Nous rejoindre
une cerf nara

Insolite

Les cerfs de Nara souffrent, accrocs aux biscuits des touristes

Le coronavirus menace la vie des cerfs de Nara. Cette espèce protégée vit dans et autour du parc de Nara, dans la ville éponyme. Quelques-uns des cerfs ont quitté le parc en raison de la diminution du nombre de touristes et sont revenus à un mode de vie plus sain. En revanche, d’autres sont maintenant dépendants des « crackers de cerf » et sont devenus décharnés. (Photo de Hiroto Kuwashima)

Une dépendance aux biscuits et friandises des visiteurs

La fréquentation touristique a fortement diminué depuis l’épidémie. Les cerfs du parc ne sont plus capables de chercher de l’herbe pour se nourrir et attendent qu’une personne les nourrisse. On estime qu’il y a environ 1 300 cerfs dans le parc de Nara au Japon. Ces animaux permettent d’attirer environ 13 millions de voyages touristiques par an, et plus de 20 millions de biscuits pour cerfs sont vendus chaque année.

Le senbei (gâteau) pèse environ trois à quatre grammes par morceau et est considéré comme un « casse-croûte » pour les cerfs, qui mangent environ cinq kilos d’herbe par jour. Les biscuits de cerf étant plus nutritifs que l’herbe, les cerfs se rassemblent souvent dans les zones touristiques. Mais récemment, le nombre de touristes a considérablement diminué et les cerfs qui ne peuvent attendre d’être nourris ne peuvent que quitter le parc pour chercher de la nourriture naturelle à proximité.

Une étude menée par un professeur d’université et l’Association des cerfs a montré que le nombre de cerfs ayant séjourné dans le parc de Nara en juin a diminué de 20 % par rapport à janvier de cette année. Pire encore, 40% de cerfs se sont simplement reposés dans l’herbe pendant la journée.

En savoir plus :   Le tatouage au Japon (2020)

Des experts ont signalé que les cerfs ont probablement contracté une « dépendance au biscuit de cerf« . En janvier, avant et après la propagation de l’infection, le nombre de cerfs trouvés dans le centre du parc pendant la journée était de 71,9 %. Par contre, en juin, ce nombre est tombé à 50,2 %. Dans la nuit, 56,5 % en janvier et 34,9 % en juin, les deux chiffres ont diminué de plus de 20 %.

Quelques progrès !

On constate également des signes de progrès. Les déjections des cerfs sont généralement noires, rondes et granuleuses, mais avant le désastre du coronavirus, on retrouvait des excréments dispersés partout dans le parc de Nara. Selon Rie Maruko, vétérinaire de la Société de protection des cerfs de Nara, « Lorsqu’un cerf mange beaucoup de biscuits de cerf et de collations humaines, et que l’équilibre des bactéries dans l’intestin est déséquilibré, il a tendance à produire des excréments détachés. » Aujourd’hui, la quantité de matières fécales diminue et la santé des cerfs semble s’améliorer en général.

Cela dit, certains cerfs sont devenus maigres parce qu’ils ne peuvent plus se nourrir. Le docteur Tatizawa affirme que certains cerfs se promènent au Musée national de Nara et dans d’autres lieux touristiques, sans manger d’herbe. C’est eux qui inquiètent les autorités. Dans une précédente enquête, certains cerfs mangeaient plus de 200 crackers par jour.

Un cerf à Nara, maigre
Hiroto Kuwashima

Source