parti avec eux. Yamada a survécu au bombardement de Nagasaki ; ses amis sont morts de leurs blessures peu après la chute de la bombe.

Dans la ville de Nagasaki, au sud du Japon, on commémore le 75e anniversaire du bombardement atomique américain. Trois jours après le pilonnage d’Hiroshima, c’était la deuxième bombe atomique larguée par les États-Unis.

L’impact du bombardement

Le « Bockscar » était équipé d’une bombe atomique différente de celle que « Little Boy » avait transportée avec « Enola Gay » pour le bombardement d’Hiroshima. La bombe « Fat Man » était une bombe de type canon, mais elle utilisait la méthode de l’implosion : un cercle de 64 détonateurs qui permettaient de rassembler des morceaux de plutonium en une masse supérieure à la limite critique.

Cette bombe au plutonium larguée par les États-Unis a libéré une puissance de feu de plus de 21 kilotonnes, détruisant Nagasaki et tuant jusqu’à 70 000 personnes presque instantanément. Les flancs des collines entourant Nagasaki ont contenu une grande partie de la violence de la bombe, réduisant la dévastation physique aux quartiers de la vallée. Les objectifs militaires ont été endommagés et détruits, mais les zones civiles proches du point zéro ont été ravagées pour leur part : des maisons, des hôpitaux locaux, des collèges et des écoles, ainsi que des lieux sacrés comme le Sanno Shinto Shrine et la cathédrale Urakami, une église catholique romaine, ont été démolis par la bombe.

En savoir plus :   Temple ou sanctuaire ? David et Toyoko expliquent les différences religieuses entre shintoïsme et bouddhisme

Pourquoi Nagasaki et pas une autre ville ?

Les États-Unis n’avaient pas pour cible principale Nagasaki, mais la ville de Kokura. Pour une deuxième bombe, les trois objectifs potentiels étaient Kokura, Kyoto et Niigata. La ville de Nagasaki n’a été ajoutée à la liste des cibles possibles que lorsque Kyoto a été retirée (elle avait été la cible secondaire pour une deuxième bombe) en raison de ses références culturelles. Quant à Niigata, elle a été écartée de la liste, car la distance qui la sépare de l’objectif était jugée trop grande. Ainsi, les Américains n’avaient plus que deux choix — Kokura et Nagasaki.

Même si elle abritait une production d’armes, notamment des torpilles, sa topographie vallonnée et un camp de prisonniers de guerre pour les Alliés situé à proximité rendaient Nagasaki moins intéressante. Au moment où le bombardier B-29 Bockscar se dirigeait vers sa cible initiale de Kokura, le matin du 9 août 1945, un brouillard épais et de la fumée l’ont forcé à passer à la dernière minute à Nagasaki, une deuxième cible. Ces bombardements ont accéléré la reddition du Japon et ont empêché une invasion américaine au Japon. Néanmoins, certains historiens constatent aujourd’hui que le Japon était de toute façon sur le point de se rendre et remettent en question la nécessité d’utiliser des bombes atomiques, en particulier la seconde.

Le champignon atomique de Nagasaki en 1945

 

Combien de morts dans le bombardement de Nagasaki ?

Le nombre de personnes décédées jusqu’au 31 décembre 1945 est estimé à 74 000, y compris celles souffrant de blessures et de maladies liées aux radiations. Cela correspond à environ un tiers de la population de la ville, qui était d’environ 240 000 habitants avant l’attaque. Tous les habitants qui se trouvaient à moins d’un kilomètre du point zéro ont été tués sur le coup.

En savoir plus :   Tristesse : la magnifique station de Harajuku sera démolie après les Jeux olympiques de Tokyo

De même qu’à Hiroshima, la plupart des victimes étaient des civils, dont de nombreux enfants et personnes âgées. Aujourd’hui, le chiffre de disparus, y compris ceux qui sont morts par la suite de cancers liés aux radiations, s’élève à 182 600.

Selon un rapport de l’US Strategic Bombing Survey, en 1953, le nombre de morts montait à 35 000, celui des blessés à 60 000 et celui des disparus à 5 000. Quant aux Japonais, en 1960, ils ont estimé le nombre de morts à Nagasaki à 20 000 et le nombre de blessés à 50 000. Quelques années plus tard, le bureau de la préfecture de Nagasaki a évalué le chiffre des défunts à 87 000, avec 70 % de la zone industrielle de la ville détruite.

Dans les 75 ans qui ont suivi l’attaque, Nagasaki a été reconstruite et est redevenue un port florissant. On trouve dans toute la municipalité des monuments commémoratifs en souvenir des personnes disparues le 9 août 1945. On compte aujourd’hui environ 407 000 habitants à Nagasaki en 2020.