Partagez cet article
  • 194
    Partages

2 829 416 étrangers ont été inscrits au Japon à la fin du mois de janvier, un nombre en constante croissance. Cela va notamment s’accroitre grâce à la venue de main-d’œuvre immigrée, facilitée par la mise en place d’un nouveau système de visa de travail.

Une hausse notable

Pour un pays aussi frileux quand il est question de l’immigration, c’est un changement conséquent : 3,6 % d’étrangers en plus vit sur le territoire japonais par rapport à décembre 2018. Le nombre de « stagiaires techniques », un statut bien particulier, s’est élevé à 367 709 personnes, dont 336 847 étudiants.

Logiquement, le reste de la population, constitué de visa de travail, est en forte augmentation. Cela fait suite à la mise en place d’un nouveau système d’accueil pour les travailleurs immigrés, répondant à un besoin immédiat de main-d’œuvre dans certains secteurs industriels nippons. Le visa pour ingénieurs et services internationaux s’élève d’ailleurs à 256 414, une hausse de 13,6 %. Puis, le visa pour professionnels hautement qualifiés a 13 038 représentants.

Pour rappel, le Japon s’attend à ce que plus de 47 500 personnes obtiennent le nouveau visa mis en place. Pour le moment, on ne sait pas exactement combien d’individus seront actuellement concernés, puisque les procédures sont récentes et nécessitent un temps d’adaptation. De plus, les derniers chiffres, du 18 octobre, évoquent seulement 616 cas, ce qui croitra d’ici les prochaines semaines.

783 513 étrangers ayant une résidence permanente constituent le groupe le plus important de cette immigration. Il est d’ailleurs en hausse de 1,5 %, signe d’une certaine pérennisation sur l’archipel.

Les nationalités les plus représentées

Il faut savoir que le chiffre de résidents étrangers a augmenté dans les 47 préfectures du pays, le plus grand nombre étant logiquement la capitale, Tokyo, avec 581 000 représentants. Sans surprise, ce sont les Chinois qui sont les plus représentés, avec 686 241 personnes. 

Viennent alors les Sud-Coréens, 451 000 individus, puis les Vietnamiens, 371 000 personnes. La France est loin derrière, tout comme la majorité des pays européens. L’immigration demeure donc asiatique, comme cela a toujours été le cas.


Partagez cet article
  • 194
    Partages
  • 194
    Partages