Nous rejoindre

ARTICLE

Japon : les hotlines pour la prévention du suicide enregistrent des pics d’appels

Japon dépression

Dans le contexte de confinement lié à la pandémie de coronavirus, les consultations téléphoniques pour les personnes ayant des pensées suicidaires au Japon se multiplient. Elles sont surtout sollicitées par des particuliers qui affirment ne pas pouvoir joindre les deux bouts en raison de réductions de salaire. Cependant, les personnes qui se sentent seules parce qu’elles ont moins d’occasions de rencontrer d’autres personnes sont également les plus touchées.

Un responsable de l’un de ces organismes a averti : “Le nombre de personnes qui pensent au suicide pourrait encore augmenter en raison de l’extension de l’état d’urgence. Ne prenez pas tout sur vous et consultez-nous”. La ligne d’assistance Yorisoi, qui peut être contactée au 0120-279-338 (en japonais) et dispose d’une ligne de communication spéciale pour les personnes se sentant suicidaires, continue de recevoir des appels les uns après les autres. En février, selon l’un de ses opérateurs, Lifelink, une organisation à but non lucratif basée à Tokyo qui propose des mesures de soutien pour prévenir le suicide, il n’y a eu que six consultations liées au coronavirus. Ce chiffre est passé à 23 en mars et à 156 en avril.

Lifelink indique que la majorité des gens témoignent de leur inquiétude face à la propagation du virus, au fait de ne pas pouvoir gagner leur vie en raison du chômage et d’autres raisons, ou au fait d’être stressés par la détérioration des relations familiales résultant du fait de devoir rester à la maison. Yasuyuki Shimizu, chef de Lifelink, déclare : “Lors des consultations, nous gardons à l’esprit qu’il faut essayer d’éviter la même situation qu’en 1998, lorsque le Japon a vu plus de 30 000 personnes se suicider pour la première fois en raison du ralentissement économique”.

Hirotsugu Sanpei, directeur exécutif de Fukushima Inochi no Denwa, joignable au 024-536-4343 (en japonais), a commenté : “Plus de gens ont tendance à penser au suicide lorsque les choses sont réglées et qu’ils se retrouvent face à leurs préoccupations, ce qui a également été le cas après le tremblement de terre du Grand Est du Japon. Mais seule une petite fraction de ces personnes nous consultent réellement”, a-t-il ajouté. Nous vous écouterons attentivement, alors n’hésitez pas à nous faire part de vos inquiétudes. Le simple fait de le faire pourrait vous offrir une lueur d’espoir”.

Source : Mainichi

Facebook

Plus dans ARTICLE