Irezumi : Définition simple et facile du dictionnaire japonais

En japonais, Irezumi (入れ墨) est un mot qui se traduit littéralement en français par “insérer de l’encre”. Au cours des siècles, le tatouage japonais a eu son propre style distinct, généralement réalisé à la main à l’aide de manches en bois et d’aiguilles métalliques fixées sur de la soie.

Définition de Irezumi : aller plus loin

On applique toutes les formes d’irezumi à la main, à l’aide de manches en bois et d’aiguilles métalliques fixées par un fil de soie. Pour réaliser cette méthode, il faut également utiliser une encre spéciale appelée encre Nara (également appelée zumi). Les peuples Ainu et Ryukyuan pratiquent le tatouage à l’aide d’une encre dérivée de la plante indigo.

L’Irezumi est un processus douloureux et long, pratiqué par un nombre limité de spécialistes appelés horishi. En général, les horishi ont un ou plusieurs apprentis qui travaillent pour eux, dont l’apprentissage peut durer longtemps.

Comme le souligne Kelly Richman-Abdou dans son article sur My Modern Met, le tatouage japonais et la tradition Irezumi remontent à plusieurs siècles. On a trouvé des références et des indications anciennes de tatouage sur les figurines d’argile à partir de 5000 avant JC. De plus, une chronique chinoise du IIIe siècle appelée Gishiwajinden relate que “les hommes, jeunes et vieux, se tatouent tous le visage et décorent leur corps avec des motifs”.

Toujours présent dans l’histoire contemporaine

Le mouvement yakuza remonte à la période Edo (1603-1868). Toutefois, l’histoire et la diversité des organisations ont modifié la signification du statut de membre d’un yakuza. Ceux-ci sont principalement composés de personnes issues des classes les plus basses de la société, depuis les Tekiya (colporteurs de marchandises volées, de contrebande ou illégales) qui ont commencé tout cela dans l’Antiquité, jusqu’aux Bakuto (joueurs), en passant par les inadaptés et les voyous des temps plus modernes.

Curieusement, au début, les tatouages ne faisaient pas encore vraiment partie du monde des yakuzas. En effet, on les associait aux étrangers en situation irrégulière, souvent d’origine chinoise, ou aux criminels, qui se faisaient tatouer pour les marquer à vie et faire connaître à tous leur histoire d’hors-la-loi (ou leur statut de non Japonais). Avec le temps, les tatouages sont devenus un signe d’appartenance et ont gagné en popularité et en influence. Plusieurs factions différentes ont vu le jour et, très vite, l’atmosphère est devenue assez compétitive.

Les tatouages Irezumi sont extrêmement personnels et bien qu’ils puissent avoir des thèmes populaires, il est pratiquement impossible d’avoir deux individus avec exactement le même dessin. Les artistes fouillent dans le passé de leurs clients et incluent des étapes de la vie bien avant de faire partie du Yakuza.

Aide FuransuJapon en partageant cet article :
  • 33
    Partages
  • 33
    Partages

Après avoir terminé une licence d'Histoire, j'ai décidé de me lancer dans l'aventure du site web avec FuransuJapon. L'objectif est d'apporter un nouveau point de vue sur les actualités principales du pays du soleil levant. Histoire, Culture, Géographie, Anime & Manga, beaucoup de catégories sont concernées ! J'écris également pour divers médias sur le net. Me contacter : [email protected]