Partagez cet article
  • 384
    Partages

Au Japon, un homme est convaincu d’avoir rencontré une lycéenne japonaise dans la préfecture de Mie dans une vie antérieure. C’est un peu comme le phénomène présenté dans le film Your Name, avec Taki et Mitsuha. Heureusement, l’affaire est finalement sans danger, et plutôt abordée d’un point de vue insolite. Mais le harcèlement n’est pas à sous-estimer au Japon.

Une scène originale mais malheureusement pas extraordinaire

Ce 16 juin 2019, un homme a abordé une lycéenne de la façon la plus étrange possible. Elle revenait des cours, quand un jeune homme, très souriant, et vêtu d’un T-shirt et d’un jean, s’est présenté à elle.

“Cela fait longtemps. J’étais ton mari dans ta vie passée.”. Voici les mots utilisés par l’homme, qui pensait sans doute réellement avoir retrouvé son amour perdu.

En revanche, sur le moment, il ne faut pas rigoler d’un tel geste. Même s’il n’a pas forcé à plusieurs répétitions la jeune fille, ce genre d’interpellation peut très vite prendre la forme d’un harcèlement. L’élève en question s’est d’ailleurs empressée d’informer le poste de police locale, sans aucune forme d’hésitation. Aujourd’hui, l’homme a été répertorié dans le centre japonais d’informations sur les personnes suspectes.

ecoliere homme 1 - Cet homme aborde des lycéennes japonaises dans la rue en affirmant être leur mari dans une vie antérieure

L’harcelement au Japon : rappel d’un fléau constant

Aujourd’hui, bon nombre d’écoles redoutent des harcèlements de lycéennes et d’écolières par des personnes plus âgées. Approcher des mineurs au hasard, et leur soumettre leur amour ou leur intention de les fréquenter pose des problèmes parfois psychologiquement graves.

Dénommé sous le terme d’ijime, le harcèlement est un phénomène très répandu sur l’archipel. Il est présent sous toutes les formes de milieu, qu’il soit scolaire, professionnel, ou simplement dans la vie quotidienne comme ici. Parmi les plus graves, ce sont certainement ceux se déroulant dans les écoles qui sont les plus importants en termes de conséquences. Depuis 2007, il est estimé que plus de 350 jeunes Japonais se sont suicidés chaque année, et 91 % d’entre eux mentionnaient un harcèlement à l’école. Notamment dans les lettres de suicide, beaucoup de témoignages vont dans ce sens.

Plusieurs facteurs peuvent être utilisés pour décrire ce harcèlement général au Japon : premièrement, à l’école, les professeurs ne signalent pas les cas de harcèlement scolaire. De plus, ils ne manœuvrent pas autant que possible pour les endiguer. Enfin, il faut bien comprendre que la société japonaise est basée sur le groupe. Le groupe et l’homogénéité, voici peut-être le facteur social le plus important Japon. Quand il y a un harcèlement scolaire, le groupe se retourne alors vers la victime, le met en marge et l’isole. C’est alors tout le sentiment d’appartenance à une certaine communauté qui se brise pour la victime, qui connaît bien souvent des graves problèmes psychologiques après cela.

43 % des mineurs japonais, en 2005, ayant été accusé de harcèlement scolaire expliquaient que leurs victimes étaient choisies car elles étaient “faibles, n’offraient pas de résistance”. Enfin, les autres élèves ne prennent souvent pas la défense de leurs camarades victimes de harcèlement scolaire, par peur de représailles…

Source : SoraNews24

ecoliere homme 2 - Cet homme aborde des lycéennes japonaises dans la rue en affirmant être leur mari dans une vie antérieure

Partagez cet article
  • 384
    Partages
  • 384
    Partages

Laisser un commentaire