Partagez cet article
  • 36
    Partages

Au cours des dernières années, plusieurs accidents de la route se sont produits à bord de véhicules classiques. Leur principale origine était l’âge plus qu’avancé du conducteur. Le pays du soleil levant, qui voit sa démographie considérablement vieillir d’année en année, souhaiterait développer de nouvelles alternatives pour garder ces personnes âgées au volant. Les véhicules électriques seraient une solution envisagée par l’État.

Objectif : réduire les morts sur la route

Un investissement important dans les véhicules électriques a été décrété par l’État. Cela serait effectivement dirigé dans le but d’offrir une alternative plus sûre aux voitures classiques, en rayant par la même occasion la multiplication récente des accidents de la route impliquant des conducteurs âgés.

C’est le ministre de l’Industrie en personne qui envisage une allocation individuelle de 100 000 ¥, soit environ 830 € par achat. D’après plusieurs études menées par des officiers japonais, les véhicules électriques d’une capacité d’une ou de deux places sont considérés comme une possibilité plus sûre pour une population nippone vieillissante. Également, pour des questions de mobilité, ces automobiles plus compactes représenteraient un moyen plus simple, en particulier dans les zones rurales.

Pour avoir le droit de conduire ce type de véhicule ultra compact, le conducteur doit être en possession d’un permis régulier. De même, il est obligé de se cantonner à un nombre limité de routes publiques dans le pays, et n’a donc pas une totale liberté. Cela est néanmoins sujet à un éventuel ajustement par le ministère des Transports japonais, qui envisage d’assouplir cette règlementation. À l’avenir, l’objectif est de permettre une autonomie complète pour les possesseurs de ce type de véhicule.


Partagez cet article
  • 36
    Partages
  • 36
    Partages