Nous rejoindre

ARTICLE

Coronavirus : 60 cas supplémentaires sur le bateau Diamond Princess

Diamond Princess

Un bateau terrassé par le coronavirus. À mesure que les tests parviennent aux autorités sanitaires, de plus en plus de personnes se révèlent contaminées. Des mauvaises nouvelles qui ne manquent pas d’alerter les autorités. Au-delà même des examens qui arrivent en même temps, il semble que le virus se propage à l’intérieur même du lieu confiné. Les mesures de quarantaine, appliquées d’abord au sein du navire de croisière (chacun dans sa cabine), mais aussi valables pour les passagers évacués, ne semblent pas efficaces.

60 nouveaux cas de coronavirus

Les autorités sont formelles, et il y a de quoi s’inquiéter. Désormais, chacun craint pour sa vie parmi les 3600 personnes ayant embarqué sur ce navire de croisière. Le Diamond Princess est un véritable nid à coronavirus, comme l’avaient anticipé les autorités sanitaires japonaises. Il y a une semaine, elles avaient pris la décision de ne pas laisser débarquer les passagers, craignant le virus qui sévit actuellement en Chine. Un passager en provenance de Hong Kong avait alors été diagnostiqué positif au coronavirus.

À mesure que les bilans médicaux arrivaient auprès des autorités, le nombre de cas infectés prenait en ampleur, lui aussi : 10, puis 20, puis rapidement le double. Aujourd’hui, il y a 150 cas de coronavirus au Japon, dont 130 pour ce seul bateau. Rappelons que le bateau est maintenu en quarantaine, depuis une semaine, pour encore plusieurs jours.

Le navire avait quitté Yokohama le 20 janvier, et est revenu le 3 février après un court périple dans plusieurs pays : Kagoshima, Hong Kong (Chine), Viet Nam, Taiwan et Okinawa. La compagnie, en plein coeur d’un scandale malgré elle, a annoncé qu’elle rembourserait l’intégralité des voyageurs. Cela comprend également ceux de Yokohama qui n’ont pas pu monter.

En savoir plus :   Portrait de Shiori Ito, cette Japonaise qui brise les barrières sur le viol au Japon

Le Japon en garde

En vue des JO de Tokyo de cet été, le Japon renforce l’ensemble de ses contrôles sanitaires. Aucun risque n’est pris, et aucune menace n’est considérée à la légère. Nous l’avons vu ici au sein d’un environnement confiné et réduit, le bateau, mais l’épidémie de coronavirus peut aisément se propager sans les mesures appropriées. C’est pour cette raison que le Japon applique à la lettre les mesures de quarantaine, en faveur du plus grand nombre.

Pour le moment, il est envisagé que les passagers débarqueront finalement le 19 février. Mais rien n’est certain si l’épidémie continue de se propager. Femmes et hommes à bord sont d’origines diverses, et ce qui impliquent une grande diversité de pays.

Plus globalement, le ministère des Terres, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme a déclaré ce lundi que 13 des 14 bateaux de croisière qui devaient accoster au Japon ce mois-ci sont annulés. Le seul concerné est le Ocean Dream, en provenance des États-Unis. Il accostera à Yokohama ce samedi.