Partagez cet article
  • 26
    Partages

Dernière modification le

De plus en plus, le Japon tente de s’armer par tous les moyens possibles. Désormais, une unité de police sera basée sur l’île méridionale d’Okinawa, situé à seulement 420 km à l’est de Senkaku. Ce lieu, également connu en Chine sous un autre nom, Diaoyu, est, depuis plusieurs années, disputé par les deux géants asiatiques.

Renforcer sa surveillance

Régulièrement en conflit avec la Chine sur ce territoire situé dans les eaux de ce que certains appellent la mer de Chine orientale, le Japon va prochainement renforcer sa défense, déjà existante, dans la région. Ainsi, une unité de police spéciale armée d’armes automatiques, sera stationnée à proximité.

À seulement 420 km, accessible donc rapidement par voie aérienne, cette unité de police sera basée sur l’île méridionale d’Okinawa. C’est également sur la même île que la plus grande base américaine d’Asie est stationnée. Ces soldats seront tenus de ne pas effectuer de manœuvres avant de constater un atterrissage illégal par un groupe armé, probablement chinois donc. Cela permet de répondre aux nombreuses tentatives récentes de la Chine, qui mène une politique agressive dans la région. 

Ces îles, qui sont depuis plusieurs années en litige, sont sources de beaucoup de tensions, politiques et diplomatiques. Ce sera la première fois que la police met en place une unité dans cette région, afin de la défendre par voie armée. 

Également, il est prévu de renforcer le contrôle des garde-côtes japonais dans le secteur. Pour le moment, aucun responsable n’a commenté cette décision. Dans le même temps, l’agence de police d’Okinawa a demandé, pour le prochain budget de l’année, qui commencera à partir d’avril prochain, pas moins de 159 officiers supplémentaires. Selon eux, cet accru d’effectif est nécessaire afin de garder sous-contrôle les situations des îles éloignées.

Un historique de provocations

Plus que jamais, les relations entre le Japon et la Chine se tendent. Pour rappel, en 2012, un groupe de militants chinois avait atterri sur l’un des îlots en litige, et avait dressé un drapeau chinois. À l’époque, cela avait été ressenti comme une humiliation impardonnable par le Japon, qui en a fait une affaire d’État.

En 2016, des navires de garde-côtes, avec des navires de pêche chinois, ont navigué dans des eaux proches de ces îlots en litige. Selon le Japon, ce n’était certainement pas dû au hasard, mais bien une provocation nette. Pourtant, récemment, le premier ministre japonais s’était rendu à Pékin, en octobre, afin de trouver un terrain d’entente pour renforcer les liens. Selon ses mots, les deux géants asiatiques auraient tout intérêt à collaborer plutôt qu’à s’affronter.

Malgré tout, force est de constater que les relations ne sont pas au beau fixe. La mise en place d’une force d’intervention rapide, armée de fusils d’assaut, en est le meilleur exemple…


Partagez cet article
  • 26
    Partages
  • 26
    Partages

Laisser un commentaire