Japon : la pilule du lendemain bientôt en vente libre ?

Alors que le nombre de grossesses non désirées chez les jeunes japonaises augmente du fait de la crise du nouveau coronavirus, et par considération pour les victimes d’agressions sexuelles, les autorités envisagent d’approuver la vente libre de pilules du lendemain.

Pilule du lendemain au Japon

Vers une vente et un accès libre de la pilule du lendemain au Japon ?

La pilule d’urgence peut empêcher une grossesse après des rapports sexuels non protégés ou si la contraception que vous avez utilisée a échoué – par exemple, un préservatif s’est déchiré ou vous avez oublié une pilule. La plupart des femmes peuvent utiliser la pilule du lendemain. Cela vaut également pour les femmes qui ne peuvent pas utiliser de contraception hormonale, comme la pilule classique et le patch contraceptif. Les filles de moins de 16 ans peuvent également l’utiliser.

Dans son programme de base pour la promotion de l’égalité des sexes, qui devrait être approuvé par la Diète la semaine prochaine, le gouvernement envisagera d’autoriser la vente de ce moyen de contraception d’urgence sans ordonnance médicale. « Nous comprenons les besoins et nous allons mener des études approfondies », avait déclaré la ministre de la santé Norihisa Tamura lors d’une conférence de presse en octobre.

Les personnes qui souhaitent utiliser les pilules du lendemain au Japon doivent actuellement obtenir une ordonnance après un examen médical effectué en personne ou en ligne. Pour être efficace, la pilule doit être prise dans les 72 heures suivant le rapport sexuel. Malheureusement, beaucoup éprouvent des difficultés à obtenir une ordonnance dans un délai aussi court.

Quelques interrogations au pays du soleil levant

Qui plus est, un grand nombre de jeunes sont réticents à acheter ces pilules. Leur coût peut varier entre 6 000 et 20 000 yens par unité, car elles ne sont pas couvertes par le système public d’assurance maladie. Pour l’Organisation mondiale de la santé, la pilule du lendemain est un « médicament essentiel ». Elle exhorte les États membres à en faciliter l’obtention.

Les associations japonaises d’obstétriciens et de gynécologues et la Société japonaise d’obstétrique et de gynécologie appellent à la prudence, affirmant que le plan de vente libre est prématuré et peut conduire à son abus dans l’industrie du sexe. En réaction, le gouvernement projette de renforcer l’éducation sexuelle et d’augmenter la formation des pharmaciens, ainsi que de renforcer le système de consultation impliquant les sages-femmes, en plus de la politique de la pilule du lendemain.

Source : JapanToday

Aidez-nous en partageant l’article !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Pourquoi ne pas laisser un petit commentaire ? :)x
()
x