Partagez cet article
  • 62
    Partages

Il roulera plus de 400 km/h. Depuis le jeudi 9 mai, un tout nouveau type de train est présent sur les rails du Japon. Et cela va être le cas pendant plus de trois ans, durée de la longue phase de test pour le train le plus rapide du monde, dont sa date de mise en service a été planifiée aux environs de 2030.

Un train nouvelle-génération

Dans les faits, c’est un Shinkansen qui est capable d’atteindre une vitesse de 400 km/h. À titre de comparaison, le précédent train qui était le plus rapide est le E5, construit par la même entreprise. La différence est colossale puisque l’Alfa-X passera de 360 km/h au maximum, à 400.

Les premiers essais se sont déroulés entre les villes d’Aomori et de Sendai, dans le nord du Japon. Ils se dérouleront donc jusqu’en 2022, et à partir de cette date les résultats collectés seront analysés et décryptés afin de voir si oui ou non, la production de ce train peut apporter un plus dans le paysage ferroviaire du Japon.

Nous avons précisé dans le titre qu’il était question du train le plus rapide du monde avec des passagers. En effet, d’autres trains, même japonais, comme le SCMaglev atteignent déjà les 603 km/h, mais ne roulent pas sur des rails. S’il est mis en service en 2030, il deviendra “le train commercial à transport de passagers le plus rapide du monde” d’après Numerama. Pour comparer ce qui est comparable, l’Alfa-X ira plus vite, de 10 km/h, que son homologue chinois Fuxing Hao (qui relie Pékin à Shanghai et qui est actuellement le train le plus rapide du monde selon Bloomberg).

Comme vous pouvez le voir sur les photos, le train se démarque par un nez particulièrement long, de 22 m. Cette caractéristique physique n’est pas anodine, puisqu’elle permet de limiter la pression et le bruit sur l’équipage et les passagers. Mais certaines sources évoquent aussi qu’il pourrait être réduit de 8 m, dans la limite du possible. Bref, pour résumer, depuis jeudi dernier, et deux fois par semaine, le train fait des trajets entre les deux villes d’Aomori et de Sendai, séparées par plus de 400 km de voies ferrées. Si tous les tests et analyses ultérieures seront validés, il pourra rejoindre le réseau actuel des Shinkansen, les trains à très grande vitesse du Japon.

Il sera tout de même limité en vitesse

La Japan Rail East, compagnie ferroviaire au Japon, a estimé que sa mise en service ne devrait pas intervenir avant 2030. De plus, la vitesse moyenne sera limitée à 360 km/h (ce qui n’est tout de même pas si mal) bien que l’on puisse atteindre les 400 km/h, comme nous l’avons dit plus haut. Mais plusieurs facteurs entreront en jeu, comme le nombre de trains présents sur les rails qui ne pourront pas atteindre une même vitesse et qui seront tous rattrapés par un bolide aussi puissant que celui-ci.

De plus, d’autres types de trains bien différents vont faire leur apparition d’ici quelques années. En 2027, la Japan Rail East a expliqué vouloir démarrer sa ligne “maglev”, qui accueillera des trains suspension électromagnétiques, en d’autres termes qui n’auront pas besoin de rails. Une révolution. Ceci pour même aller plus vite que l’Alfa-X grâce à ces technologies, puisque l’on estime leur vitesse à 505 km/h. Pour les Japonais c’est une aubaine, puisque les temps de trajet seront moyens diminués d’une heure.


Partagez cet article
  • 62
    Partages
  • 62
    Partages

Laisser un commentaire