Nous rejoindre

ARTICLE

Coronavirus : 40 nouveaux cas sur le Diamond Princess, 200 au Japon

Bâteau quarantaine Japon
Source image : YouTube

Pour la première fois, le nombre de cas de coronavirus a dépassé les 200 au Japon. 40 nouvelles personnes ont été identifiées comme porteuses du virus sur le bateau de croisière amarrée à Yokohama.

Les nouvelles personnes infectées

Sur les 40 nouvelles personnes infectées, 29 sont des passagers 11 des membres d’équipage. Pour la première fois au Japon, un adolescent est également victime de ce virus. La pneumonie s’attaquait auparavant aux individus ayant un organisme plus fragile, ou aux personnes âgées. Malheureusement, un officier de quarantaine qui s’occupait de relever la température des passagers et de relever des questionnaires médicaux a pareillement été contaminé.

Ce dernier utilisait un masque, des gants, et se désinfectait les mains après avoir vu chacun des passagers. Pourtant, il a été contaminé, à la grande surprise des autorités. L’homme ne portait cependant pas de vêtements de protection ni de lunettes. Les autorités redoutent que la contagion se fasse par des moyens encore inconnus. Avec plus de 200 personnes porteuses du coronavirus au Japon, l’opinion publique s’inquiète.

Il y a exactement 203 cas confirmés de coronavirus au Japon. 174 sont des passagers des membres d’équipage de ce bateau de croisière, le Diamond Princess. Pour rappel, il a été placé en quarantaine lorsqu’un homme qui a débarqué à Hong Kong a été identifié comme infecté par le coronavirus. À l’approche des Jeux olympiques de Tokyo cet été, le Japon s’efforce de retenir au maximum la propagation de ce virus qui pourrait être catastrophique. Les individus originaires de la province de Hubei, foyer de l’épidémie, se voient notamment refuser l’accès aux pays du soleil levant. Plusieurs autres navires de croisière ont été refoulés, et n’importe quelle personne présentant des symptômes tels que la fièvre ou une toux est mise en quarantaine.

En savoir plus :   Le Japon envisage d’assouplir l’interdiction de voyager avec la Chine, la Corée du Sud et d’autres pays