ARTICLE

Japon : 20 cas de coronavirus identifiés sur le bâteau Diamond Princess

Bâteau quarantaine Japon
Source image : YouTube

Dernière modification le

Katsunobu Kato, ministre de la Santé au Japon, a déclaré ce jeudi que 20 personnes du bâteau Diamond Princess ont été testées positives au coronavirus. Un doute que les autorités viennent de confirmer, et qui pourrait bien s’étendre à d’autres passagers du bateau de croisière.

Plusieurs nationalités concernées

Les 20 individus qui ont été formellement identifiés comme ayant été contaminés par le coronavirus sont de plusieurs nationalités : deux Australiens, trois Japonais, trois Chinois de Hong Kong et un des États-Unis. Également, un membre de l’équipage, Philippin, est contaminé. Malheureusement, du fait de leur proximité avec les autres passagers, certains peuvent avoir reçu le virus, sans pour autant émettre les premiers symptômes.

Les 20 personnes infectées du bateau de croisière ont été évacuées et mises en quarantaine, dans la préfecture de Kanagawa. Ces individus, s’ils ont montré des signes clairs du nouveau virus, n’ont pas eu besoin d’aide particulière (civières, transport aérien) pour quitter les lieux et se rendre à l’hôpital. On peut estimer la contamination comme récente.

Le nombre peut également rapidement grandir. Il reste effectivement encore 170 personnes qui ne connaissent pas leurs résultats. Pour l’heure, l’ensemble des passagers est confiné en cabine.

Un navire de 3700 personnes

Plus de 2600 passagers et 1045 membres d’équipage avaient embarqué pour ce périple. Ils sont toujours maintenus en quarantaine protectrice pendant 10 à 14 jours, d’après le ministère de la santé japonais. Le bateau ne bougera pas, et il est actuellement ancré au large de Yokohama. Certains passagers évoquent une véritable prison en pleine mer.

La ville japonaise a également déclaré, au sein d’un communiqué, que plusieurs croisières qui devaient quitter son port ont été annulées. Les autorités essaient d’éviter au maximum les flux de voyageurs, mais parallèlement, aussi, tout contact avec celui-ci.

Rappelons que ce mardi, plus de 20 000 cas de coronavirus ont été confirmés en Chine continentale. Cela comprend 425 décès, principalement des personnes âgées ou souffrant de problèmes de santé. Numériquement, c’est presque le double qui s’est remis du virus, qui continue de frapper le monde entier. L’Organisation mondiale de la Santé a d’ailleurs déclaré que l’épidémie était une urgence mondiale de santé publique. Une décision imitée par les États-Unis dans la foulée.

Aux quatre coins du globe, des systèmes de quarantaine sont installés. En France, dans le sud, les personnes qui ont été rapatriées depuis la ville chinoise de Wuhan sont clôturées dans un complexe vacancier.

Les scientifiques japonais ont réussi à isoler la particule responsable du coronavirus. Mais de là à ce qu’un vaccin soit mis au point, de nombreuses semaines et plus vraisemblablement des mois devront s’écouler… au maximum, les autorités chinoises cloîtrent leur ville afin d’éviter toute contamination générale. Les effets se font immédiatement ressentir sur l’économie chinoise, aujourd’hui à l’arrêt.

Défiler vers le haut