Hiroo Onoda, le soldat japonais qui a tenu sa position jusqu’en 1974

Hiroo Onoda est un officier de l’armée impériale japonaise qui est resté 29 ans à son poste dans la jungle sur une île des Philippines. Il ne voulait pas croire que la Seconde Guerre mondiale était achevée, puis il est revenu dans un Japon pratiquement méconnaissable en 1974, accueilli en héros.

La confiance dans une promesse

« Cela peut prendre trois ans, cela peut prendre cinq ans, mais quoi qu’il arrive, nous reviendrons te chercher« , lui a promis le major Yoshimi Taniguchi, le 28 février 1945.

Le commandant Taniguchi a tenu sa promesse, mais il lui a fallu 29 ans pour la réaliser. Onoda est apparu le 9 mars 1974 dans la jungle philippine. Il portait l’uniforme impérial japonais, abîmé depuis 1945, mais en remarquable état malgré ces 29 années de privation.

Formellement déclaré mort en 1959, Onoda a été localisé par l’étudiant japonais Norio Suzuki en février 1974. Il a toujours refusé de se rendre et a déclaré à Suzuki qu’il ne rentrerait pas chez lui avant d’avoir reçu des ordres officiels. Ce printemps-là, Suzuki est revenu, cette fois accompagné d’une délégation japonaise, ainsi que du frère du lieutenant et de Taniguchi. Après trois décennies de cavale, Onoda a été convaincu de capituler.

Après avoir déposé son épée devant le président philippin Ferdinand E. Marcos, un Onoda en pleurs devint l’un des derniers soldats japonais de la Seconde Guerre mondiale à se rendre.

Un parcours atypique

Onoda est né le 19 mars 1922 à Kainan, Wakayama, au Japon. En 1942, il s’est engagé dans l’armée japonaise et a été sélectionné pour suivre une formation spécialisée à l’école Nakano, le principal centre de formation du Japon pour les opérations de renseignement militaire. Dans le cadre de ses études, Il étudie la guérilla, la philosophie, l’histoire, les arts martiaux, la propagande et les opérations secrètes. Une formation de ce type allait être la clé de sa survie au cours des décennies suivantes.

Dans son mémoire intitulé No Surrender : My Thirty-Year War, il racontera qu’au moment où les forces américaines débarquaient sur Lubang, une petite île stratégique située à 93 kilomètres au sud-ouest de la baie de Manille, son commandant, Taniguchi, donna au jeune lieutenant son dernier ordre : se tenir debout et se battre. Cette consigne propulse Onoda et trois soldats dans la jungle de Lubang, où ils participent, au cours des mois suivants, à une guérilla contre les habitants et les personnes soupçonnées d’être de mèche avec les Américains.

Dans le chaos des derniers mois de la guerre dans le Pacifique, les troupes américaines se heurtent à une armée japonaise quasi fanatique. En septembre de cette année-là, lorsque le Japon se rendit officiellement, Onoda refusa, comme de nombreux autres soldats impériaux, d’y croire.

Une survie exceptionnelle

Les quelques soldats japonais ont alors construit des cabanes en bambou, dérobé du riz et d’autres aliments dans un village et tué des vaches pour en tirer de la viande. La chaleur tropicale, les rats et les moustiques les ont fait souffrir, et pourtant ils ont rapiécé leurs uniformes et maintenu leurs fusils en état de marche.

Comme ils se croyaient en guerre, ils ont échappé aux équipes de recherche américaines et philippines et ont attaqué les insulaires qu’ils prenaient pour des guérilleros ennemis ; environ 30 habitants ont été tués dans des escarmouches avec les Japonais au fil des ans. En 1949, l’un des hommes d’Onoda, le soldat Yūichi Akatsu, commençait à réaliser que la guerre était terminée. Il se sépara du reste de son unité et vécut seul pendant six mois avant de se rendre à l’armée philippine en mars 1950.

Avec la reddition d’Akatsu, le monde entier a été informé de la présence de Japonais sur l’île de Lubang. En 1952, les États-Unis ont contacté les familles de ces derniers et ont obtenu des photos de famille ainsi que des lettres de leurs proches les exhortant à rentrer chez eux.

