La pandémie propulse les services de livraison automatisés japonais

Avec la pandémie de coronavirus, le Japon est en train de faire entrer les robots de livraison autonomes dans la vie de tous les jours. La nécessité de se distancier au quotidien, pour limiter les contaminations, sont des enjeux importants.

Une promesse pour un avenir proche

Les entreprises japonaises misent sur le développement de robots capables de distribuer aux consommateurs un éventail de produits depuis leurs entrepôts ou magasins voisins. Si le projet est encore en cours de développement, les entreprises japonaises pourront bientôt automatiser leurs acheminements.

Au mois d’août, un robot de livraison autonome développé par ZMP Inc, surnommé le DeliRo, délivrera des plats de nouilles soba japonaises aux clients dans le cadre d’un essai à Tokyo.

Les consommateurs ont la possibilité de passer des commandes par le biais d’un dispositif à tablettes pendant l’événement, du 12 au 16 août, près de la station JR Takanawa Gateway. Pour ce faire, ils disposent d’un moyen de paiement entièrement électronique. Le robot leur livrera leur nourriture dans une zone désignée.

“Nous voulons explorer les types de services de livraison autonomes possibles et ce que le DeliRo peut offrir à un moment où de nouveaux modes de vie sont nécessaires en raison de l’épidémie de coronavirus”, a déclaré un responsable du ZMP.

Mesurant environ 1 mètre de haut et pouvant supporter une charge de 50 kilogrammes, le DeliRo est capable de détecter et d’éviter les obstacles qui lui barrent la route grâce à une technologie de conduite autonome avancée. Il voyage à une vitesse maximale de 6 kilomètres par heure.

Lire aussi :   L'occupation du Japon par l'Amérique (1945-1952)

Une nouvelle campagne Rakuten, pour bientôt

Au Japon, le gouvernement intensifie ses efforts pour mettre en place des services de livraison autonomes dans l’espoir de pallier la pénurie importante de main-d’œuvre dans un pays qui connaît un vieillissement rapide de sa population.

Mais une question reste en suspens : comment gérer les véhicules à faible vitesse et autonomes qui roulent à moins de 6 km/h ? En effet, le système juridique japonais actuel ne les englobe pas, un obstacle à la réalisation d’essais sur la voie publique.

Une équipe d’experts relevant de l’Agence nationale de la police a entamé des discussions sur la manière dont les règles de circulation devraient s’appliquer aux robots de livraison et le gouvernement entend autoriser les essais sur les routes publiques cette année sous réserve qu’ils puissent être contrôlés à distance.

Rakuten, le géant du commerce électronique, a fait savoir qu’il prévoyait de faire une démonstration d’un service de livraison avec un véhicule autonome sur une route publique avant la fin de l’année 2020.

Source

Partager avec vos amis :