ARTICLE

La gouverneure de Tokyo demande à ses résidents de « bien se laver les mains » pour combattre le coronavirus

Lavage de mains

Le coronavirus est devenu, en quelques semaines, une préoccupation mondiale. Le Japon s’inquiète du fait de sa proximité géographique avec la Chine. Et à Tokyo, capitale de plus de 9,2 millions d’habitants (et une densité de 6369 habitants par kilomètre²), la crainte d’une contagion grandit. La gouverneure de la ville a dernièrement recommandé à ses résidents de bien se laver les mains en cas d’épidémie de virus.

Plusieurs mesures sanitaires

Dans le but d’empêcher la propagation du nouveau coronavirus, ayant déjà infecté plusieurs milliers de personnes, les mesures sont les suivantes : bien se laver les mains, et porter des masques chirurgicaux. Rappelons que le port d’un masque ne protège pas, mais qu’il permet, si vous êtes contaminés, de ne pas infecter les autres. En effet, les particules du virus, trop fines, passent à travers du masque conventionnel. Il est en revanche très utile lorsqu’on est soi-même malade.

Si l’on prend l’exemple d’un masque chirurgical, la protection est à sens unique. Il retient les particules émises par le porteur, mais non l’inverse. C’est celui-ci qui est en général déployé pour prévenir la propagation de rhume et de la grippe. Des millions d’exemplaires sont stockés, et peuvent être rapidement écoulés. C’est le cas en Chine, et ce fut le cas en France lors de l’épidémie de grippe aviaire, en 2009.

Le personnel de santé utilise des modèles comme le N95 ou FFP2. Ceux-ci, s’accrochant davantage au visage du porteur, offrent une protection à double sens. L’air qui est inhalé ou rejeté est filtré. Il est estimé que 95 % des particules sont filtrées.

Se laver régulièrement les mains reste une mesure très pratique et efficace pour limiter la propagation de l’ensemble des virus respiratoires, et la gouverneure de Tokyo souhaite insister sur ce point. Cela concerne donc le coronavirus, mais également le virus de la grippe saisonnière, qui touche à la fois la France et le Japon.

Le Japon réagit au virus

La gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, a exprimé toute sa préoccupation concernant la propagation de ce virus : « C’est l’une des choses qui m’inquiètent le plus ». Ce samedi, le Japon a classé le coronavirus comme étant une « maladie infectieuse désignée ». Cela permet notamment, d’un point de vue médical, d’autoriser l’hospitalisation obligatoire des malades, mais aussi l’utilisation de fonds publics pour le traitement.

« Je voudrais que vous vous laviez les mains et les doigts correctement et que vous portiez des masques pour vous protéger. Il y a plusieurs façons de le faire, mais j’aimerais que vous commenciez par de si petites étapes pour contrôler ce virus ».

D’ailleurs, l’épidémie, originaire en Chine, a poussé les organisateurs des JO à annuler certaines épreuves de qualification, qui devaient se dérouler en Chine. Cela concerne la boxe ou le badminton.

Les plus partagés