Nous rejoindre

ARTICLE

Japon : Les “Hostess Clubs” s’adaptent aussi au coronavirus

Hostess Clubs

Si l’ensemble des industries et des secteurs sont touchés par la pandémie de coronavirus au Japon, le divertissement est globalement gelé depuis plusieurs semaines. L’industrie de la nuit, qui dépend exclusivement des échanges et des rencontres entre professionnels et particuliers, souhaite reprendre un début d’activité d’ici les prochaines semaines.

L’association japonaise Mizushobai a publié, le 22 mai dernier, un plan de reprise. Celui-ci milite pour une réouverture progressive des établissements, motivée par la levée de l’état d’urgence au Japon. Toutefois, il s’agit d’un véritable casse-tête, puisque l’activité se base notamment sur la proximité entre le client et l’hôtesse ou l’hôte d’accueil.

On apprend dans un premier temps que les hôtesses devront porter des masques, la plupart du temps. Toutefois, ces dernières sont contraintes, professionnellement, de manger et de boire avec le client, afin de l’accompagner et surtout de le pousser à consommer. Ainsi, alors que l’on sait que l’efficacité d’un masque décroît une fois qu’il est enlevé, la mesure de quoi surprendre. Pour rassurer les clients, les hôtesses devront recevoir des “contrôles physiques réguliers”, en d’autres termes des tests directement liés au coronavirus.

Bien évidemment, l’hygiène sera de mise. Le lavage de main et l’utilisation de désinfectant dès l’entrée et même pendant les heures de service deviennent de véritables obligations (plus que des habitudes). Enfin, les clubs devront veiller à ce que la distanciation sociale soit respectée, et devront réorganiser le mobilier. Si une personne dans l’établissement, professionnelle ou non, est contaminée par le coronavirus, l’établissement devra le signaler à un centre de santé local. Dans une telle situation, on peut s’attendre à ce que le club soit directement fermé. Cela permettra également aux experts de retrouver une bonne partie des personnes qui ont été en contact avec la personne contaminée.

Le rapport est disponible ici

Facebook

Plus dans ARTICLE