Pour Hiroo Onoda, les deux décennies suivantes furent difficiles. Il perdit un autre de ses compatriotes en 1954, lorsque le caporal Shōichi Shimada fut abattu par une équipe de recherche philippine à la recherche des hommes, qui étaient alors des criminels recherchés.

En 1972, son dernier allié, le soldat de première classe Kinshichi Kozuka, est assassiné par la police alors qu’ils brûlaient tous les deux le silo à riz d’un village.

Seul, Onoda livrait alors une guerre solitaire contre le gouvernement philippin. Après le retour d’Akatsu et la mort de Shimada et de Kozuka, le public japonais connaissait bien l’histoire d’Hiroo Onoda.

La fin de cette cavale intervient avec Norio Suzuki, un aventurier qui avait beaucoup voyagé. Pour son tour du monde en 1974, il a déclaré vouloir rencontrer « le lieutenant Onoda, un panda et l’abominable homme des neiges, dans cet ordre ».

Il a réalisé son souhait en arrivant aux Philippines en février de cette année-là. Dans la jungle de l’île de Lubang, il a trouvé Hiroo Onoda. Dans un premier temps, le vieux soldat se méfiait de Suzuki, mais ses inquiétudes ont été dissipées quand le jeune Japonais lui a dit : « Onoda-san, l’empereur et le peuple du Japon s’inquiètent pour vous. »

Dans ses mémoires, Onoda se rappelle de cette rencontre : « Ce garçon hippie, Suzuki, est venu sur l’île pour écouter les sentiments d’un soldat japonais. Suzuki m’a demandé pourquoi je ne voulais pas sortir… »

Ainsi le 9 mars 1974, à l’âge de 52 ans, Hiroo Onoda est sorti de la jungle, toujours habillé de son uniforme officiel en lambeaux et avec son fusil de service et son épée encore en excellent état, pour recevoir l’ordre de son commandant lui demandant de déposer les armes.

Une suite politique

Onoda ne supportait pas la vérité qu’il avait apprise sur le Japon et le nouveau Japon dans lequel il était retourné. Il estime que le pays n’aurait pas dû assumer la responsabilité de la guerre en Asie de l’Est et est révolté qu’il ait laissé les puissances alliées dissoudre son armée.

Rapidement après son retour, il a commencé à s’engager dans la politique de la droite, réclamant un Japon plus fort et plus guerrier. Sa popularité et les vastes changements survenus au Japon depuis son départ le mettent mal à l’aise.

Il déménage dans une colonie japonaise à São Paulo, au Brésil, à la recherche d’une vie plus tranquille pour élever du bétail. Il y épouse Machie Onuku, une enseignante japonaise spécialisée dans la cérémonie du thé.

Il retourne finalement au Japon pour créer un centre de loisirs naturels pour les enfants, dont il pense qu’il les aidera à se rapprocher du monde naturel et à acquérir des valeurs positives.

Le 6 janvier 2014, Hiroo Onoda succombe finalement à une insuffisance cardiaque à l’âge de 91 ans. Même si ce n’est pas le dernier soldat japonais à avoir cessé de combattre pendant la Seconde Guerre mondiale (cette distinction revient à Teruo Nakamura, un autre guérillero qui a continué à se battre dans la jungle indonésienne jusqu’à plus tard en 1974), il a probablement été le plus célèbre de ces résistants, et l’un des plus fascinants.

En rentrant au Japon, il est accueilli en héros, comme un personnage d’une autre époque apparaissant dans la modernité de l’après-guerre. Toutefois, le mécontentement persiste aux Philippines, où la responsabilité de plusieurs meurtres lui est imputée.

Il a été gracié par le gouvernement philippin. Mais lorsque celui-ci est retourné à Lubang en 1996, les parents des personnes qu’il était accusé d’avoir tuées se sont rassemblés pour demander une compensation.

Aidez-nous en partageant l’article !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Autres articles

0
Pourquoi ne pas laisser un petit commentaire ? :)x
()
x