Nous rejoindre
poisson fukushima

Géographie

Le Japon se prépare à déverser les eaux radioactives de Fukushima dans l’océan

Cela fait maintenant un certain temps que l’on en parle, mais il apparaît enfin que le Japon est prêt à procéder au déversement dans la mer de plus d’un million de tonnes d’eau contaminée provenant de la centrale nucléaire de Fukushima.

Un million de tonnes dans le Pacifique

Ces eaux seront traitées pour en éliminer une partie des contaminants, mais pas la totalité. Le secteur local de la pêche s’oppose bien évidemment à ce projet. A en croire les médias locaux, les opérations de libération de l’eau radioactive de la centrale nucléaire de Daiichi à Fukushima commenceraient en 2022 au plus tôt et prendraient des décennies à être achevées.

Dans une conférence de presse, le ministre japonais de l’Industrie, Hiroshi Kajiyama, a déclaré : « Le démantèlement de l’usine de Fukushima Daiichi est un préalable important à la restauration de Fukushima après la catastrophe nucléaire. Pour éviter les retards dans le processus de déclassement, nous devons prendre une décision rapidement.« 

Un communiqué officiel sera publié plus tard dans le mois, mais le ministre japonais de l’industrie Hiroshi Kajiyama a déclaré vendredi qu’une décision officielle n’avait pas encore été prise. Le responsable de la centrale qui a été dévastée par un tremblement de terre et un tsunami en 2011, Tokyo Electric Power Company Holdings, a fait savoir qu’il n’y aurait plus de place pour stocker l’eau. Celle-ci est stockée dans plus de 1 000 énormes réservoirs sur le site, d’ici l’été 2022.

Selon le Guardian, l’eau ne cesse de s’accumuler. Quelque 187 tonnes d’eau souterraine se mélangent à l’eau utilisée pour empêcher trois cœurs de réacteur endommagés de fondre quotidiennement.

En savoir plus :   Les températures grimpent à plus de 35° au Japon

Et l’océan, alors ?

Avant de rejoindre l’océan Pacifique, l’eau sera filtrée et diluée avec de l’eau de mer. Ce processus nécessitera environ deux ans, rapporte Asahi Shimbun. La compagnie Tokyo Electric a déclaré qu’elle filtrerait toutes les particules radioactives, à l’exception du tritium, un isotope de l’hydrogène. Il est fréquent que les centrales nucléaires côtières rejettent des quantités infimes de tritium dans l’océan.

Le déversement de matières radioactives à la suite de la fusion et les premières années du nettoyage ont créé un problème d’image pour les pêcheries de Fukushima. Le secteur de la pêche japonais s’est fermement opposé aux propositions visant à rejeter les eaux usées du site – qu’elles soient sûres ou non. On se doute déjà que les acheteurs ne seront pas nombreux pour du poisson qui baigne dans des eaux radioactives.

« Nous sommes terrifiés à l’idée que si l’on découvre qu’un seul poisson a dépassé les normes de sécurité après la libération de l’eau traitée, la confiance des gens en nous va s’effondrer », a confié un pêcheur local à Kyodo News cette semaine.