Nous rejoindre
Tokyo, Osaka, ville japonaise

Géographie

Japon : sans surprise, le prix du foncier a chuté en raison du coronavirus

Selon une enquête du Ministère, une baisse d’environ 40 % du prix des terrains dans les zones urbaines au cours du deuxième trimestre a été enregistrée. Cette situation s’explique par la faible demande des hôtels et des commerçants et par le ralentissement des activités causé par la propagation de l’épidémie de coronavirus.

Baisse des prix du foncier

Pour la première fois depuis le deuxième trimestre 2012, le nombre de zones où le prix des terrains est plus bas que celui des zones où il est plus élevé. Sur les 61 zones résiduelles, les prix sont restés stables grâce à une demande relativement soutenue de copropriétés et de bureaux. Dans les 100 zones étudiées dans les grandes villes, on a enregistré 38 chutes de prix, ce qui représente une forte augmentation par rapport aux quatre zones étudiées lors de l’enquête précédente. De 73, le nombre de zones où les prix ont augmenté est tombé à une.

Dans le dernier recensement, la diminution des prix était plus marquée dans les quartiers commerciaux que dans les quartiers résidentiels, et également dans les trois premières zones métropolitaines par rapport aux autres villes. Des trois zones métropolitaines, Nagoya a vu les prix des terrains baisser dans l’ensemble des neuf districts étudiés. Parmi les quartiers où le prix des terrains a augmenté, un seul a connu une hausse : celui de Sendai. Celui-ci a bénéficié d’un projet de réaménagement autour de la gare JR de Sendai.

Des zones historiquement chères

Tokyo et Osaka ont été désignées comme les villes les plus chères de la planète, encore une fois. Si vous demandez à un Japonais pourquoi les maisons coûtent si cher, il vous répondra : « Oui, le Japon est un petit pays avec très peu de terres, etc… ». Naturellement, cette affirmation est vraie. Avec ses 127 millions d’habitants, la population du Japon représente près de 40 % de celle des États-Unis dans un territoire un peu plus petit que la Californie. Toutefois, ce phénomène n’explique pas pourquoi un quart de la population japonaise vit à Tokyo ou dans ses environs, ou encore pourquoi le gouvernement de la préfecture de Shimane a donné des terres gratuitement si vous acceptiez d’y vivre au moins 6 mois par an.

En savoir plus :   Une vidéo vieille de 122 ans nous dévoile une ville de Tokyo bien différente d'aujourd'hui...

Une des principales raisons pour lesquelles Tokyo est incroyablement chère est que le gouvernement y est basé. Le grand capital est associé aux politiciens et aux bureaucrates. Par conséquent, si les grandes entreprises sont basées à Tokyo, c’est là que se trouvent les meilleurs emplois et que tout le monde veut vivre. Dans le monde industrialisé, le Japon est l’un des rares pays à avoir des taxes foncières extrêmement faibles. Cependant, si vous vendez une maison, la taxe est de 50 % ! Cette situation bloque l’offre de terrains et pour le travailleur japonais moyen, posséder une maison ne peut être qu’un rêve.

Source